Les fans de Rallye ou de course de côte la connaissent bien. On la croise aussi parfois dans les paddocks des courses historiques car ce petit bolide a véritablement marqué la discipline. Petit, léger, nerveux, cette kit car française a su rentrer dans la légende et devenir une icône des virolos !

dledmv-scora-jide-hillclimb-11

Jacques Durand est né à Paris en 1920. Après la guerre, une fois son CAP de mécanique de précision en poche, il se lance dans la fabrication de petits moteurs thermiques pour voitures miniatures? C’est le début du succès. En 1957, en pleine crise du Canal de Suez, il se met à fabriquer des économisateurs de carburant pour l’agent Renault de Chartres.


dledmv-scora-jide-hillclimb-10

Jusqu’à là, rien de bien excitant, je vous le reconnais… Mais voilà, un beau jour (Il pleuvait d’ailleurs !), notre homme tombe sur une Alpine qui attend son tour dans une carrosserie. Après l’avoir analysée et observée sous toutes les coutures, il se dit que finalement, ça ne parait pas si compliqué de construire une voiture sportive… bah, pourquoi pas lui ?!

dledmv-scora-jide-hillclimb-09

Il retourne voir l’agent Renault de Chartres, un certain Jean Schwab. Il va également chercher un ami de longue date, un passionné doué en mécanique du nom de Charles Cusson. Nos 3 hommes se lancent donc dans un projet de berlinette sport équipée de portes papillon et motorisée par un bloc de 4CV. En 58, l’Atla voit le jour et notre trio en vendra une douzaine.

dledmv-scora-jide-hillclimb-08

Suivra la Sera, une sportive sur base Panhard 850 cm3 équipé d’un hard top style Targa ! En 61, il s’expatrie en Espagne afin d’y réaliser une nouvelle voiture… Mais Jacques se heurte à l’administration espagnole et rentre en France pour collaborer avec René Bonnet.

dledmv-scora-jide-hillclimb-07

En 64, il rencontre Raymond gaillard qui, comme lui, réalise sa propre voiture, l’Arista. Jacques Durand va l’aider à réaliser une version coupé 2+2 de cette Arista. L’année suivante, il en fait de même avec André Morin, propriétaire de la marque Sovam.

dledmv-scora-jide-hillclimb-06

En 69, Jacques Durand se retrouve seul. Il dessine alors une petite berlinette, en s’inspirant de la GT40. Il lui greffe un moteur de R8 Gordini en position centrale et lui donne le nom de Jidé (Haaaaaaa, on y arrive !) qu’il proposera soit en kit, soit montée.

dledmv-scora-jide-hillclimb-05

Début 70, il vend la marque Jidé (+/- 140 voitures ont été commercialisées !) et s’installe en Corrèze où il ouvre une petite usine. C’est là que va naitre la Scora (Société CORézienne d’Automobile… A l’époque, on s’emmerdait pas en marketing ! Et ça marchait…!) qui reprend le dessin et le principe de la Jidé, tout en corrigeant les quelques défauts qu’elle avait.

dledmv-scora-jide-hillclimb-04

Il déménagera sur Cannes, avant de rejoindre Argenteuil, pour s’associer avec Charly Carcreff et Dominique Nusbaum et fonder Carcreff Durand Compétition qui commercialise la Scora Maxi. Mais les 3 hommes n’ont pas la même vision des choses et Jacques revend ses parts en 90 avant de repartir sur Mougins.

dledmv-scora-jide-hillclimb-03

En tout, une quarantaine de Scora signées Jacques Durand verront le jour, chacune avec ses spécificités mécaniques, principe du kit… vous choisissez votre coeur mécanique en fonction de vos envies et de votre budget. Depuis, la Scora est toujours fabriquée, assemblée et commercialisée par Carcreff. 

dledmv-scora-jide-hillclimb-02

En 91, avec son fils Michel, Jacques Durand présentera une version modernisée qui concrétise le projet AMD (Automobile Michel Durand). Mais le projet n’aboutira pas.

Jacques Durand est décédé en 2009 à Mougins en laissant derrière lui un héritage qu’il a probablement sous-estimé !

dledmv-scora-jide-hillclimb-01

La Scora est devenue une icône du rallye et de la course de côte. Un kit composé du châssis, une structure sandwich verre-carbone-époxy et nid d’abeille en aluminium, un freinage confié à Brembo, le tout habillé d’une carrosserie composée de composite verre-kevlar-epoxy (Le poids est de l’ordre de 750 kg maxi !). Niveau moteur, Carcreff propose des blocs d’origine Peugeot. Le XU10J4RS, le 2.0 l 16v de 167 ch qui équipait la 306 S16. Le V6 3.0 l du coupé 406, atmo de 210 ch ou équipé en biturbo pour 300 ch.  A moins que vous ne veniez avec votre moteur et votre boite qu’ils se feront un plaisir d’intégrer dans la berlinette.

Tout comme celle qui arrive juste en dessous qui reçoit un Cléon Fonte de R5 Turbo boosté à 350 ch pour un poids plume de 820 kg !

Enjoy…

© HillClimb Monsters & signatures éventuelles