Le #Petrolhead, c’est l’occasion de vous présenter tous ceux qui font la passion de l’auto. De Ian Roussel à Keiichi Tsuchiya, en passant par Jean-Pierre Gagick, Eric Debaud, Alan Derosier et maintenant Laurent de Marina Racewear, qui rejoint le club (envié !) de ceux qui sont passés sur DLEDMV.

#Petrolhead : Laurent de Marina Racewear - Sport auto et Vtec ! 1

Laurent, c’est un passionné, contaminé au Vtec et spécialisé dans l’équipement des pilotes à travers la marque Marina Racewear. Présentations…

Présente-toi en quelques lignes

Laurent, 46 ans, (pardon 26 ans), vivant dans le sud-est au Castellet depuis plus de 20 ans et originaire du sud d’Avignon. J’ai fait mes études à Toulouse pendant 5 ans (des années d’insouciance) où j’ai rencontré des amis sur place et sur Bordeaux. Un stop à Montpellier pendant trois belles années le temps de me lancer dans le sport auto chez un revendeur de pièces et ensuite direction le Paul Ricard pour 15 années chez Oreca, en tant que formateur. Je suis passionné de la première heure de sportives. Surtout japonaises et particulièrement Honda en version Type R de préférence. Je me retourne à chaque son mélodieux d’un échappement sport. Que ce soit des 4 cylindres, V6, V8 et plus. Même si mes expériences semblent exclusivement Honda, au final, je ne suis pas sectaire tant qu’il y a des sensations et de l’émotion au bout. Mais comme j’aime la fiabilité, je privilégie les japonaises plutôt que “à vous d’inventer la vie qui va avec…”


#Petrolhead : Laurent de Marina Racewear - Sport auto et Vtec ! 2


Pourquoi et comment en être arrivé à l’auto ? 

Etrangement l’automobile est venue grâce à ma mère, pas du tout prédestinée à la passion auto dans la famille. Elle-même avait une belle Alfa Romeo Coupé Bertone 1750 de 1969. C’était une auto que mon père avait achetée au début des années 80 chez un spécialiste Alfa. Cette auto avait bercé mon enfance jouant aux petites autos sur la banquette arrière. Et puis la dure réalité et surtout la rouille légendaire des Alfa avaient obligé mon paternel à la remiser pendant une bonne dizaine d’années pour qu’un jour il la fasse revivre et c’est ma mère qui l’a récupérée comme voiture de tous les jours. Elle s’est faite repérer et embrigader dans un club, la “Scuderia Italia”, alors adolescent je l’accompagnais, j’étais entouré de belles autos aux senteurs italiennes. Que du bonheur ! Nous faisions des rallyes touristiques dans la région (Que notre Provence est belle à découvrir !), des montées historiques et parfois du circuit pour suivre les copains. Tous les genres se mêlaient. J’ai adoré ces moments qui ont forgé les bases de ma passion pour l’automobile pour tout ce qu’elle apporte comme échanges et partages avec les gens de tout horizon. En vivant pleinement leur passion les gens révèlent le meilleur d’eux même. En étant bercé à l’odeur de l’essence, je ne pouvais que poursuivre professionnellement dans ce milieu. La majorité de mes amis sont tous issus des rencontres faites de près ou de loin autour de l’automobile et de ce milieu qu’ils affectionnent.

Présente-nous ton activité

Après 20 ans dans le négoce du sport automobile avec diverses expériences chez un grand nom du sport auto français (il y en a encore fort heureusement), j’ai décidé de créer ma société LCO Perspective pour apporter mon expérience dans ce milieu à ceux qui ont besoin des conseil, de connexion ou de support dans la recherche et le choix de pièces ou de solutions au meilleur coût. Autant des teams professionnelles, des industriels désireux de rentrer dans le sport auto et aussi des particuliers à la recherche de solution pour leur projet. Comme je le dis souvent, je ne deviendrai pas riche mais tous les matins quand je me lève j’ai la banane car j’aime ce que je fais. Apporter mon service à mes clients qui me ressemblent m’apporte beaucoup. Mon but est juste d’arriver à vivre de ma passion.

