Sélectionner une page

Depuis 1975, le Turbo signe le menu best of dans la famille 911. Toutes les générations vont avoir droit à leur greffe d’escargot(s). Et si la 996 signait le passage de l’air à l’eau, une fois devenue 996 Turbo, elle faisait entrer la légende allemande dans le monde des supercars civilisées… ‘fin pas pour celle qui arrive, une Porsche 996 Turbo qui a perdu toutes ses bonnes manières…

En 97, la Porsche 996 a été le gros tournant de la famille 911. Le Flat 6 troquait son légendaire refroidissement par air pour de l’eau et au niveau de la ligne, lui coller la face avant du Boxster n’a probablement pas été la meilleure idée qu’aient pu avoir les ingénieurs allemands. En même temps, Porsche n’a pas vraiment eu le choix. Le Flat 6 refroidi par air commencé à montrer ses limites et les différentes réglementations en matière d’émissions ont fini par le condamner. Pour ne rien arranger, la situation économique du constructeur était encore délicate.

Du coup pour optimiser ses couts de fabrication, Porsche s’était rapproché de Toyota afin d’améliorer l’usine de Zuffenhausen en adoptant des techniques de production de masse afin de partager les éléments mécaniques de plusieurs modèles différents. La survie du constructeur passait obligatoirement par là. Du coup, après les remplaçantes des 993 et 968 allaient être développées en commun pour donner naissance au Boxster suivi l’année d’après de la 996. Et pour rajouter une dernière couche, en adoptant la face avant du Boxster, la Porsche 996 est la première à rompre totalement avec le style de la 911 originelle.

Et pourtant, elle est plus puissante, plus aéro, plus efficace, plus moderne, pus rigide et plus légère que la 993 à qui elle donne finalement un sacré coup de vieux. Et pour répondre à ses détracteurs, Porsche lui offrira une nouvelle face avant et un nouveau Flat 6. Et ce nouveau look, c’est la 996 Turbo qui va l’inaugurer lors de sa présentation au salon de Francfort en 99 avant d’arriver sur le marché en juillet 2000.

D’origine, le Flat 6 3.6 l shooté au biturbo développe 420 ch et 563 Nm de couple. A partir de 2002, les plus gourmands peuvent cocher l’option X50 qui voit débarquer deux nouveaux turbos, un intercooler plus volumineux, une nouvelle gestion et une ligne libérée pour faire passer le gazier à 450 ch. En 2005, l’option X50 rejoint le catalogue en compagnie du freinage carbone céramique (PCCB) pour donner naissance à la bestiale Turbo S.

Celle qui défile devant vos yeux n’est pas une S mais une « simple » Turbo de 2003. Sa couleur gris ardoise la rend trop discrète par rapport au potentiel qu’elle cache sous sa robe. Elle est posée sur des jantes forgées Champion Motorsport Monolite RS98 en 19″ chaussées en Michelin Pilot Sport 4S de 235/35 et 305/30. Elle roule plus bas grâce à des combinés JRZ RS1. Elle conserve son PSM, son DGL électronique et son freinage d’origine, même si maintenant les disques percés sont mordus par des plaquettes racing avec liquide haute température.

Dans l’habitacle, les baquets carbone Stätus avec harnais Schroth posent le décor. L’autoradio est viré et l’arrière est vidé. Plus de moquette, plus de sièges, à la place un demi arceau DAS Sport vient renforcer la caisse. Quelques accessoires, pédalier et levier de frein à main, terminent le tableau.

Sous le capot arrière, le Flat 6 biturbo est libéré via une ligne Techart et une nouvelle gestion Cobb Accessport pendant que le refroidissement a été upgradé. De quoi aller sortir 430 ch et 667 Nm au banc… pour maintenant moins de 1500 kg. De quoi aller taquiner le chrono sur circuit tout comme éviter aux glaçons de fondre le temps de rentrer du Drive !

La légende veut que la 996 soit la mal aimée de la famille. Il n’empêche qu’avec elle, Porsche n’avait jamais vendu autant de 911 en si peu de temps… 111995 de 63 à 73 et 198496 de 73 à 89 pour la 911, 63762 pendant les 6 ans de carrière de la 964. 68881 Porsche 993 de 93 à 98. Et 175262 en 8 ans de carrière pour la 996. Ajoutez y les presque 103000 Boxster vendus sur la même période, et on peut finalement dire que les japonais ont été de bon conseil… Porsche devient la marque la plus rentable de la planète.

© randomquickness via BaT