BMW 333i E30, 745i E23 & 530 E12 MLE… Bavaria South Africa ! 3



Le marché de l’automobile sud-africain avait un gros point commun avec celui brésilien… hyper verrouillé et régulé par des quotas plus que stricts ! Ainsi, pour contourner ces règles, certains constructeurs vont décider d’y ouvrir des usines de productions locales. C’est le cas de BMW qui va alors commercialiser des modèles sportifs délirants…


Mais exclusivement réservés aux sud-africains. Et au catalogue BMW, il a existé 3 modèles qui auraient pu largement remonter jusqu’en Europe. 

  • BMW 530 E12 MLE

On commence en 76 avec la 530 MLE E12… Motorsport Limited Edition, soit en quelque sorte, la 1ère M5 ! Elle est née pour décrocher une homologation en Gr1, la série sud-africaine de tourisme très appréciée et médiatisée dans toute l’Afrique Australe. A la base, il s’agit d’une 525 qui a subit une cure d’amaigrissement et de pompeup ! Les vitres sont plus fines et l’habitacle reçoit des baquets Scheels et un volant Italvolanti spécifique. A l’extérieur, elle reçoit des fender flares, une lèvre avant et un discret becquet de type Duck Tail. Des BBS Mahle en 7 x 14′ viennent remplir les ailes.

Sous le capot, le 6 en ligne est directement issu de la 3.0CS. Avec ses arbres à cames en tête, et ses 2 double-corps Zenith, il affiche fièrement 197 ch à 7000 trs. La transmission se fait via une boite 5 manuelle Getrag, la fameuse avec sa 1ère située en bas à gauche. On compte également un différentiel Borg Warner. Les amortos sont signés Bilstein pendant que les barres antiroulis gagnent en diamètre. Enfin, les freins avant reçoivent des étriers 4 pistons et des disques ventilés. 

100 modèles, tous blanc avec les bandes tricolores BMW Motorsport, furent prévus initialement. Affichés à un tarif dissuasif, cela n’empêcha pas BMW d’écouler toutes ses 530 MLE en un rien de temps. Face à ce succès et à la demande, la marque en assemblera 118 de plus, débarrassés de leur fender flares mais proposés ce coup-ci en gris et bleu clairs.

En Gr1, elle affichait 271 ch pour 1235 kg… Elle est tout simplement la 1ère série 5 à s’afficher en course avant de débarquer officiellement en Europe sur la base de la M535i. Mis à part que la MLE est née pour la course alors que la M535i a vu le jour d’abord pour la route pour ensuite, être adaptée à la piste.

  • BMW 745i E23

On passe désormais en 1984. La reine de la route signée BMW est la 745i E23, la grosse berline teutonne abonnée à la file de gauche sur l’Autobahn. Elle renferme un 6 en ligne de 3430cm3 (Un 3.5 l selon BMW) qui se fait souffler dedans par un KKK K27 pour envoyer 252 ch sur les roues arrière. Accompagné d’une boitoto ZF aussi rapide qu’une 4L sur un 400m, et d’une suspension pilotée, les perfs et le comportement sont honorables, mais suffisantes pour en faire la référence des pullman sur un Paris – Cannes en mode “file de gauche”.

Mais voilà, en Afrique du Sud, on a vu les choses sous un autre angle. Exit le turbo, et place au M88 ! Oui, la série 7 sud-africaine a reçu le 6 en ligne 24 soupapes de 3.5l qui a migré du berceau de la M1 à celui de la E23. Et pas que car si 192 exemplaires seront équipés de la boitoto ZF, 17 recevront la boite 5 Getrag (Toujours la même, 1ère en bas à gauche).

L’Europe n’y a pas eu droit, pour une simple raison. La production du M88 étant artisanale, BMW a eu peur de ne pouvoir assembler suffisamment de moteurs pour répondre à la demande et a donc préféré privilégier un marché plus restreint, mais friand de ce genre de caisses. Le succès de la 530 MLE a du leur donner des idées…!

  • BMW 333i E30

On termine avec une autre bête de la route qu’on aurait bien voulu voir sur nos routes. Nous sommes en 85. BMW a du mal en Gr1 avec la E28. Il faut donc trouver une nouvelle base histoire de redorer un peu le blason. La nouvelle série 3 est choisie pour remplacer la série 5… mais la M3 étant encore en phase de développement, le département sud-africian ne veut plus attendre. Du coup, les ingénieurs vont greffer à la série 3 le M30B32, le 6 en ligne 3.3l de la série 7 qui, comme son nom ne l’indique pas, est un 3.2l de 197 ch. Pour décrocher l’homologationen Gr1, BMW doit assembler 200 exemplaires… chose faite rapidement, même si la 333i ne verra jamais la course. En effet, le temps de lancer la production en Mai 85, le Gr1 est annulé. Cela n’empêchera pas BMW d’aller au bout du projet en commercialisant sa 333i jusqu’à la fin de l’année 87. BMW en assemblera 204 modèles.

P’tit détail, vous remarquerez des similitudes esthétiques avec les productions de Buchloe, le fief d’Alpina. Logique puisque la 333i est la 1ère et la seule BMW développée en collaboration avec le préparateur qui fournit quelques ingénieurs avec dans leurs bagages, ses freins, ses jantes et le kit carrosserie. Hors M3, elle reste la plus puissante des série 3 de la famille E30.

530 MLE, 333i ou 745i M88, voilà 3 caisses pleines de passion totalement inconnues chez nous… Vous en voulez une ? Vous reste plus qu’à aller en Afrique du Sud… et d’en trouver une. Parait que la plupart des modèles seraient toujours sur la route !


© Signatures éventuelles



Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 commentaires sur “BMW 333i E30, 745i E23 & 530 E12 MLE… Bavaria South Africa !