BMW 635 CSI E24 – Fred & son rêve de môme ! 5



C’est en Aout 84 que commence notre histoire. Le petit Frédéric, alors âgé de 13 ans, fera ce jour là une action qui bouleversera le reste de sa vie. Alors que personne dans son entourage ne pouvait l’y pousser, il prit l’initiative de lire un exemplaire de Sport Auto, sans prendre garde des dangers qui le guettaient…

Il y prend gout, doucement, et au fil des numéros, tombe sur un match opposant la GT de l’époque, la Porsche 928, à un autre gros coupé allemand, la BMW 635 CSI, mais revue et “turbalisée” par Alpina, portant le doux nom de B7 turbo. Il reste hypnotisé par cette voiture, préparée, boostée qui s’offre le culot d’aller mettre à l’amende la référence. Mais sans même s’en rendre compte, le jeune adolescent est alors contaminé par le virus “Autopassuim” ! Il se rend chez le concessionaire BMW du coin, et encore une fois, manque de bol ! C’est celle de Georges Benoit… Pilote amateur en son temps, préparateur de renom, puisqu’il officie sur les séries 3 officielles engagées en championnat de France de production et ami de Guy Fréquelin, entre autre ! Au milieu de la concession trône fièrement l’objet des fantasmes de l’enfant… Un coupé 635… Frédéric, du haut de son insouciance demande alors à rencontrer le patron, qui, étonné par cette requête, accepte. Atteins tous les 2 du même virus, ils parlent bagnole, Mr Benoit lui montre la “6” de Michel Pignard, alors engagé en GrA au championnat de France de la montagne, et préparée dans ses ateliers. Puis fini la visite en lui offrant une brochure sur la série 6 ! Acceptant ce précieux présent, Frédéric se promet alors d’en posséder une un jour, il restera d’ailleurs en contact avec son nouvel ami, qui lui transmettra plus tard sa passion pour le rallye !

001

01

Aujourd’hui ? Frédéric a bien grandi ! Forcément… Sa passion ? Il en a fait son métier, en tant que magasinier en pièces détachées en concession Renault. La brochure ? Frédéric l’a toujours, soigneusement gardée depuis toutes ces années. La 635 ? Elle est dans son garage pourquoi ?!


 

Et parlons en d’ailleurs de la 635 csi… Il aura fallu 27 ans à Frédéric pour réaliser son rêve. A l’heure où la raison vous fait mettre votre budget dans une voiture neuve, Frédéric préfère écouter sa passion. Surtout que le coupé série 6, en dehors de la fameuse M635 csi, n’est pas encore recherché par les collectionneurs, on peut donc en trouver au prix d’une Clio essence d’occasion ! De plus la femme de Frédéric travaillant à proximité du domicile, le second véhicule du couple ne fait que 4000 km par an ! L’idée germe dans l’esprit de Fred, et il commence à consulter les petites annonces puis les recherches deviennent plus sérieuses, il en parle vaguement autour de lui. Jusqu’au jour ou un de ses clients, Loopcose, afficionados Renault Sport, depuis devenu ami, lui propose d’aller voir un de ses collègues qui en possède une et qui pourrait lui être d’excellent conseil. Et effectivement, sa 635 a appartenu à un chef d’entreprise, que ce dernier avait remisé à l’abri pendant une douzaine d’années, dans le but de la restaurer un jour. Il s’en est porté acquéreur, et l’a brièvement remise en condition de route, sans plus ! L’apéro se prolonge, la conversation aussi. Jusqu’à ce que le propriétaire finisse par lâcher à Frédéric que si la 635 l’intéresse, il veut bien la lui céder car, lui de son côté lorgne sur une 928 !

