Alfa Romeo T33 Stradale… Oeuvre d’art sur roues ! 4



De nos jours, les voitures de collection sont au même niveau que les oeuvres d’art. Oui, Bugatti, Ferrari, Alfa Romeo ou Facel Vega peuvent se targuer de jouer dans la même cour que Picasso, Michel-Ange ou encore Camille Claudel ! Et cette Alfa T33 Stradale est ce qu’on appelle, une oeuvre de maitre… peut être même la plus belle !


Souvent on cherche à vouloir tout classer, tout cataloguer pour réussir à déterminer qu’est ce qui est le plus beau, le plus sculptural… On s’en branle finalement, ce ne sont que des subterfuges d’intellos en manque de sensations et d’hémorragie nasales ! 

Mais on peut dire que certaines voitures, de part leur dessin, leur aura, le passé ou leur histoire, sont aujourd’hui élevée au rang d’oeuvre d’art qu’on aimerait entreposer sur une stèle pour pouvoir les admirer à chaque fois qu’on le voudrait. Bugatti Atlantic, Ferrari 250 GT Lusso, GTO ou California, Lamborghini Miura, Ford GT40, Fiat Multipla, Mercedes 300 SL, Talbot Lago T150C SS Figoni & Falaschi « Goutte D’eau », Jaguar XJ13, ou, comme cette magnifique Alfa Romeo Tipo 33 Stradale…. Pardon ? Ha oui, il y a un piège dans la liste !

L’Alfa T33, c’est d’abord une voiture née dans les ateliers d’Autodelta pour le sport-proto en 1967 et qui connaitra plusieurs versions, le long de ses 10 années de carrière sportive. Sa structure est composée d’un treillis tubulaire central en alliage sur lequel venaient se fixer 2 châssis auxiliaires recevant les liaisons, le moteur, la boite et les ancrages de la caisse.  Puis, à partir de la T33/3 elle perd son toit et adopte un châssis monocoque.

Les moteurs changeaient en fonction des classes et catégories, V8 2.0l et 3.0l ou Flat 12 de 3.0l et 4.0l. Elle a couru sur tous les continents, et a offert à Alfa plus de 40 victoires en course et 2 titres de championne du Monde des voitures de Sport en 75 et 77.

En parallèle, Autodelta a assemblé 18 modèles Stradale de septembre 67 jusqu’à février 69. Dévoilée au salon de Francfort 67, son apparition est une gifle visuelle. Elle est de suite considérée comme l’une des plus belles machines que la route ait vue.

Une superbe robe en aluminium, dessinée par Franco Scaglione, habille un châssis et les 2 réservoirs souples de sa soeur de course. Elle est basse, compacte et respire aussi bien la légèreté que la vivacité. Les lignes sont sublimes, tendues, compactes, nerveuses, avec ses portes en élytre et leurs parties vitrées qui remontent sur le toit à moins d’1 m de haut. Par rapport à ses soeurs coursifiées, l’empattement a été rallongé de 10 cm pour augmenter l’habitabilité.

On niveau du moteur situé en position centrale arrière, on retrouve le V8 2.0l et ses 4 arbres à cames en tête dont la puissance a été rabaissée de 250 ch à 230 ch à 8.800 trs. Avec seulement 700 kg, elle revendique un 0 à 100 en moins de 5 secondes et un 400m en moins de 13. Elle pointe à 260 km/h… Oui, en 67  ça causait ! Avec un ramage au niveau du plumage…


Magnifique, somptueuse… je vous laisse continuer la liste des adjectifs ! En tout cas, malgré le level stratosphériquedes supercars, super-sportives ou même hypercars actuelles, aucune ne respire autant la pureté et l’authenticité de ces sportives nées en priorité pour et grâce à la piste. Bon, si vous avez plus de 3 millions d’€ qui trainent… et encore, ça c’était la dernière fois que l’une d’entre elle a été vendue aux enchères en 2013 ! 

Enjoy…

© scuderiaverdy & signatures éventuelles


Advertisements

Laisser un commentaire

4 commentaires sur “Alfa Romeo T33 Stradale… Oeuvre d’art sur roues !

  • Juts Nangan
    Juts Nangan

    L’une des plus belles voitures au monde ! Je la trouve plus belle qu’une Ferrari 250gto… (Désolé…) Si j’avais gagné les 190.000.000€ j’aurai tout fait pour en avoir une dans mon garage !!! Et c’est plus « abordable » qu’une 250gto…)

  • troisetdeuxquatre

    Bon OK, dans mon manque total d’objectivité sur le destin de Lancia et Alfa-Roméo, j’accusais Alfa de ne pas avoir de palmarès… la piste a donné de belles victoires à la marque au trèfle. Je me rends shériff…
    De plus, la T33 est en effet une gifle en 67 mais l’est encore aujourd’hui face aux supercars qui sont tout en agressivité et en angles torturés.
    Qui a dit que les courbes ne pouvaient rendre une voiture suffisamment violente ? Preuve en est avec la T33 qui est belle, voluptueuse et qui ne laisse que peu de doutes sur ses prétentions malgré ses lignes féminines.

    PS : Enfin bon, une Lancia Aurelia spider B24 c’est beau aussi non ?!?? …Oui oui, manque total d’objectivité 🙂