Parle-nous de tes partenaires et de ceux qui t’accompagnent

Aujourd’hui mon activité principale est la distribution exclusive de la marque Marina Racewear pour la France. Depuis plus de 3 ans nous avons lancé un programme de personnalisation accessible et abordable d’équipements homologués FIA pour les pilotes et copilotes de course automobile. Combinaisons, sous-vêtements, gants, bottines, casques, Hans… Mon objectif est de faire découvrir et démocratiser la personnalisation aux pratiquants du sport automobile (rallye, circuit, endurance, course de côte, trackdays, drift, sprint car, autocross, rallycross, karting…) à moindre coûts avec des produits de qualité et ultra confortables. 

Tes projets pour l’avenir ?

Continuer dans l’automobile ! Développer ma structure et stabiliser sa progression pour concrétiser mon projet professionnel ultime toujours autour de l’automobile en m’entourant de personnes qui sauront m’épauler.

Au niveau passion, quel est ton premier souvenir avec une voiture ?

Ce sera l’Alfa Romeo Coupé Bertone. Rouler à 16 ans avec une belle auto, ça marque l’esprit à vie. Le son du double-arbres dans un tunnel résonne toujours dans ma tête. Même si les balades en Innocenti avec ma grand-mère ont une saveur particulière aussi.

Qu’est ce qui te passionne le plus dans l’automobile ?

L’échange avec un passionné qui a les yeux qui brillent quand on parle de bagnoles. C’est un langage universel.

Permis du premier coup ?

Oui. La conduite du 1er coup. Le code ça compte ?

Sur la route, tu es plutôt zen ou speed ?

Dans ma tête je suis tout zen avec un rythme soutenu. Mais d’après ma femme, je suis ultra speed ! Tout est question de point de vue.

#Petrolhead : Laurent de Marina Racewear - Sport auto et Vtec ! 3

Et justement qu’est ce qui t’énerve le plus sur la route ?

Les mous en mode chicane mobile pensant qu’ils sont seuls au monde. Idem pour les abonnés à la voie du milieu sur autoroute car c’est plus confortable pour rouler. S’ils pouvaient se rabattre sur la voie de droite et penser aux autres plutôt qu’à leur gueule, tout se passerait mieux. Si vous vous êtes mous ok, chacun son rythme, mais roulez aux vitesses et laissez-vous dépasser plutôt que de créer des bouchons.

Si on devait résumer ta passion, et ta vision de l’auto en 1 mot.

Emotion

Malgré cela, qu’est ce qui pourrait te faire détester les voitures ?

La pollution ! Et si on mélangeait l’hydrogène à l’essence…on resterait petrolhead. Peu importe le flacon pourvu qu’on ait l’ivresse.

Quel est pour toi le meilleur pays pour vivre sa passion auto ?

J’ai la chance par mon métier d’avoir visité plusieurs pays. Chaque pays a ses avantages et inconvénients. La France est magnifique par ces belles régions et routes à découvrir. Par contre elle est devenue trop autophobe. Trop taxé, interdit et montré du doigt. Pollueur avec sa sportive. Tu en connais beaucoup des sportives qui vont rouler plus de 30000 kms par an ? Est-ce à eux de payer pour les vrais pollueurs ? Rien que de l’image pour satisfaire les bobos Parisiens… et Lyonnais maintenant. C’est bien dommage ! l’automobile est synonyme de plaisir de conduite, de voyager, de découvrir. Partir à l’aventure avec une belle sportive évocatrice, c’est comme relever un plat fade et rajouter du piment dans sa vie. Ça change tout et à la fin tu en redemandes tellement c’était bon !
L’Angleterre pour sa liberté et sa diversité d’automobile plaisir utilisé au quotidien mais ça se perd un peu maintenant. Ils ont eu de beaux modèles importés du Japon que nous n’avons pas eu en Europe. Les chanceux !
L’Italie pour son patrimoine culturel et le savoir faire et les designs automobiles à couper le souffle.

#Petrolhead : Laurent de Marina Racewear - Sport auto et Vtec ! 4

Les petrolheads en France tu les vois comment ?