Frédéric s’isole, seul avec la bête. Ils s’observent mutuellement. La remise en état est loin d’être à son gout… Du moins loin d’être parfaite ! La caisse est saine, mais une complète s’impose. Puis Madame n’est pas au courant… Le projet n’a pas encore été abordé au sein du couple, sera t’elle d’accord ?! Une heure se passe ainsi, à se poser mille et une questions. Raison… Passion… Il va quand même être temps de se rentrer, toujours en pleine réflexion, le proprio du coupé lui propose de revenir la voir quand bon lui semble… Et c’est à ce moment là que le virus, le fameux “Autopassium” prend le dessus… la passion gagne le bras de fer sur la raison. “Je vous la prends” crie alors Frédéric ! Le plus dur reste maintenant à faire… Non, pas terminer la restauration, juste annoncer à madame qu’une coupé BMW 635csi de 83, donc un 6 en ligne 12 soupapes de 3,5 litres de 127000 km, sortant 218 ch pour 20 cv fiscaux va donc remplacer la familiale Modus 1.4 16v et ses 37000 kms… Gilet pare-balles obligatoire ! Parce que rien ne rend une femme plus énervée que ce genre de chose …. Et se faire piquer un article sur lequel elle lorgnait depuis des semaines, le 1er jour des soldes alors qu’il n’en restait qu’un à sa taille, mais ça, c’est une autre histoire !

Fred a préparé ses arguments… 4 places confortables, un grand coffre, la clim, elle est aussi moderne puisqu’elle a l’ABS (on est mesquin quand même dans ces cas là !), entretien accessible malgré tout car en dépit de l’image de la marque, le prix des pièces sur les anciennes reste raisonnable. Bon en parallèle il se passera de lui dire qu’il vient de retrouver ses 13 ans ! Que la ligne est une tuerie, que le moteur est un mythe… un 6 en ligne, vous pensez, le fleuron de la marque à l’hélice, mais le 3,5, le M30… celui qui a permis à M Motorsport de faire ses armes avec la M1 ! Un GrÖs matou au milieu de ces frêles véhicules mazoutés, downsizés, ou les seules préoccupations tournent autour de la conso, du prix du carburant et des rejets de CO2.

Lors de ses recherches Frédéric avait essayé une 3,5 en Savoie… qui l’avait laissé sur sa faim au bout de 25 ans de fantasmes ! Rien à voir avec celle ci, simplement grâce à 2 options qui font toute la différence. La boite sport Getrag aux rapports raccourcis et l’autobloquant ! La caisse est transfigurée ! Un avion ! Difficile de s’imaginer aujourd’hui à quel point on peut transformer une voiture à ce point, juste avec un levier de vitesse avec la 1ère en bas à gauche et pourtant ça a fait rêver plus d’un “béhèmiste” ! Les pneus impropres à un tel engin, transforment n’importe quelle courbe sèche, en épingle du trophée Andros ! Fred va leur régler leur compte !

5

6

La restauration peut alors commencer. Le moteur et la boîte quittent le squale. La carrosserie est entièrement désossée, refaite, repeinte et reçoit ses stickers neufs comme au premier jour. (Vous remarquez comme ça parait simple comme ça !)

La boite est entièrement refaite, l’embrayage est remplacé à neuf et le volant moteur rectifié. Même chose pour les biellettes et les rotules de direction, silent-blocs arrière, maître cylindre, allez hop, on met du neuf… Restauration des étriers avant, complétés ensuite par des durites aviation. Le moteur est ferait par Frédéric himself ! Aidé dans sa tache par un spécialiste. Il y installe aussi 4 Bilstein B6 et des ressorts H&R en -35mm, voilà de quoi asseoir la caisse, et limiter le mal de mer ! Il décide remplacer les antiques (et chers) Michelin TRX d’origine, et craque pour 4 BBS RM008 en 8×16′ que des Bridgestone S002 viendront recouvrir. Des 205/55 pour la proue et des 225/50 se chargent de la poupe. Hors de question de dégrader l’équilibre de la voiture, une monte plus importante l’aurait rendue plus vive et ce n’est pas l’objectif souhaité. Puis Alpina montait la même taille sur ses B7 turbo alors…! Les BBS sont restaurées également et il faut avouer qu’elles vont à ravir au gros coupé bavarois.

