Michael Bartels ? Ca vous parle ? Nan ? C’est un pilote Allemand, qui a usé le fond de sa combi en monoplace, tourisme et GT… Un touche à tout,  pilote multifonctions ! Parmi ses jouets, une méchante Alfa Romeo 155 V6 Ti qu’il a dompté en ITCC et en DTM et qui fait un come back plutôt remarqué…

DLEDMV - Alfa 155 v6 ti Jagermeister - 03

La 155 V6 Ti, c’est d’abord et surtout le renouveau de la marque en compétition. En 86, Fiat rachète Alfa avec la promesse d’un avenir glorieux. La marque cesse tous ses engagements en compétition pendant que sur la route, la 164 montre le bout de sa calandre et la SZ impose son style signé Zagato. En 92, la 155 tente de faire oublier la 75… Mais difficile de la jouer sportive alors que l’historique propulsion laisse la place à la traction ! Les Alfistes peinent à s’identifier à la nouvelle image de leur marque préférée même si la qualité a fait un grand bon en avant ! Les Alfa sont devenues civilisées… difficile à accepter !


DLEDMV - Alfa 155 v6 ti Jagermeister - 04

Alors Alfa va tenter de se réconcilier avec eux, pour leur monter que l’efficacité c’est sympa aussi. Pour cela la marque décide de lorgner du côté du DTM… Ce qui tombe particulièrement bien puisqu’à compter de 93, la série se muscle en adoptant le règlement Tourisme Classe 1. Châssis tubulaire, blocs V6 de 430 ch à 12000 trs, boite séquentielle, transmission intégrale, carrosserie violente, carbone à profusion… la bête est impressionnante. Alfa engage 8 voitures via différents teams, l’occasion aussi de faire briller les pilotes italiens, Gabriele Tarquini, Alessandro Nannini, Fabrizio Giovanardi, ou encore Nicola Larrini qui s’imposera au terme de la saison 93.

DLEDMV - Alfa 155 v6 ti Jagermeister - 01

Parmi les différentes écuries, le Schübel Engineering qui engage une 155 V6 Ti aux couleurs de Jägermeister et la confie à Michael Bartels. C’est justement cette dernière qui se détend les roulements… Et si vous vous êtes toujours demandé ce que pouvait donner un V6 de 2.5 l qui turbine à 12000 trs, ça se passe juste en dessous !


© Italiansupercarvideo & signatures éventuelles