Sélectionner une page

Quand on veut se faire un projet piste, généralement, on se tourne vers un truc fiable et où on peut trouver des pièces sans trop se faire chier. Puis vue que la caisse va quand même prendre sa race, autant faire en sorte de pouvoir faire en sorte que chaque sortie ne coute pas un blinde… Ou alors on s’la joue à la rebelle ! Et l’Alfa 164 Q4 est idéale pour ça… et en plus, elle a un Busso !

De son côté, l’Alfa 164 Q4, c’est l’aboutissement de la gamme… Il aura fallu 7 ans à Alfa pour sortir enfin ce bijou qui finalement, ne se vendra qu’à 1400 exemplaires. Sombre échec pour une voiture qui méritait bien mieux que ça. 1ère Alfa à voir le jour sous la direction de Fiat, c’est une séduisante traction au dessin signé Pininfarina et à la plateforme commune aux Fiat Croma, Lancia Thema et Saab 9000. 

Le problème, c’est qu’une fois avec le V6 3.0l sur le train avant, la 164 encaisse mal… Ses roues avant peinent à passer les watts, le couple envoie des uppercut dans la direction, et les suspensions avant trop souples se vautrent dès qu’on veut accélérer le rythme… Il est hors de question de proposer aux alfistes une sportive qui ne serait pas au niveau du Biscione. Du coup, les ingénieurs se penchent sur ce châssis et vont développer sûrement l’une des transmissions intégrales les plus évoluées du marché.

C’est ainsi que va naitre le système Viscomatic, développé avec l’aide de Steyr-Puch, un spécialiste autrichien. Et attention, les gars n’ont pas fait les choses à moitié… La transmission reçoit un différentiel équipé d’un visco équipé de lames à géométrie variable et piloté par une centrale électronique. Le tout est relié aux capteurs ABS et au calculateur moteur pour être tenu en permanence informé de la vitesse des roues et du régime moteur. Les roues arrière sont devenues motrices et aidées par un Torsen. La répartition du couple est entièrement variable et pilotée à 100%. Malgré ses 1T700, l’efficacité est devenue bluffante et la Q4 est scotchée au sol… seule une petite route défoncée peut lui faire perdre de sa superbe.

Tout ceci ne serait rien sans le magnifique Busso sous le capot. Un V6 3.0l 24 soupapes, qui balance 230 ch à travers une boite 6 manuelle. De quoi envoyer la berline à 240 km/h en passant la barre des 100 km/h en 7 secondes et les 400m en 15,4. 

Bon, le potentiel est là… donc nos amis finlandais ont pu se lâcher pour rendre la belle 164 totalement ultime et bestiale. Pas foncièrement dehors puisqu’à part un shootage en règle et un jeu de Rays CE28, la belle berline italienne est full stock, avec son kit mis en valeur par sa robe biton bordeaux et gris métal. 

Par contre, dans l’habitacle, c’est mode racing ! La banquette a été dégagée. Les sièges remplacés par 2 baquets Sparco accompagnés d’harnais Takata. Un short shift et le pommeau sont adaptés aux passages à la volée. les pédalier est maintenant en alu. Enfin un volant Nardi prend place devant le pilote. 

Au niveau du moteur, le V6 reçoit une admission et une ligne libérée. De quoi lui donner un peu plus de hargne dans les tours et faire chanter le Busso. 

Cette Alfa 164 rappelle que si vous cherchez une base pour un projet piste original, pensez aussi aux italiennes… elles peuvent valoir le détour non ?!

 © JTmedia.fi