Antoine le Pilote ? Ho vous avez déjà du le croiser, car ce sympathique personnage, au casque surdimensionné, fait partie du petit monde du sport auto depuis déjà pas mal d’années. Et aujourd’hui, il vient avec son papa, Yvon Amiel, répondre à notre #Petrolhead.

#Petrolhead : Yvon Amiel... ou plutôt Antoine le Pilote 1

Présente-toi en quelques lignes

Je m’appelle Yvon Amiel, je suis dessinateur professionnel spécialisé dans le domaine de la course automobile. 

Quel est ton parcours ?

J’ai exercé le métier de Chirurgien Dentiste pendant de nombreuses années, tout en dessinant en parallèle… Le confinement et la crise du COVID m’ont amené à me remettre en question. On n’a, à priori, qu’une seule vie, la course et le dessin sont mes 2 passions, j’ai décidé de m’y consacrer à 100% !

#Petrolhead : Yvon Amiel... ou plutôt Antoine le Pilote 2

Pourquoi et comment en être arrivé au sport auto ? 

Je suis passionné de course automobile et de BD depuis mon plus jeune âge… J’ai publié mes premiers dessins humoristiques dans Auto Hebdo à l’âge de 16 ans ! De fil en aiguilles, j’ai eu la possibilité de développer beaucoup de produits dérivés de mes dessins : Les t/shirts pour les pilotes F1 avec Stand 21, le célèbre équipementier. Les figurines de pilotes dont celles sous licence de la fondation, rendant hommage à Ayrton Senna. J’ai dessiné pour plusieurs magazines automobiles et pour plusieurs agences de communication.

Présente-nous ton activité

Mon activité actuelle tourne autour d’Antoine le Pilote, 1er héros de course automobile, créé en 2009, dont les aventures sont dédiées au partage de la passion entre les générations. 12 Albums illustrés ont été publiés à ce jour. Le 13ème « Antoine au Grand Prix de Monaco » est sorti pour Noël 2020 et publié par les Éditions Gilletta, bien connues dans le sud de la France. Toute l’activité d’Antoine le Pilote est décrite sur le site web www.antoinelepilote.com que je vous invite à découvrir…

#Petrolhead : Yvon Amiel... ou plutôt Antoine le Pilote 3

Parle-nous de tes partenaires et de ceux qui t’accompagnent

Je travaille principalement avec 2 personnes qui sont très importantes pour le développement d’Antoine le Pilote. Gregory Ronot, lui-même excellent illustrateur, qui est responsable de la mise en couleur et mise en page des Albums. Ainsi que Fernando Grande, responsable de la fabrication des figurines et maintenant des trophées et des statues qui sont aussi du ressort de Philippe Marie de la Société Marie 3D. Philippe est à l’origine de l’idée de créer des Statues de Pilotes de Course.

Tes projets pour l’avenir ?

Donner une dimension internationale à Antoine le Pilote. Nous avons déjà édité des albums en anglais, italien et arabe ! Surtout, ce que nous espérons, c’est obtenir le soutien de la FIA et/ou de la FFSA pour la diffusion de nos albums. Antoine le Pilote est d’utilité public pour la diffusion de la course automobile en direction des nouvelles générations.

#Petrolhead : Yvon Amiel... ou plutôt Antoine le Pilote 5

Au niveau passion, quel est ton premier souvenir avec une voiture ?

C’est le rallye du Maroc. J’habitais à Rabat étant enfant, et mon père m’avait procuré un laisser-passer me permettant d’approcher les pilotes et les autos !

Qu’est ce qui te passionne le plus dans l’automobile ?

Ce qui me passionne dans l’automobile c’est la course, pour les sons, les couleurs, les émotions, les belles carrosseries… et les héros !

Permis du premier coup ?

J’ai loupé mon permis 2 fois. Je roulais trop vite la première fois… et trop lentement la seconde !

Sur la route, tu es plutôt zen ou speed ?

Sur la route, je suis speed… trop speed d’ailleurs, il faut que je me calme.

Et justement qu’est ce qui t’énerve le plus sur la route ?

Les gens qui roulent avec le bras gauche qui pend sur la portière m’énervent particulièrement !

#Petrolhead : Yvon Amiel... ou plutôt Antoine le Pilote 6

Si on devait résumer ta passion, et ta vision de l’auto en 1 mot.

Vitesse !

Malgré cela, qu’est ce qui pourrait te faire détester les voitures ?

Les voitures full électrique parce que c’est un leurre écologique…

Quel est pour toi le meilleur pays pour vivre sa passion auto ?

L’Italie sans doute ?!

Les petrolheads en France tu les vois comment ?

