Il aura fallu attendre 18 ans avant que Porsche ne relâche une RennSport sur la route. Et encore, initialement, la 964 RS devait servir à animer la « Carrera Cup », puis en y étant, pourquoi ne pas l’homologuer en N/GT ?! 

dledmv-porsche-964-carrera-rs-13

dledmv-porsche-964-carrera-rs-12

La voiture avait changé depuis la Carrera RS 2.7 mais la recette restait la même. On allège, on rajoute des watts, on optimise le châssis et on renforce le tout pour bien se tasser les vertèbres ! Et oui, la RS, c’est compromis zéro, puisque l’objectif 1er c’est efficacité et sportivité… Et quand on dit sportivité sur une 911, on tombe dans le radical !


dledmv-porsche-964-carrera-rs-09

Surtout que l’engin cache plutôt bien son jeu. Contrairement à un turbo qui en jète plein la tronche de ses hanches larges et musculeuses ainsi que son aileron de taille XXL, la 964 Carrera RS, c’est limite une Carrera rabaissée. Les yeux avertis verront pourtant les quelques détails qui pourront semer le doute ; les jantes en 17′, les rétros « Cup », et la caisse qui se traine 4 cm plus bas que ses soeurs. Pour le reste, c’est du pareil au même hormis le pare choc arrière allégé avec son éclairage de plaque latéral identique à celui de la Turbo et les antibrouillards aux abonnés absents.

dledmv-porsche-964-carrera-rs-11

Porsche à résisté à la tentation de la queue de canard pour l’aileron arrière escamotable. Par contre, la caisse gagne certains éléments en aluminium et allégés. Au catalogue, la 964 RS proposait 8 coloris, avec ou sans les bandes latérales. 

dledmv-porsche-964-carrera-rs-05

Dans l’habitacle – hormis la version « Touring » qui était quasiment identique à une turbo – c’est déjà plus sport. Sur les panneaux de portes, l’accoudoir et le vide poches disparaissent ainsi que la poignée remplacée par une sangle. Les vitres perdent leurs moteurs pour la manivelle ! Les sièges baquets sont signés Recaro avec coques en carbone. Chacun accuse 4,5 kg au lieu des 25 d’un siège classique. Le volant sans airbag est plus petit. Sur la planche de bord, plus de clim, plus d’autoradio, plus de dégivrage arrière… Porsche va même jusqu’à enlever la direction assistée et supprimer la banquette arrière. Ha ça, quand ils faisaient light, ils ne le faisaient pas à moitié ! Vous vouliez du sport, vous étiez servis… Dire qu’aujourd’hui les RS se vendent avec la sono et le GPS ! 

dledmv-porsche-964-carrera-rs-06

dledmv-porsche-964-carrera-rs-04

A l’arrière, le Flat 6 aircooled de 3.6 l passe à 260 ch à 6100 trs pour 325 Nm à 4800 trs. Cela fait un gain de 10 ch et 15 Nm par rapport à la Carrera 2 et peut sembler léger. Pourtant le bloc présente un tout autre caractère puisque son truc à lui, c’est d’aller chercher sa respiration dans les tours. 

dledmv-porsche-964-carrera-rs-07

Puis Porsche expliquait gentiment à qui voulait l’entendre, que le potentiel de son Flat 6 était quelque peu bridé. Une ligne libérée, une admission plus dynamique et les chevaux commençaient à se ruer ! 

dledmv-porsche-964-carrera-rs-01

Niveau boite, Porsche conserve la célèbre Getrag G50 accompagnée d’un volant moteur allégé et d’un embrayage en métal fritté. La course du levier est raccourcie, et le maniement est plus vif et précis. 

dledmv-porsche-964-carrera-rs-02

Bon tout ça c’est bien, mais au final ça vaut quoi ? Avec 1230 Kg sur la balance pour 260 ch énervés, la RS s’offre des chronos proches de ceux d’une 964. 400m en 13’1, 1000m en 24’4 et le 0 à 100 en 5’3… le tout dans une violence et un chant mécanique irrésistibles. 

dledmv-porsche-964-carrera-rs-03

Juste toujours garder à l’esprit que le châssis est plutôt calibré pour les circuits. Rigide et ultra précis, il est hyper efficace sur les billards asphaltés. Par contre, quand la chaussée se dégrade, prévoyez des séances de bras de fer avec le volant et l’arrière train ! Ca saute, ça cogne, ça tire, ça va un peu où ça veut, ça suit les irrégularités de la route… Ouais, avec la RS, c’est plutôt grosse cession piste en ayant pris soin d’y aller et de revenir par l’autoroute plutôt que les spéciales des Alpes ou les départementales ardéchoises ! Non pas qu’elle n’en soit pas capable, juste que sa vivacité la rend délicate et nécessite une anticipation et des réflexes digne d’un pilote de Top Gun ! 

dledmv-porsche-964-carrera-rs-08

Une vraie teigne qui cachait son jeu, pour vous le dévoiler une fois derrière son volant… des caisses comme on en fait plus beaucoup !

© ulle97 & signatures éventuelles

Vous en voulez plus ? Alors aidez nous en participant à notre cagnotte 😉