En v’là une qu’on n’a pas trop l’habitude de croiser… et pourtant, la Ford Escort MK IV fait partie de ces caisses fantôme. Enlevez lui son logos XR3i, et vous aurez une caisse pathétiquement transparente qui n’attire absolument personne ! Ouais, ça se paluche sur une BX ou une 305, mais ça oublie l’Escort. Et pourtant…

Ford Escort - Essai transformé ! 11

Pourtant l’anglaise n’est pas dénuée d’intérêt. Ligne sympathique, moteur fiable, bien construite, elle reste un daily fidèle. Ok, elle n’est pas foncièrement sexy, mais elle n’est pas moche non plus, surtout une fois débarrassée de ses portes arrière. Mais comme d’hab’, une fois équipée, ça change la donne.


Ford Escort - Essai transformé ! 12

Comme souvent, je n’ai absolument rien sur la voiture. Donc impossible de vous confirmer s’il s’agit d’une XR3i ou d’une roturière 1.6l équipée comme l’une de ses grandes soeurs. Il n’empêche que le résultat est sobre et envie une offensive sur les rétines qui peinent à s’en remettre. 

Ford Escort - Essai transformé ! 13

Traitement classique, à base de shootage au sol, de BBS RS étincelantes, d’un traitement esthétique full black de psychopathe, et juste d’un volant 3 branches accompagné d’un arceau et d’un duo de baquets. Il n’en faut pas plus pour donner une nouvelle dimension la Ford Escort.

Ford Escort - Essai transformé ! 17

Une fois encore, on rajoute la Ford Escort MKIV dans la liste des bases qui savent recevoir avec le sourire pour passer en mode pompelup… On valide !

Ford Escort - Essai transformé ! 18

© NÖN STANDARD