L’intérieur quant à lui recevra un nettoyage en règle, les baquets Recaro d’origine se suffisant largement à eux mêmes !

IMG_7911

IMG_7916

A l’arrivée, l’auto est d’une beauté à couper le souffle, l’équilibre et le choix des modifications est parfait, ni trop, ni pas assez ! Dixit son heureux propriétaire, le moteur est envoutant et inépuisable ! Le couple est omniprésent, parfaitement secondé par la boite, et limite, le 12 soupapes, moins pointu que le M (24 soupapes et 286 ch) est plus agréable dans une utilisation en daily, sans pour autant oublier de libérer sa hargne dans les tours. Le châssis est à l’unisson, exemplaire, joueur, mais jamais piégeur. La monte pneumatique y est pour quelque chose, et l’autobloquant aidant, il est possible de s’amuser sans se faire peur, les ruades de l’arrière train toujours progressives vous prennent au jeu, même sous la pluie ! Juste ne pas tomber dans l’excès d’optimisme ! Le confort, un peu dégradé par les combinés et le 16′ reste cependant acceptable pour le voyage et l’utilisation quotidienne. Enfin l’entretien et le la fiabilité de l’engin terminent le tableau.

IMG_7908

IMG_7902

IMG_7918

Et le fait de vivre un rêve éveillé, n’empêche pas Frédéric de rester réaliste, il reconnait que le poids de l’auto, 1 tonne et demie, reste important, surtout cette sensation d’avoir une enclume sur le train avant, les loi de la physique aidant, trop d’optimisme au volant se paye par un sous-virage en bonne et due forme. Attention, ça se respecte une mamie.

IMG_7904

IMG_7905

Pour continuer avec les points négatifs, Fred note un appétit coriace, mais bon, il faut ce qu’il faut ! Grosse déception aussi concernant la sonorité du bloc, jugée trop discrète, un 6 en ligne ça doit chanter, enfin bon, ce défaut peut s’arranger… Une ligne inox étant dans les tuyaux ( ha ha !). D’ailleurs, niveau projets, on compte le remplacement du pare brise par un modèle avec la bande verte dégradée faisant office de pare soleil, le changement du volant par un modèle d’Alpina B7 turbo, bien plus sympa que l’actuel, une entorse à l’origine avec le montage d’un spoiler avant de M635 et puis… et puis… Comme tout bon et vrai passionné, il y a toujours quelque chose à modifier !

IMG_7928
SAM_1298

Frédéric est fier de sa monture et il a raison après le mal qu’il s’est donné. Ceux qui le connaissaient ont halluciné devant sa ténacité et sa motivation pour aller du rêve à la réalité. Il y a les curieux, qui cherchent à savoir ce qui se cache sous ce long capot, à combien ça roule, si ça consomme beaucoup… Puis les autres, les “couillus” qui s’imaginent se frotter à une vieille anémique… qui s’y frotte s’y pique ! Et enfin les connaisseurs, qui se font un torticolis lorsqu’ils la croisent… Et qui n’hésitent pas à venir à sa rencontre pour bavarder et admirer la voiture.

IMG_7940

IMG_7941

Elle trône vaillamment dans le garage, entourée du break Clio DCI rouge et d’une Twingo de 99 … c’est d’elle que se sert Fred pour se rendre au travail les jours de neige … pas par crainte, juste par promesse faite à sa femme !


 

Pour ceux qui aimeraient craquer sur une belle voici ce que vous conseille Fred :

Privilégier l’état !!! Une restauration sympa dépasse allègrement la côte actuelle du modèle même si elle semble décoller.

En premier lieu la corrosion, car c’est ce qu’il y a de plus lourd à traiter.

