Partage

Après ma période Lola, suivie par celle signée Ford, je suis en train de me coltiner la cousine italienne, avec la Lamborghini Countach. Et celle dont je vais vous causer, la Lamborghini Countach LP 500R, je n’en avais jamais entendu parler. Et j’me lance sans filet car, à part des maquettes et des miniatures, les infos sur cette voiture sont aussi rares qu’elle puisqu’elle est juste unique !

Lamborghini Countach LP 500R... Made in Japan ! 1

Rien… Vous ne trouverez absolument que dalle sur cette caisse… à part ici dorénavant ! Et encore une fois, j’m’attaque à la Countach S Turbo, puis en cherchant des infos, je tombe sur les Wolf Specials… et alors que j’me dis qu’elles aussi ont largement leur place sur votre blog préféré, je découvre cette LP 500R… qui va gentiment attendre son tour avant d’avoir droit, elle aussi, à un tour de manège DLEDMV ! Donc maintenant que nous y sommes… en voiture Simone !


Lamborghini Countach LP 500R... Made in Japan ! 2

En même temps son histoire est plutôt simple et rapide… surtout avec le peu d’infos que j’ai trouvé sur l’italienne. Un richissime japonais, amateur de supercars européennes, s’est offert en 1977 une Lamborghini Countach LP400, le premier modèle, sans aucune fioriture. Jusqu’à là, rien de bien excitant. Sauf que rapidement, il se dit que sa caisse pourrait être un peu plus exclusive… Puis en 77, il a du se palucher sur la Countach de Walter Wolf, ou du moins, elle a du lui donner des idées.

Lamborghini Countach LP 500R... Made in Japan ! 3

Lamborghini Countach LP 500R... Made in Japan ! 4

Le Japon est déjà une terre de Petrolheads et les préparateurs ne manquent pas. Donc notre homme va confier sa supercar italienne à l’un d’entre eux et lui dicter son cahier des charges. Le but étant bien entendu d’optimiser les perfs de la bête…

Lamborghini Countach LP 500R... Made in Japan ! 5

Du coup, la Countach se retrouve posée sur des BBS Mesh aussi larges que hautes, chaussées à l’arrière en 345 ! Les suspensions sont revues, rigidifiées et rabaissées, et pour couvrir les nouvelles roues, la LP400 ne recevant pas d’extension, il aura donc fallu tirer les ailes.

Lamborghini Countach LP 500R... Made in Japan ! 6

Le V12 reçoit lui aussi sa cure de shoot… mais impossible de vous dire quoi, qui, comment, pourquoi… Enfin, la cylindrée est restée en 4l, donc on peut imaginer qu’il a juste été libéré. En tout cas, pas de prépa de goret à coup de turbos ou compresseurs. Atmo tu es, atmo tu resteras… par contre, le gars a été visionnaire en baptisant sa caisse LP500 puisque Lambo reprendra ce nom quelques années plus tard en faisant évoluer la Countach. 

Lamborghini Countach LP 500R... Made in Japan ! 7

Lamborghini Countach LP 500R... Made in Japan ! 8

Enfin le traitement esthétique va prendre la forme d’un aileron posé sur les fesses et d’une peinture noire, habillée de lignes blanches qui partent du centre du capot, plongent sur les ailes à l’embase du pare-brise avant de courir sur la ligne de caisse en forme de vague et se terminer sur les feux arrière. C’est clean sans dénaturer quoi que ce soit…

Lamborghini Countach LP 500R... Made in Japan ! 9

Mais la partie originale de l’histoire vient de l’aura dont va bénéficier la voiture. Surement la première Lamborghini Countach modifiée sur l’archipel, elle va rapidement devenir culte au Japon. A tel point que les chaines de télé vont en parler et que tous les fabricants que miniatures et maquettes vont en faire leur égérie. Et a surement été l’un des meilleurs coups de pub pour la voiture, et Lamborghini a estimé que si autant de Countach se sont vendues au Japon, elle n’y est pas pour rien, surtout que les clients commandaient la supercar italienne en conduite à gauche ! Certains clients se lanceront même jusqu’à faire de la leur une véritable réplique de la LP 500R !

Lamborghini Countach LP 500R... Made in Japan ! 10

Aujourd’hui, chacune de ses apparitions est le fruit de rassemblements de fans prêts à tout pour l’apercevoir ! C’est juste un truc de malade. Elle est devenue équivalente à une star, un respect et un statut dont seuls les japonais ont le secret !  

© daikimaruoni0421 – Photos via signatures éventuelles


Partage