Ford Escort XR3 – Passage à la traction réussi ! 4


Qu’il était dur son challenge… venir remplacer dans le coeur des aficionados les mythiques Escort RS et leur propulsion si dansante ! Surtout que la XR3, la nouvelle sportive de la famille, adoptait la traction… Oui, vraiment compliqué ce challenge !

Et elle s’en sortira plus que bien ! Surtout qu’aux yeux des fans de l’ovale bleu, elle abandonnait toutes les spécificités qui ont fait et construit le mythe de ses devancières, les RS. Elle troquait la propu contre la traction… le bloc longitudinal pour celui transversal…. les roues arrières indépendantes remplaçaient le pont rigide….! Même son nom oubliait ses origines RS pour une plus moderne XR3. Tout foutait l’camp !


Mis à part que l’Escort Mk2, une fois en tenue civilisée, accusait quand même un archaïsme prononcé ! Ha sur le papier, la RS pouvait aller affronter ces prétentieuses Golf GTI ou R5 Alpine. Mais sur la route, c’était une autre histoire, celle d’une conception qui datait d’avant les 70’s et qui avait du mal à suivre la cadence de ces virulentes tractions !

Finalement, la XR3 vient foutre un bon coup de balai la dessus, mais surtout, fait rentrer l’Escort dans la modernité des années 80 ! Si on doit juste s’en tenir à la fiche technique, il fallait composer avec 100 ch… ouais, 100, ça fait just au 1er abord. Mais l’engin n’accuse que 895 kg, ça aide ! Puis le moteur reçoit les dernières évolutions techniques de la maison, chambres hémisphériques, soupapes en V, carbu double corps, allumage spécifique… et fait preuve d’une bonne volonté qui n’a d’égal que la hargne dont il fait preuve à l’assaut de la zone rouge !

Les perfs sont plutôt bonnes. 0 à 100 en 9,7 secondes, 400m en 17 et 1000m en 32. C’est correct, même si la Golf est devant de peu. En ligne droite, parce qu’une fois que la route devient sinueuse, c’est rock’n roll !

Niveau châssis, ça manque un chouilla de tenue. L’ensemble est dur, mais cela ne veut pas dire rigide. Ca flotte, ça glisse, ça encaisse comme ça peut, et c’est un peu limite pour suivre le rythme de la Golf GTI. L’Escort reste floue… mais, malgré son efficacité moyenne, elle est marrante à pousser dans ses retranchements, sans devenir pointue. Bref, c’est fun et vivant, mais demande quand même d’être surveillé, car les liaisons et le freinage, sous dimensionnés, encaisse mal sur la durée. Il faudra attendre 2 ans pour voir arriver plus coriace avec la RS1600i suivie un peu plus tard par les RS Turbo et XR3i.

Ce n’est plus le cas de celle qui orne cet article. Qui reçoit des liaisons revues avec des coussins d’air qui se chargent de maitriser le centre de gravité. Tout le reste est strictement identique à sa sortie d’usine en 83 !

C’est sobre, c’est classe et ça change de tout c’qu’on a l’habitude de croiser… Puis si ça vous donne des idées, dépêchez vous, la XR3 est encore disponible à des prix raisonnables, mais pour combien de temps encore ?!


© Movie Dream


Laisser un commentaire

4 commentaires sur “Ford Escort XR3 – Passage à la traction réussi !