Hillclimb Monster : Simca CG 1200 S… Light is right avec un turbo ! 2



CG c’est le pari d’un petit constructeur français qui est allé chercher bonheur auprès d’un gros pour concurrencer la référence de l’époque, la berlinette Alpine A110. Une taille de maquette, un poids plume, des cylindrées ridicules, des puissances modestes, mais une religion, celle du “Light is Right”… 

CG, c’est l’abréviation des noms Chappe et Gessalin (Mais aussi les initiales de son logo, le Coq Gaulois). Une histoire de carrosserie familiale qui déménage à Brie-Comte-Robert (Le Dallas français pour les plus vieux…). Elle se fait connaitre en fabricant des cabines de camions, avant de prendre un virage à 180° en réparant des carrosseries de voitures, aussi bien de tourisme que de sport, tout en se spécialisant dans les caisses alu avant de proposer leur propre barquette basée sur une Renault 4CV.


Cette barquette, un concessionnaire Renault va en commander 25 et confier la vente à son gendre, un certain Jean Rédélé… Il va s’en inspirer pour proposer sa propre voiture, avec le soutien de Renault… et la marque Alpine voyait le jour ! Bref, la bonne histoire franchouillarde, faite de passion et de débrouillardise, devenue totalement impossible aujourd’hui.

Alpine avec le soutien de Renault n’a donc plus besoin de Chappe et Gessalin qui se retrouvent rapidement mis en touche. Vexés, ils se rapprochent de Simca, s’emparent d’une Simca 1000 et créent leur propre sportive censée venir chatouiller l’A110 sur son propre terrain. La CG 1000 voit le jour en 66, suivie de la CG 1200 S 2 ans plus tard et de la 1300 à partir de 72. 

M’enfin, quand Alpine écoulera quasiment 8900 berlinettes, CG produira seulement un peu plus de 300 de ses voitures, tous modèles confondus. Chiffre largement honorable pour un artisan de la sorte, mais loin des objectifs fixés. Puis l’association de Simca avec Matra (Qui vient juste de se remettre de l’achat de René Bonnet), avec dans les tuyaux la future Bagheera, l’arrivée des limitations de vitesse, l’arrêt du programme sportif et le choc pétrolier, auront raison de CG  qui dépose le bilan début 74.


C’est donc l’une d’entre elle qu’on retrouve ici, une 1200 S qui n’a plus grand chose à voir avec ce qu’elle était, si ce n’est de par son adn sportif ! Et quel adn… puisque Yannick Poinsignon a équipé son bout de tôle de 600 kg (Oui, la vidéo annonce 820 kg, mais quand on sait qu’un CG sortie d’usine accusait 660 kg…) d’un bouilleur turbalisé de 380 ch… Oui, on obtient un rapport poids / puissance plutôt délirant… Ha si, une caisse de 50 ans, capable d’afficher le RPP d’une McLaren F1 LM ou d’une Gumpert Apollo S, c’est du pur délire !

Enjoy…

© HillClimb Monsters

© 100octanede / Photos via signatures évetuelles



Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “Hillclimb Monster : Simca CG 1200 S… Light is right avec un turbo !