David Obendorfer ? Vous vous en rappelez ? Si, cherchez bien, on vous en a parlé à plusieurs reprises. Un talentueux designer Italien qui s’est « amusé » à réinterpréter notamment 2 légendes des classics mécaniques que sont la Renault 4L et la BMW CS. Il nous revient, plus en forme que jamais avec un nouveau projet, un vision du légendaire Citroen Type H… et ce coup-ci, son projet va devenir réalité !

Citroen Type H 70th Anniversary ! Le retour d'Obendorfer... 9

L’utilitaire par excellence, maladroitement appelé le Tube (Par moi même également lorsque je vous parlais de celui de Liberty Walk), que le type H allait surtout remplacer en 1948. Le cahier des charges du Type H imposé par Pierre Boulanger (Le boss de Citroen à l’époque) était très simple. Proposer un utilitaire, monocoque, traction avant, reprenant un maximum d’éléments des autres modèles de la marque (Notamment la Traction) et avec une bonne suspension arrière (Le défaut du TUB justement… un comble pour un utilitaire !).


Citroen Type H 70th Anniversary ! Le retour d'Obendorfer... 10

Cela va donner un cube en tôle ondulée, qui a marqué les esprits par sa simplicité, sa fiabilité, sa robustesse, sa tenue de route et sa robe de a gendarmerie qui ont fait de lui l’éternel « Panier à salade » ! Un succès resté au catalogue Citroen de 1948 jusqu’à 1981.

Citroen Type H 70th Anniversary ! Le retour d'Obendorfer... 11

Notre brave HY s’apprête donc à fêter ses 70 ans, et c’est là qu’intervient David Obendorfer. Le génialissime designer, a décidé, en collaboration avec Fabrizio Caselani, de rendre hommage au dessin créée par Flaminio Bertoni. Pour cela, ils ont imaginé les lignes d’un Citroen HY à la sauce 2017 (Ou du moins 2018 !) et le pire, c’est qu’ils en ont développé un kit adaptable sur le dernier Jumpy. Au final, 70 vont être fabriqués et commercialisés… 1ers arrivés, 1ers servis !

Citroen Type H 70th Anniversary ! Le retour d'Obendorfer... 12

Concernant le dessin de cette HY moderne, je laisse à chacun le soin d’apprécier ou pas, en tout cas sur De l’essence dans mes veines, on aime bien…

© David Obendorfer