Encore en vie et d’autant plus passionnés.

Comment imagines-tu l’avenir de l’automobile ?

Les « produits » actuels restent fades et communs. Je l’imagine avec des moteurs propres pour espérer rouler à l’essence encore longtemps sans limite.

Si tu pouvais changer ou modifier quelque chose…

C’est un programme politique ? car ça peut être long ! Le litre d’essence à 30cts sans les taxes. Création d’un permis “haute vitesse”. Formation du permis avec 24H sur circuit pour apprendre à maitriser son véhicule. Formation au permis de 4H pour apprendre que le rétroviseur n’est pas seulement un accessoire pour se contempler. Formation à l’école que la vie c’est apprendre à découvrir le monde pour s’ouvrir l’esprit et que l’automobile est un bon moyen d’être libre et ce n’est pas seulement la cause de tous nos malheurs.

Tu as un budget “no limit”, quelles sont tes 3 premières caisses ?

Honda NSX 3L 1ere Gen (la quintessence… je sais je ne suis pas objectif)
Porsche GT3 RS (quel moteur atmo)
AC Cobra 427 (un V8 bestial pour la thèse et l’antithèse)
J’ai le droit d’agrandir le garage vu que c’est « no limit » ?
Maserati 3200 Assetto Corsa pour le dernier moteur Maserati
Ferrari 355 boite manuelle (peut être pas la meilleure mais la 1ère d’une nouvelle ère)

Et justement en parlant voiture, en quoi tu roules ?

Honda Intégra Type R DC2 pour la route depuis 17 ans et une autre pour la piste depuis 12 ans. Quand on a gouté à la vie à 9000 trs/min… dur de passer à un rapport supérieur. Au quotidien avec un Honda FRV (ça fait pas trop petrolhead) officiellement pour la famille et officieusement pour tracter la pistarde. Mais chuttt ! ma femme risque de lire.

#Petrolhead : Laurent de Marina Racewear - Sport auto et Vtec ! 5

Laquelle a été ta 1ère ?

Ma 1ere auto fut une Seat Ibiza 1.2 GL système Porsche de 46 ch, héritée du paternel. Qui n’avait de Porsche que la consommation d’ailleurs.

Et ensuite ?

Fort heureusement je suis passé à d’autres sauces plus épicées. Tout d’abord une Honda Civic ESI 125 ch EG5 de 93 (que j’ai encore depuis 26 ans dans la famille) et ensuite une Honda Civic VTI 160 ch EG6 de 93 (gardé plus de 7 ans). J’ai monté une Civic EG pour le rallye et ensuite j’ai fait du circuit dans la région Paca avec. Après l’ère Civic, je suis passé à l’Intégra type R DC2 pour la route (que j’ai encore) et j’ai monté une Intégra type R pour la piste, toute allégée et préparée comme il se doit. Oui je suis fidèle à Honda et conservateur.
Après j’ai l’opportunité de tester des autos grâce à ma profession et mes amis. La Subaru GT turbo était une belle expérience. La Honda S2000 magique. La Porsche 911 un mythe. La Toyota MR à moteur central du paternel était bien équilibrée aussi. La Toyota Supra un missile en ligne droite…

#Petrolhead : Laurent de Marina Racewear - Sport auto et Vtec ! 6

De toutes celles que tu as eu, laquelle t’as le plus marqué ?

La Honda Intégra type R. c’est pour ça que je l’ai gardée. Elle réunit tout ce que j’aime dans une sportive. Légère, efficace, performante et utilisable au quotidien. Un vrai déménageur aussi dans un autre registre!

Le plus déçu ?

Le freinage de la Subaru d’origine faisait peur quand même !

Tu es plutôt moderne ou ancienne ?

Ancienne

Pourquoi ?

Les modernes sont trop aseptisées. Les sensations sont gommées et rangées dans la boite à gant (ou en option peut être). Une autre époque. Ma fille, je te plains. J’espère que vos autos pourront encore procurer des sensations dans le futur.

Quel petrolhead t’inspire le plus (Pilote, artiste…) ?

