Ferrari 250 GT SWB – La belle et la bête !



L’histoire des Ferrari 250 on en a déjà parlé, j’vais pas sortir du réchauffé… Mais la SWB c’est autre chose ! La 1ère GT dont les victoires et la notoriété dépasseront celle des circuits et des paddocks. Le V12 Colombo, un châssis raccourci, un dessin signé Pininfarina… Une légende !

DLEDMV - Ferrari 250 GT SWB - 01

DLEDMV - Ferrari 250 GT SWB - 02

C’est au Salon de Paris 59 qu’elle apparait sous les feux des projecteurs prête à remplacer la 250 GT Tour de France. Rappelez vous qu’à l’époque, les Ferrari étaient d’abord mises au point pour la course, le GT, les circuits. Les modèles routiers venant ensuite et commercialisés dans un seul et unique but, financer ceux qui gagnaient le week end. Des voitures de route tellement abouties sportivement, qu’il suffisait d’un bon coup de volant et quelques modifs pour remporter la course du dimanche !

DLEDMV - Ferrari 250 GT SWB - 09


C’est comme ça qu’a vu le jour la SWB, pour améliorer les quelques défauts de la TDF, notamment sa vivacité. Et pour cela, Ferrari use d’une recette classique, raccourcir l’empattement. Ainsi le châssis passe de 2600mm à 2400mm de quoi justifier l’appellation Short Wheel Base.

DLEDMV - Ferrari 250 GT SWB - 03

DLEDMV - Ferrari 250 GT SWB - 04

Sous le capot, le désormais traditionnel V12 Colombo de 3.0 l gavé par un trio de double corps Weber qui, en fonction des configurations, offrent au pilote 280 ou 293 ch. Attention, ça c’est pour les versions usines, celles qui courent aux couleurs de la Scuderia… Les clients eux, devront se contenter de 270 ch et d’une caisse acier pour 1160 kg (Alu pour les “usines” qui pesaient 1050 kg).

DLEDMV - Ferrari 250 GT SWB - 05

3 victoires consécutives au Tour de France (60 à 62), 2 au Tourist Trophy de Goodwood en 60 et 61, victoires de classe au Mans les même années, puis aux 1000 Km du Nürburgring en 61 et 62. Elle domina sa classe durant ses 3 années de service officiel…

DLEDMV - Ferrari 250 GT SWB - 06

DLEDMV - Ferrari 250 GT SWB - 08

170 Ferrari 250 GT SWB sortiront des usines, dont 50 Competizione (Caisse alu) et le reste en version Lusso (Client). Elle s’efface en 63, remplacée sur la route par la 330 et sur la piste par la 250 GTO… Elle reste l’une des plus belles production de Maranello, totalement envoutante !

© Photos via signatures éventuelles


 


© DKEngineering TV’s channel


© RM Sotheby’s


Advertisements

Laisser un commentaire