Le rallye, c’est comme le rodéo !  Des hommes essayant de dompter des monstres de puissance… Bon, c’est leur métier finalement ! Mis à part qu’en rallye, la seule différence, c’est qu’avant l’arrivée d’Audi et de ses Quattro, cette puissance devait passer au sol via les roues arrières… Et ça, ça changeait tout !

DLEDMV_Opel_Manta_400_GrB_003

Pour la Manta 400 du GrB, on parle d’un officiel 275 ch mais il se murmure aussi d’officieux 300 – 340 ch ! Pour une poids situé juste en dessous de la tonne.


J’entends déjà d’ici les champions de Forza et de Gran Turismo… « Trop facile »… Enfin, mis à part que l’icône « recommencer » n’existe pas…

D’ailleurs, ceux qui s’en sont le mieux sortis à son volant s’appellent Ari Vatanen, Henri Toivonen, Jimmy McRae (le père du regretté Colin) ou Guy Frequelin… Des pilotes que les incultes de l’auto comparerons peut être à des ânes !

DLEDMV_Opel_Manta_400_GrB_001

La Manta faisait donc partie de cette famille d’engins virils, où les sens étaient mis à rude épreuve, et que la coordination entre les pieds, les mains, le regard et la faculté d’anticiper et de réagir vite, (très vite même) nécessitaient une concentration et une maitrise totale. Le cas échéant, les pilotes communiaient avec la nature, celle d’un tronc d’arbre, d’un fossé, ou alors le charme d’un sympathique rocher ! Bon, vous me direz, ces règles n’ont pas changé depuis, les voitures font toujours 300 ch que les ingénieurs ont appris à dompter pour « faciliter » la vie des pilotes… Puis 4 roues motrices ça aide un peu plus, hormis que ça passe beaucoup plus vite.

Finalement c’est juste un conflit de générations… Alors pour ceux qui n’ont connu que les modernes missiles que sont les WRC… Sachez qu’à une époque, le rallye c’était ça aussi…

© Motor Vidz & signatures éventuelles