Je les aime bien ces engins totalement débiles comme cette Brunton Stalker. Pour faire simple, c’est une réplique de Lotus Seven née de l’autre côté de l’Atlantique, plus précisément à St Petersburg en Floride. Mis à part qu’aux States, comme ils ont cette fâcheuse habitude de coller des V8 dans tout ce qui a des roues… ‘fin voilà, vous imaginez la suite !

Brunton Stalker Classic R - Aux States, on fout des V8 de partout ! 1

Dennis Brunton a créé sa marque en 2001 afin de proposer des répliques de Lotus Seven qu’il appelle alors Stalker. Des kits, prêts à monter soit même. Le client pouvait alors choisir son moteur (en fonction des préco du constructeur) ou alors opter pour un V6 3.8 l compressé d’origine GM, proposé en option chez Brunton. Ah ben oui, vous ne croyiez quand même pas que les ricains allaient se contenter de coller un 4 cylindres anémique dans une caisse de tout juste 700 kg ?! Il n’empêche que son business va plutôt bien marcher. Mais voilà, en juillet 2010 un certain Scott Minehart entre en jeu et lui fait une offre de rachat que Dennis ne peut pas refuser. Brunton change donc de main et Minehart aligne les dollars pour développer la famille Stalker qui se voit agrandie. En plus des kits, on peut maintenant commander sa voiture directement assemblée et vendue clé en main. Aujourd’hui, ce sont plus de 300 Brunton Stalker qui liment l’asphalte américain, que ce soit sur la route ou sur circuit puisqu’il existe également plusieurs modèles destinés à la compet’.

Brunton Stalker Classic R - Aux States, on fout des V8 de partout ! 2


Brunton Stalker Classic R - Aux States, on fout des V8 de partout ! 3

La famille des Brunton Stalker est divisée en 4 versions. La M-Spec dont les lignes ont été revues pour être plus modernes, bien qu’on reconnaisse l’ADN de la Seven. La XL qui n’est autre que la version course de la M-Spec, avec des ailerons de partout ! L’AXR, elle aussi est réservée à la compet’, sauf qu’elle repose sur un autre châssis développé pour recevoir son bloc en position centrale arrière. Enfin la Classic R, la plus pure puisque c’est l’originelle et celle qui reprend les traits de la Seven… enfin, elle est “adaptée” à l’offre mécanique qu’elle peut recevoir car l’arrivée de Minehart a aussi été celle du V8 LS !


Brunton Stalker Classic R - Aux States, on fout des V8 de partout ! 4

Voilà, ça y est nous y sommes. Afin de remuer les 725 kg de l’engin, le client peut cocher la case V8 LS qui va du 5.3 l au 7.0 l en passant par le 6.2 l qui envoient de 330 à 525 ch aux roues arrière via une boite 6 manuelle Tremec T56… ça doit remuer du cul ! En tout cas, ça revendique le 0 à 100 en 4.0 secondes pour la version la plus soft (!) ou en seulement 2.4 secondes pour la plus véner !


Brunton Stalker Classic R - Aux States, on fout des V8 de partout ! 5

Brunton Stalker Classic R - Aux States, on fout des V8 de partout ! 6

Et n’allez pas croire qu’au premier virage l’engin va se transformer en cercueil. Le châssis tout alu reçoit des trains roulants à double triangulation maintenus par des combinés GAZ et réglables dans tous les sens. Un arceau se charge de renforcer l’ensemble. Le freinage est signé Wilwood avec étriers 4 pistons à l’avant et à l’arrière pour mordre des disques de 12,75″. Aux quatre coins, des jantes Enkei RPF1 en 17″ sont chaussées en Toyo R888R de 255/40 et 275/40. Ca semble sérieux, même si ça ne change rien au caractère de la pompe à feu qui s’énerve sous le capot.

La coque est full carbone, tout comme le tableau de bord, le tunnel de transmission et les baquets Tillett. Harnais Sabelt et Schroth, manos, volant Momo, pas besoin de plus puisque de toute façon ce serait de trop !

Brunton Stalker Classic R - Aux States, on fout des V8 de partout ! 7

Brunton Stalker Classic R - Aux States, on fout des V8 de partout ! 8

Alors si vous pensiez que les américains ne savaient faire que des paquebots aux dimensions délirantes, vous pourrez maintenant vous rassurer en vous disant que finalement, quand ils veulent se la jouer light is right, ils savent aussi se défendre. Bon, concernant leur habitude de coller des V8 de partout… là je crois qu’il n’y a plus rien à faire !

Brunton Stalker Classic R - Aux States, on fout des V8 de partout ! 9

Brunton Stalker Classic R - Aux States, on fout des V8 de partout ! 10

© rnr via BaT