La Ferrari 250 GTO, c’est l’écrevisse au milieu des crevettes ! Voyez ?  C’est LA Ferrari, celle qui pulvérise tous les records à chaque fois qu’un des 33 exemplaires foule un podium d’une vente aux enchères. Et bien sachez qu’il a existé une série encore plus exceptionnelle, la 330 GTO ! Oui Môssieur…

DLEDMV - Ferrari 330 GTO - 01

Et son histoire est extrêmement simple. Me voilà donc qui m’en vais vous la conter…


Début des années 60, Ferrari arrive dans une période charnière. Le V12 3.0 l, le fameux “250” Colombo a quasiment donné tout ce qu’il pouvait depuis sa naissance en 1952. Il faut donc songer à le remplacer…

DLEDMV - Ferrari 330 GTO - 02

DLEDMV - Ferrari 330 GTO - 03

Les performances et les concurrentes poussent la Scuderia à une augmentation de cylindrée afin de suivre la cadence. Heureusement, il existe à Maranello un autre V12 qui, lui aussi, a vu le jour au début des 50’s. Il cube de 4 à 5 l mais est réservé aux courses américaines où les règlements sont plus généreux sur la cylindrée des blocs (Tu m’étonnes !).

DLEDMV - Ferrari 330 GTO - 04

C’est donc le V12 de la 400 Superamérica, dessiné lui aussi par Colombo, qui va traverser l’Atlantique, passer par Maranello pour que les ingénieurs s’y penchent dessus en le modernisant, et se retrouver ainsi sous le capot de 3 GTO qui deviendront ainsi les 330 GTO… ou, officiellement, les 250 GTO 4.0 l à ne pas confondre avec la 330 LMB selon certains dires, qui adoptait un cul différent.

DLEDMV - Ferrari 330 GTO - 05

La 250 GTO 4.0 l n’a pas marqué les esprits, puisque son moteur plus lourd, lui faisait gagner en performance, mais perdre en agilité. Sachant que sur les 3 modèles, seulement 2 verront la piste. La 3ème étant vendue et livrée à un français, ami proche d’Enzo Ferrari qui l’utilisera au quotidien !

C’est l’avant dernière Ferrari de course à moteur avant (Avant la Daytona puis beaucoup plus tard, la 550 Maranello). Et en voilà une qui se décrasse les pistons à Monza… Histoire de vous faire saliver, c’est donc 12 cylindres en V à 60° avec 4.0 l de cylindrée, alimenté par 6 carbus doubles corps et capable de tutoyer les 8000 trs ! Obligeant d’ailleurs Maranello à l’équiper d’un capot avec une bosse plus proéminente. Prévoyez un caleçon de rechange…


© 19Bozzy92 & signatures éventuelles