L’automobile qui fait Vroom Vroom n’a plus vraiment la côte en France où l’écologie a pris une place majeure… Je suis pour la préservation de la planète mais contre l’autophobie excessive développée dans certains milieux. Ceux qui prônent le tout électrique feraient bien de se poser la question de l’extraction des minerais nécessaires à la fabrication des batteries et la question du recyclage de ces mêmes batteries…

Si tu pouvais changer ou modifier quelque chose…

Si je pouvais influencer quelque chose, je changerais les règles de la Formule 1 pour revenir à des choses plus simples, qui feraient que les voitures soient toutes différentes et puissent se doubler plus facilement…

Tu as un budget “no limit”, quelles sont tes 3 premières caisses ?

Ferrari F8 Tributo
Ferrari Daytona du Mans
BMW Z8

Et justement en parlant voiture, en quoi tu roules ?

En Porsche Cayman. Actuellement j’ai une Audi S3, c’est un bon compromis pour transporter rapidement mes tableaux. Et le week-end je conduis la Porsche 718 Boxster de mon épouse…

#Petrolhead : Yvon Amiel... ou plutôt Antoine le Pilote 8

Laquelle a été ta 1ère ?

Ma première voiture était un Coupé Fiat 127.

Et ensuite ?

Hola, beaucoup ! J’ai eu des 205 GTI, des BMW dont une Z3 que j’ai adoré… Ensuite, Audi TT, Porsche Cayman, le rêve absolu ! Pas de Rolex avant 50 ans, mais une Porsche à 47 ans !

Tu es plutôt moderne ou ancienne ?

J’aime autant les modernes que les anciennes…

#Petrolhead : Yvon Amiel... ou plutôt Antoine le Pilote 9

Quel petrolhead t’inspire le plus (Pilote, artiste…)

Je suis un grand fan d’Alain Prost, du pilote comme de la personnalité qu’il est devenu… Alain est sensible à Antoine le Pilote et aux buts que nous poursuivons… Quelques projets en commun sont d’ailleurs en gestation.  

Ton anecdote la plus dingue au volant d’une caisse

Quand j’ai eu mon Cayman, je me suis mis en tête de rouler sur circuit. Lors d’une journée de Track Days sur le circuit Paul Ricard, j’ai enchaîné les tours de piste à haute vitesse, freinages dégressifs, etc… À la fin de mon run, les plaquettes, les disques et les 4 pneus étaient HS. Personne ne m’avait dit qu’il fallait alterner avec des tours à basse vitesse, si on ne veut pas tout cramer !

#Petrolhead : Yvon Amiel... ou plutôt Antoine le Pilote 10

Quelle musique écouter en roulant ?

J’aime le groupe Brigitte (on ne dit pas les Brigitte !) et mon fils m’a converti au rap français, style Black M, Orelsan… Jean-Louis Aubert, je le kiffe aussi.

Atmo ou Turbo ?

Les deux.

Drift ou grip ?

Grip… Une grande courbe à fond, c’est trop bon ! La courbe de Signes en appui avec une bonne GT, j’adore.

Bière ou whisky ?

Les 2… l’alcool convivial mais sans excès.

Propulsion, Traction ou 4RM ?

Propulsion… quoi de mieux ?

Full power ou light is right ?

Full power ET light is right ! Une F1 quoi !

#Petrolhead : Yvon Amiel... ou plutôt Antoine le Pilote 11

Static ou airride ?

Static.

Circuit ou rallye ?

Circuit.

Bullitt ou Fast and Furious ?

Bullitt… ou plutôt Le Mans.

Télé, internet ou papier ?

Les 3. J’adore toujours aller chercher mes magazines en kiosque, même si j’ai beaucoup réduit… Il fut un temps où j’achetais strictement toute la presse automobile ! Pour internet, les réseaux sociaux sont incontournables si l’on veut mener à bien une activité professionnelle. Enfin niveau télé, C+ fait un job incroyable sur la retransmission des GP et des autres catégories… incontournables !

#Petrolhead : Yvon Amiel... ou plutôt Antoine le Pilote 12

Passé, présent ou futur ?

Pareil, difficile de choisir. Le passé, car les souvenirs sont importants. Mais le présent aussi. Il ne faut pas oublier de profiter de l’instant présent, kiffer la Life comme disent certains ! Enfin le futur afin de conserver l’énergie pour construire un futur meilleur et de beaux projets. Antoine le Pilote ouvre des possibilités infinies !

Un message à passer ?

Il n’y a rien de plus beau que la course automobile, parfois même c’est beau à pleurer ! Donc, il faut se battre contre ceux qui veulent tuer notre sport pour de mauvaises raisons !

Ton avis sur De l’essence dans mes veines

De l’essence dans mes veines : juste indispensable ! Très important de continuer de se référer au meilleur de l’automobile pour construire un présent et un futur tout aussi magnifique…

#Petrolhead : Yvon Amiel... ou plutôt Antoine le Pilote 13

Merci beaucoup pour le temps consacré.