Si elle avait été Italienne elle aurait pu s’appeler « let’s go ». Mais non, l’Avanti II est le pur fruit de l’ingénierie Américaine des sixties. Ce coupé 4 places aurait du propulser Studebaker parmi les plus grands constructeurs Américains, mais le destin en a décidé autrement… Avanti !

'72 Avanti II - Baroud d'honneur ! 21

Pour le commun des mortels, il est fort probable que le nom de Studebaker n’évoque rien d’autre qu’une marque de céréales. Mais pour les Petrolheads que nous sommes, nous savons que c’est un constructeur qui a marqué l’automobile. Moi personnellement quand j’entends Studebaker, j’ai envie de me taper un bol de Cruesli, mais j’associe automatiquement avec la mythique Carrera Panamericana, dont certains modèles occupent régulièrement les podiums, dont celle du Français Pierre de Thoisy.


Mais celle qui nous amène aujourd’hui c’est ce coupé 4 place au regard bovin et au petit cul tout fin. L’Avanti brouille les pistes. Sans connaitre le modèle, difficile d’en déterminer la provenance au premier coup d’œil. Le cul fait très Italien, la lunette arrière ressemble à celle de l’Interceptor tandis que la ligne générale reste dans l’esprit Américain. Un beau bordel !

'72 Avanti II - Baroud d'honneur ! 22

'72 Avanti II - Baroud d'honneur ! 23

Ce dessin date de 1961. Il est l’œuvre de Sherwood Egbert, alors président de Studebaker. La base à été griffonnée à l’arrache dans un avion, et le développement à été ensuite confié au Français Raymond Loewy assisté de Jean Ebstein, Bob Andrews et Tom Kellogg (D’où les céréales !). Seulement 40 jours ont été nécessaires à la conception du modèle !

'72 Avanti II - Baroud d'honneur ! 24

'72 Avanti II - Baroud d'honneur ! 25

L’Avanti avait été conçue à l’époque pour être « la seule voiture de série Américaine haute performance pour 4 passagers ». Tout un programme ! Mais au delà du marketing, les ingénieurs ne se sont clairement pas tournés les pouces. Il faut savoir que Studebaker allait déjà assez mal en ce début des années 60 et cette auto avait la lourde tache de les sortir de l’ornière. Un modèle d’image en somme.

'72 Avanti II - Baroud d'honneur ! 26

'72 Avanti II - Baroud d'honneur ! 27

Et pour aller péter des records, Loewy et son équipe ont conçu une carrosserie en matière plastique renforcée de fibre de verre. Ce qui conférait à l’auto un avantage au niveau du poids évidemment, mais aussi économique, car les formes complexes de l’Avanti auraient été trop compliquées et trop chères à fabriquer en acier. Mais c’est aussi malheureusement ce qui causera sa perte.'72 Avanti II - Baroud d'honneur ! 28

Cette carrosserie a ensuite été posée sur un châssis modifié de de Studebaker Lark Daytona et motorisée par un V8 289 ci maison coiffé d’un compresseur Paxton. La puissance atteignait 289 chevaux pour le plus gros modèle pour un poids à vide de 1440 kg. Quelques prototypes dérivés du modèle de série ont tout de même battu 34 records de vitesse sur le lac de Bonneville, bon pour l’image et la promo !

Et justement, les clients étaient au rendez-vous. Sauf que Studebaker n’arrivait pas à suivre la production. La faute à cette foutue carrosserie en fibre de verre. Et pourtant ils avaient mis toutes les chances de leur coté en confiant la fabrication à Molded Fiberglass Body, la même société qui fabriquait les pièces de Corvette. Mais cela n’a pas suffi. L’agonie fut douloureuse, mais pas si longue. La production n’a duré que deux petites années, et ce sont environ 4600 modèles qui sortirent des chaines d’assemblage.

Oui mais voila, l’Avanti ayant quand même gagné ses lettres de noblesse auprès de la clientèle, deux anciens employés d’une concession Studebaker-Packard décidèrent de racheter les droits et tout le matos restant pour relancer le modèle sous son nom propre. L’avanti II fut produite jusqu’en 1989 sous la coupe de divers repreneurs successifs. Et c’est l’une d’elles que vous avez sous les yeux.

'72 Avanti II - Baroud d'honneur ! 39

Parfaitement hot-roddée, elle embarque un V8 383ci GM Performance accouplé à une boite Tremec. La carrosserie à été modifiée et repeinte en jaune metal (moi je préfère le bleu métal… mais bon…). L’intérieur est entièrement revu avec un garnissage en cuir noir qui doit bien cramer les fesses en été, plus un habillage en inox autour des compteurs et de la console centrale et un volant Lecarra. Les roues American Racing en 17″ cachent des freins à disques et une suspension modifiée et rabaissée. Voila dans les grandes lignes, sinon je vous tiens jusqu’à demain avec les modifs ! Que dire de plus… Personne n’a des Miel Pops ?

'72 Avanti II - Baroud d'honneur ! 40

©Bringatrailer.com