On la connait hein ?! Vous l’avez déjà croisée en photo non ? Ou au moins dans Gran Turismo ! La Cizeta Moroder est un des ces ORNI qui a tenté de se faire une place à coup de piston dans le cercle fermé des supercars ! Pas facile, même avec un V16 …!

DLEDMV_Cizeta_Moroder_V16T_05

Les années 90 ont connu une épidémie virale qui a fait un grand nombre de victimes. Virus fatal, impossible à éradiquer ! Celui de la « passionnite aigüe » dû au développement  d’une nouvelle race de voiture, les supercars !


DLEDMV_Cizeta_Moroder_V16T_11

Ce fut alors le début d’une période, où il fallait avoir sa supercar. Ferrari ouvrit le feu quasi involontairement avec la 288 GTO qui devait servir d’homologation pour le GrB. Mais à peine présentée que les instance de la FIA décidèrent de stopper la machine devenue trop dangereuse ! Il n’empêche que les 200 exemplaires prévus trouvèrent preneurs avant même que la 1ère fut fabriquée … Et que Maranello dut en construire 72 de plus pour répondre à la demande ! Et ils auraient pu en faire d’autres …

DLEDMV_Cizeta_Moroder_V16T_12

Plus au nord, chez Porsche, on avait eu la même idée ! Homologation GrB, Flat 6, biturbo et un logo collé sur les fesses annonçait la couleur … 959 ! Vendue à 1.700.000 F (260.000 €) cela ne l’empêchait pas de se vendre et de se retrouver aussi sur la route.

DLEDMV_Cizeta_Moroder_V16T_01

La mode était née … les supercars voyaient le jour et les petits garçons attrapaient le virus en affichant les posters sur les murs de leurs chambres !

DLEDMV_Cizeta_Moroder_V16T_03

Au delà des poids lourds de la catégorie, certains « artisans » ambitieux se mirent à rêver de leur propre missile. Ce fut le cas d’un duo plutôt surprenant.

Le 1er est Claudio Zampolli … Pilote d’essai Lamborghini, il se retrouve en charge de la marque pour l’Amérique du nord, avant de se retrouver débarqué ! Claudio, installé sur Los Angeles, décide alors d’y ouvrir une concession spécialisée dans les modèles « exotiques » … Il devient rapidement le fournisseur officiel du tout Hollywood. La poussée testiculaire se fait ressentir, et boosté par la classe et l’extravagance de sa clientèle, Claudio Zampolli songe a proposer sa propre voiture, une supercar plus super que les autres. Un peu paranoïaque, il se met alors secrètement en quête de fournisseurs en toute discrétion, craignant que les constructeurs italiens ne lui mettent des bâtons dans les roues.

DLEDMV_Cizeta_Moroder_V16T_02

Il conclut un accord avec Tecnostile qui peut lui fournir un V16 … Parce que 16 c’est mieux que 12 ! Il lui faut maintenant trouver le châssis pour le recevoir et la robe pour l’habiller. Le 1er sera étudié à la maison, en Californie,  quand le 2nd est négocié avec Gandini. Le designer italien, qui compte à son actif une fameuse Countach, sort de ses tiroirs un dessin original, proposé à Lamborghini, mais que la marque lui a fait modifier en profondeur sous le nom de code « Diablo ».  Plus méchant, plus violent, plus bestial, voilà qui ira à la perfection au V16.

DLEDMV_Cizeta_Moroder_V16T_13

DLEDMV_Cizeta_Moroder_V16T_06

Dernière étape, trouver les fonds … Parce que étudier un châssis et construire sa propre supercar, ça coute un peu des ronds quand même ! Claudio va donc se servir de son carnet d’adresse, et fini par trouver le pigeon qui lui faut ! Giorgio Moroder … Musicien, ex parolier de Donna Summer et Diana Ross, reconverti avec succès dans les musiques de films (Midnight Express, Scarface, Flashdance, Top Gun, …), il sort le chéquier et le projet voit le jour avec une originale et très people présentation dans une villa hollywoodienne en décembre 88.

DLEDMV_Cizeta_Moroder_V16T_10

La Cizeta-Moroder V16T (Ci-Zeta pour les initiales de Claudio Zampolli et T pour Tranversale, la position du moteur central arrière) envoie du lourd ! Une gueule violente, un V16 qui rappelle une célèbre Cadillac des années 30, 520 ch et 300 km/h … En 88 ça faisait mouiller les petites culottes ! Surtout que la Diablo ne verra le jour qu’un an plus tard.

DLEDMV_Cizeta_Moroder_V16T_04

Mais voilà, la  mise au point s’éternise, Moroder frôle la banque route et quitte le navire presque ruiné, Ferrari et Lamborghini tentent de flinguer le projet … Ce qui n’empêche pas Claudio de  tenir bon, et à Genève en 1991, la Cizeta V16T définitive se retrouve sous les projecteurs. Son capot est orné d’un emblème en signe de défi … 3 têtes de loup, le seul animal qui ne craint ni le cheval, ni le taureau ! Le moteur est passé à 560 ch et la voiture annonce fièrement 328 km/h … 4 de plus de la F40 et 3 de plus que la Diablo !

DLEDMV_Cizeta_Moroder_V16T_07

DLEDMV_Cizeta_Moroder_V16T_15

Mais voilà, le projet restera une coquille vide ! Manque d’image face à une concurrence à forte notoriété, délais interminables, pas d’homologation européenne, le tout sur un fond de crise, seuls 8 modèles, dont 1 prototype, verront le jour dont certains ne seront pas terminés.

Cizeta Moroder V16T : Mégalomanie en Californie ! 1

Anecdotes originales, Claudio Zampolli ouvrira un atelier en 2002 pour terminer les modèles inachevés et pour ajouter 3 roadsters à la production. Le Sultan de Bruneï possède à lui seul 25% de la production puisque 2 Cizeta dorment dans son garage ! Le seul et unique modèle-prototype de Cizeta-Moroder V16T est toujours la propriété de Giorgio Moroder, qui s’est refait une santé dans la musique en travaillant notamment avec Lady Gaga, Coldplay ou les Daft Punk sur leur dernier album, Random Access Memories.

DLEDMV_Cizeta_Moroder_V16T_08

Dorénavant, quand vous la choisirez dans Gran Turismo, son histoire n’aura plus de secrets pour vous.

© Cizeta via lamborghinitech & signatures éventuelles