Je n’ai pas de petrolhead en particulier. Par habitude de tracer ma route. Toutefois j’admire ceux qui vont au bout de leurs rêves. A évoquer un pilote inspirant je dirais Senna pour sa personnalité, sa détermination et sa recherche de la performance jusqu’au bout de l’effort. Son pilotage avec un panache rare. Avoir 10% de son talent est déjà beaucoup. Pour avoir réalisé sa passion en nous laissant un bel héritage spirituel en créant la société Honda, M Soichiro Honda. Quels beaux exemples inspirants à suivre.

#Petrolhead : Laurent de Marina Racewear - Sport auto et Vtec ! 7

Ton anecdote la plus dingue au volant d’une caisse

Il y en a tellement. Je pourrais évoquer une petite bourre beaucoup plus jeune avec un local de l’étape en Corse entre Sartène et Ajaccio, dans un cadre magnifique (c’est beau la Corse) mais ce n’est plus à la mode. Cette époque est révolue. Trop de gens sur les routes et surtout ne savent plus rouler correctement. Je dirais plutôt un roulage trackdays sur le Lédenon avec une Ferrari F430 et l’Integra de piste. Une passe d’arme mémorable tour après tour en mode couteau entre les dents entre gentlemen driver à l’issue heureuse. Nous avons même fait une photo souvenir pour marquer le coup. J’ai des tas de souvenirs comme ça !

Quelle musique écouter en roulant ?

Si je dis Joe Dassin je reste un Petrolhead ?

A tes yeux, la meilleure route ?

La route des crêtes (ND DLEDMV : Entre Cassis et La Ciotat, au sud de Marseille). J’adore rouler sur cette route. Autant pour le paysage que pour le relief, les virages. J’ai eu l’occasion de la faire en spéciale de rallye en 2007 de nuit et de jour. Que du bonheur !

#Petrolhead : Laurent de Marina Racewear - Sport auto et Vtec ! 8

Atmo ou Turbo ?

Un Atmo bien plein. Rien que pour l’ingéniosité et la noblesse de tirer le plus de chevaux à cylindrée égale.

Drift ou grip ?

Grip !

Bière ou whisky ?

J’ai droit au Spritz ? Une note italienne à la Dolce vita dans sa vie ça fait toujours du bien. Il va falloir que je revienne à Alfa un de ces jours.

Boite manu ou séquentielle ?

Manuelle

Propulsion, Traction ou 4RM ?

Plutôt traction. Il faudrait un jour que je revienne à la propulsion avec un S2000 ou un moteur central AR.

Full power ou light is right ?

Light is right ! Sans hésitation.

Static ou airride ?

Static

Circuit ou rallye ?

Plutôt rallye pour le coté instinctif et circuit pour la raison et sa précision.

#Petrolhead : Laurent de Marina Racewear - Sport auto et Vtec ! 9

Bullit ou Fast and Furious ?

Bullit. Le petrolhead par excellence avec la classe en prime.

Télé, internet ou papier ?

Les 3. J’adore me prendre un magazine en terrasse à siroter un apéro (Spritz) sur le port.

Passé, présent ou futur ?

Passé car l’histoire automobile est tellement riche que j’en apprends encore tous les jours. Le présent ne m’inspire pas tellement. Le futur pour la curiosité des autos qui nous permettront de nous donner de l’émotion dans l’avenir. L’hydrogène risque d’être détonnant…

Un message à passer ?

Vivez votre passion auto comme vous l’entendez. Construisez vos rêves et ne laissez jamais les autres vous influencer. Soyez votre propre petrolhead !

#Petrolhead : Laurent de Marina Racewear - Sport auto et Vtec ! 10

Ton avis sur De l’essence dans mes veines ?

J’adore l’esprit. Ça parle de tout autour de la bagnole sans se prendre la tête avec des histoires toutes aussi belles que folles. DLEDMV est la preuve que l’automobile est une source inépuisable d’imagination au service de l’homme. Longue vie !

© photos : Jonathan B. PhotographieMarianne Alais – Signatures éventuelles