Une Porsche Carrera GT en enfer…


Advertisements

Rassurez vous, je ne vais pas vous faire une allusion glauque à la pauv’ Carrera GT rouge qui a rejoint le Valhalla des supercars, emportant avec elle Paul Walker et Roger Rodas. Non, celle qui arrive est grise, bien roulante et arpente un enfer composé de courbes et d’asphalte… la Nordschleife !

dledmv-porsche-carrera-gt-nurb-onboard-04

Pour moi la Porsche Carrera GT reste l’une des dernières descendantes de ces supercars qui misaient encore sur des sensations pures, ancrées vers le pilotage en direct life. Après elle, on peut considérer que la guerre à la puissance a commencé et 10 ans plus tard on peut se demander jusqu’où iront-ils ?! Quand on voit que des berlines actuelles affichent autant, si ce n’est plus de watts que la Carrera GT…!

dledmv-porsche-carrera-gt-nurb-onboard-06

dledmv-porsche-carrera-gt-nurb-onboard-02

dledmv-porsche-carrera-gt-nurb-onboard-05

Bref, notre Porsche, c’était un poids contenu à moins d’1T400. Un V10 atmo au chant envoutant et capable d’aller chercher sa respiration au delà des 8000 trs, lance des salves de 612 ch aux roues arrière. La boite est encore manuelle avec un levier, un vrai ! Pareil au niveau du châssis, l’électronique n’avait pas encore fait son invasion… Un antipatinage (totalement déconnectable)  et un autobloquant se chargent de contenir les excès d’optimisme. le grip est phénoménal, donnant à la Carrera GT un comportement de proto, efficace, mais violent à l’approche des limites. A partir de là, ça peut devenir chaud…!

dledmv-porsche-carrera-gt-nurb-onboard-03


En attendant, notre pilote du jour nous offre un tour du Nürb à son rythme, et en onboard ! Je ne sais pas vous, mais moi, je ne résiste pas…

© Maxoge

Vous pouvez aussi nous aider en participant à notre cagnotte 😉

Advertisements

Laisser un commentaire