La Porsche Carrera GT reste encore une supercar à l’ancienne… Pas de boite robotisée, un V10 tiré de la course qui respire naturellement (Atmo) à 8000 trs sans la moindre assistance électrique. Un poids contenu à moins d1T4000. Et le minimum syndical d’assistances, ABS et un antipatinage 100% déconnectable. Un truc de pilote… Eh bien la Gemballa Mirage GT c’est la même, mais encore plus violente !

Gemballa Mirage GT... 100% Bio ! 1

La Porsche Carrera GT est probablement l’une des supercars modernes les plus désirables. Porsche s’est réellement inspiré de la course auto pour pondre une caisse pure, mais réservée au pilotes avertis. La caisse est précise, vive, affutée, mais elle pardonne peu. Et dans ce genre d’engin, l’erreur peut se payer cash ! Une sorte d’anti 959 qui justement, était elle une vitrine technologique du constructeur.


Gemballa Mirage GT... 100% Bio ! 2

Pourtant, cela n’a pas empêché Gemballa de lâcher ses ingénieurs dessus. Déjà, cela prouve les compétences techniques du préparateur allemand. On a beau dire, mais rajouter des conneries aéros, c’est à la portée du premier illuminé venu. Mais s’attaquer au moteur et au châssis d’un tel monstre, sans le dénaturer et flinguer la copie déjà presque parfaite, ça tient du génie.

Gemballa Mirage GT... 100% Bio ! 3

Gemballa Mirage GT... 100% Bio ! 4

C’est en 2006 que Gemballa a donc lancé sa Mirage GT. Le V10 était libéré et légèrement retouché, mais suffisamment pour le faire passer de 612 à 650 ch dans des hurlements à vous déraciner les poils ! Avec 335 km/h, la Vmax gagnait 5 petit km/h pendant que le 0 à 100 tombait à 3,7 secondes au lieu de 3,9. Au niveau esthétique la voiture recevait un kit plutôt bien foutu, discret et qui remplissait parfaitement son rôle en apportant de l’appui supplémentaire. Sa grosse particularité venait de la prise d’air qui avait poussé sur le toit pour venir gaver le V10.

Gemballa Mirage GT... 100% Bio ! 5

Gemballa Mirage GT... 100% Bio ! 6

En début 2010, 19 Mirage GT avaient été vendues, livrées et assemblées… jusqu’au moment où l’usine fut saisie par les autorités Allemandes. Uwe Gemballa, le créateur de la marque avait disparu au mois de février lors d’un voyage d’affaire en Afrique du Sud. Son corps sera retrouvé au mois d’octobre, criblé de balles. Le temps de l’enquête et la procédure de reprise, l’usine réouvre ses portes en Aout 2010, reprise par Andreas Schwarz, le PDG actuel, associé à l’investisseur Steffen Korbach.

Gemballa Mirage GT... 100% Bio ! 7

Gemballa Mirage GT... 100% Bio ! 8

Gemballa prend de nouvelles orientations, notamment l’ouverture en 2011 d’un département compétition pour engager officiellement des McLaren MP4 12C en GT3. Mais cela ne signe pas la reprise de la production de la Mirage GT… Enfin, il faudra attendre 2017 pour qu’un richissime client accepte de se délester d’un bon gros paquet d’Euros avant de confier sa Carrera GT à Gemballa.

Gemballa Mirage GT... 100% Bio ! 9

Gemballa Mirage GT... 100% Bio ! 10

Le kit n’a pas été retouché, si ce n’est que les éléments sont désormais en carbone. Le traitement esthétique a été personnalisé en fonction de la demande du client… Gris, noir et détails jaune. Finalement, le mec il sort la caillasse, il choisit c’qu’il veut. Et c’est pareil à l’intérieur… Alcantara gris, carbone et surpiqûres jaunes. L’ensemble est cohérent et on s’y habitue, même si on peut trouver que ça manque un peu de discrétion…. En même temps, quand tu veux être discret, tu roules pas en Carrera GT, encore moins confiée à Gemballa.

Gemballa Mirage GT... 100% Bio ! 11

Gemballa Mirage GT... 100% Bio ! 12

Parce qu’autant d’origine ça crie… une fois devenue Mirage GT ça hurle… Mais là, ça doit provoquer des tremblements de terre ! Les ingé’ ont un peu poussé la prépa et le missile développe désormais 680 ch… De quoi suivre le rythme des modernes.

Gemballa Mirage GT... 100% Bio ! 13

Gemballa Mirage GT... 100% Bio ! 14

La Mirage GT reste quand même une rareté dans le milieu… car peu de préparateurs osent s’attaquer à ce genre de monstres. D’une il leur faut quand même des ingénieurs plus que talentueux, de deux, des moyens solides. Et vu le prix des fusées modernes, ils ne sont plus nombreux à tenter le drop !

© keno0311SellerieCimes – Gemballa via signatures éventuelles