La gloire du GrA en Touring Car…



Il fut un temps ou l’élite, qu’elle soit en rallye ou sur circuit, s’appelait le GrA. Des berlines, coupés, compactes, quelles qu’elles soient, menées par des pilotes qui s’apparentaient plus à des funambules du volant et de l’asphalte ! Les voitures avaient du caractères, autant, si ce n’est plus, que celui qui essayait de la dominer ! 

Né en 1982, le GrA avait pour ambition de replacer le vieillissant Gr2 et de recevoir des voitures de tourisme de grande production.


Les GrA étaient alors contraintes au même règlement technique, que ce soit pour le rallye ou pour le circuit. Des voitures produites à 2500 exemplaires par an, mais dans une gamme de voitures de série, produites à plus de 5000 exemplaires par an…Explication, Ford produisait sur une année plus de 2500 Sierra Cosworth, série limitée de la Sierra produite, elle, à plus de 5000 exemplaires, donc éligible en GrA !  Idem pour les HF Integrale, M3 E30… Et bien d’autres.

GrA tourisme tributee3àalfa

Chaque nouvelle pièce ou évolution, pour qu’elle soit ensuite applicable sur le modèle de compétition, devait recevoir l’aval de la FIA.

Les voitures étaient classées chacune en fonction de la cylindrée :

– A5 : Jusqu’à 1400 cm3

– A6 : De 1400 à 1600 cm3

– A7 : De 1600 à 2000 cm3

– A8 : 2000 cm3 et plus.

Les moteurs équipés de turbo ou de compresseur se voyaient alors affublés d’un coefficient de 1,7 ainsi, un 1,4 l turbo était équivalent à un 2,4 l atmo et courrait en classe A8.

Le GrA, en circuit, car c’est celui qui nous intéresse aujourd’hui, permettait donc de voir se frotter du pare-choc et de la tôle, les berlines que l’on croisait chaque jour dans la rue. Enfin presque ! Quoiqu’il en soit le spectacle était omniprésent et souvent viril ! Le plateau était varié, Sierra RS500, BMW 635 CSI, Jaguar XJS, M3 ou les exotiques Skyline GT-R et Holden… Il pouvait prendre ensuite une appellation différente en fonction des pays, comme en France avec le Superproduction, le BTCC outre-Manche ou le DTM outre-Rhin. Chaque fédération nationale était alors libre d’adapter, ou pas, le règlement à sa sauce, mais les bases d’homologation descendaient en directe ligne du GrA.


  

© Ryan Callan / © Photos : Constructeurs & teams ou signatures éventuelles.


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *