Onboard en GT3 sur le Paul Ricard… Plein les yeux et les oreilles !



Vous aussi vous aimez les caisses qui remuent. Celles qu’on appelle les supersportives mais qui, le temps faisant, sont arrivées au niveau de celles qui étaient avant les supercars. Alors, je vous invite à embarquer dans les derniers monstres du GT3, direct en onboard, et sur le circuit ensoleillé du Paul Ricard… Attachez vous, ça va remuer ! Et pas qu’un peu…

Le circuit Paul Ricard, c’est un terrain de jeu idéal dès que vous avez des watts sous le capot. Les 5810 m de bitume sont aussi bien techniques que rapides. Et la ligne droite du Mistral, longue d’1,8 km (Sans la chicane qui vient casser la vitesse) vous permet de souder la pédale de droite et de laisser les pistons s’exprimer avant de déboucher dans Signes. Transformé en circuit de test en 2005, il réouvre ses portes au public en 2009 pour recevoir à nouveau des courses de motos, GT, ou des évènements sportifs et marketing. Et bien entendu, le grand retour du grand cirque de la F1 cet été (On va essayer d’y être pour vous).

Au niveau des suceuses de trajo’, le choix des armes est sympathique… Mercedes AMG GT3, Lamborghini Huracan GT3, Ferrari 488 GT3 ou encore McLaren 650GT3, mais sous la pluie celle là. Paradoxalement, une fois passées en mode GT3, elles souffrent des brides mécaniques qui les rendent moins puissantes qu’en version street legal. Mais elles se rattrapent en étant plus légères et avec plus d’appui. Et ça, ça leur permet de faire toute la différence. Ca colle à l’asphalte, le cul en direct live avec la piste, une bâton de dynamite sous le capot, et les hurlements des moteurs en mode Dolby Surround mais avec le caisson de basse sous les fesses et les aigus greffés directement dans vos tympans ! Ah ça vous plonge dans l’ambiance…

Alors si l’occasion vous en dit, sachez que le circuit Paul Ricard, est aussi ouvert au journées club et aux stages de pilotage. Alors vous n’aurez sûrement pas les sensations des GT3 qui suivent, mais pour se défouler et aller manger de la gomme, c’est toujours mieux que la file de gauche de l’autoroute ou que les petites départementales blindées de touristes. Puis c’était devenu rare de pouvoir rouler sur un circuit F1…

Enjoy…

© Onboard Racing

© Alexander West / Photos via signatures éventuelles


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.