Un suivi mécanique rigoureux et un historique, car comme n’importe quel véhicule ancien, surtout puissant, si vous faite tout rénover par un pro, la note sera forcément astronomique. Ces auto étant robustes, il vaut mieux un kilométrage élevé mais qui roule souvent avec un entretien suivi qu’une sortie de grange peu kilométrée.

Il est primordial de s’inscrire sur le forum www.série6.com qui, en premier lieu, recèle une bande organisée incroyable de passionnés ainsi qu’une mine incontournable d’informations et de tuyaux. L’idéal est de le faire avant pour réussir son achat.

IMG_7946

Même si il réalise la majorité des interventions, Fred tient à remercier tous ceux qui l’ont aidé et soutenu.

Christophe, son meilleur ami qui s’est chargé de la peinture à la carrosserie Remilly à Arnas (69). Ainsi que Yannick pour le temps passé à poser délicatement les stickers sur la voiture.

Davy Geoffroy, qui l’a accueilli pendant 2 mois dans son atelier du garage Heritage Auto de Montmerle (01), le temps à Fred de refaire son moteur.

Il remercie aussi le “pape” des BMW anciennes en région lyonnaise, Thierry Massot, et son orfèvre de mécano (ce sont ses mots ^^) qui lui a réglé son moteur neuf au petits oignons.

Ainsi que JB son complice présent sur tous les coups, Fouf et son poste à souder, Nec pour ses connaissances sur les BMW, Hocine pour la repose du 6 en ligne au pied levé, Fabrice Adam membre éminent du forum série6.com, Henri et Cédric des amis, sans oublier ses collègues de boulot Jean-Mi, Laakdar, Franck , Pascal …

Enfin sa fille Valentine et bien sûr sa femme Catherine pour leur soutien et leur patience. Son fils, Maxime, 13 ans, pour ses coups de mains et son implication permanente.

Pour terminer je laisse la parole à Fred :

Et si c’était à refaire ?

” Je ne sais pas !!!! Cela a représenté un tel travail de titan en terme de temps et de budget pour un simple amateur….

Mais aujourd’hui, le plaisir est la quand je tourne la clé….

La remplacer ?

“Question difficile ! Pourquoi pas une grosse Subaru Impreza de la fin des années 90 gavée de chevaux avec une ligne inox….. (comme la groupe A de Simon Jean-Jo en 1998…)”

Quelle musique en roulant ?

“La musique des années 80 qui sort de mon vieux Blaupunkt d’époque.”

Tu gagnes au loto un très très gros chèque, quelle voiture achèterais tu en 1er ?

“Question cruelle pour un passionné absolu d’autos sportive depuis 30 ans !!! J’ai imaginé 1000 fois la réponse…

– J’adore la Ferrari F40 mais la 288 GTO m’attire par son côté beaucoup plus rare et méconnue.

– Je suis un immense fan de toutes les versions stradales des groupe B : BX4TC, RS200, S4, 6R4, 205T16 mais celle que j’adore par dessus tout, c’est l’Audi Quattro sport ! Avec son look de boite à chaussure anonyme, elle ridiculise bien des italiennes prestigieuses…”

Enfin pour vous montrer à quel point notre ami Fred est bien atteint par le virus, vous avez remarqué l’autocollant à la base de la lunette arrière ? Un simple sticker publicitaire, aux couleurs de M Motorsport, pronant le moteur turbo BMW, champion du monde de F1 en 1983. Hé bien Frédéric le trouvait un peu “fané”, alors après avoir retrouvé le texte d’origine sur internet il l’a purement et simplement fait refaire à l’identique ! Irrémédiable …. mais on est plusieurs à ce point !

Merci à toi, pour ta passion, le temps que tu as pu me consacrer, et Fred ya pas à dire, tu as de l’essence dans les veines !


Advertisements

Laisser un commentaire

5 commentaires sur “BMW 635 CSI E24 – Fred & son rêve de môme !