Suite de notre revue des tas de rouille inabordables vendus chez Artcurial ! Aujourd’hui la féfé 365 GTB/4, plus connue sous le nom de Daytona, de la vente 2016 !

DLEDMV Daytona Artcurial 03

Quand on dit que certaines voitures sont bien nées ce n’est pas pour faire rigoler les mouettes. Aussi simple qu’une pâte à crêpes :  Une poignée d’Enzo Ferrari, une pincée de Scaglietti, une cuillère à soupe de Pininfarina, ajoutez une douzaine de cylindres à l’avant et vous obtenez l’une des GT les plus admirables des années 70 ! Conçue à l’époque pour répondre à Ferruccio Lamborghini et sa Miura, les médias trouveront son petit surnom en « hommage » au triplé de Ferrari aux 24 heures de Daytona en 1967. Mais le vieux Enzo refusa de le reconnaître officiellement. On n’impose rien au Commendatore !


DLEDMV Daytona Artcurial 02

Celle que vous voyez a été vendue 953.000 € début février. Ça fait 95 Twingo, 190.000 kebabs, ou deux jours de balade de notre cher président. Mais elle a un historique clair et connu depuis sa sortie d’usine et elle a été restaurée au millimètre carré par les ateliers Pozzi (Ah bah vu sous cet angle… Non c’est toujours aussi cher !). La sellerie ainsi que les moquettes ont été refaits chez Caribex. Le ronron du V12 de 354cv fera à coup sûr jouir des oreilles celui qui l’a achetée !

DLEDMV Daytona Artcurial 01

Du moins s’il l’a achetée pour qu’elle roule et qu’elle ne finisse pas au fond d’un garage poussiéreux afin de la revendre dans 5 ans avec 100.000 balles de plus !

©Artcurial