R21 Turbo Europa Cup… Pas si ringarde que ça !



La R21 c’est le bon tromblon bien franchouillard des années 80 et 90… La caisse totalement neutre, aussi sexy qu’un camembert, mais propre sur elle, fiable, confortable et habitable et qui tient la route. On en demandait pas plus et ça plaisait aux Jean Claude et aux Bernard ! Mis à part qu’une fois équipée d’un turbo, elle ne devenait pas pour autant plus belle, mais beaucoup plus méchante… 

Quand Renault lance l’Alpine GTA, c’est en toute logique que son programme intègre une homologation en course. Mais voilà, les résultats ne sont pas là, et pour montrer qu’elle possède bien l’ADN sportif que revendique la marque de Dieppe, la régie va avoir l’idée d’une formule monotype, l’Europa Cup. Les courses sont spectaculaires, et ont lieu en ouverture des GP de F1. Finalement, on est jamais aussi bien servi que par soi-même. 

Le plateau est composé exclusivement de GTA V6 Turbo passées en config’ compet’ mais en gardant un grosse partie de pièces d’origine afin de maitriser les couts. Le 5 mai 1985 sonne le lancement de l’Europa Cup sur le circuit d’Imola. Voitures vidées, châssis renforcés, arceautés et V6 boostés à 220 ch qui monteront progressivement jusqu’à 280 ch pour la dernière saison en 88. Car à partir de 89, l’Alpine GTA est mise à la retraite et c’est la toute nouvelle sportive de la gamme qui va prendre la relève, la R21 2.0l Turbo.

L’Europa Cup allait se dérouler sur les 13 épreuves européennes de F1. Les caisses montaient d’un cran par rapport à la GTA. Les coques étaient rigidifiées par Matter. Le 4 cylindres turbo revu par Bozian Racing sortaient 300 ch avec un Garrett T031 HF qui soufflait à 1,6 bars dans les cornets ! Le couple grimpait à 43 mkg et le poids tombait à tout juste 1 tonne. Le châssis recevait des combinés Bistein, un freinage avec des étriers 4 pistons et les roues passaient en 17′. En la boite était aidée dans sa tâche par un autobloq’ ZF. En fonction de son rapport, la 21 pouvait atteindre jusqu’à 290 en pointe et revendiquait un 400m d.a en 13 secondes… Et niveau chrono, elle mettait 2 secondes à la GTA sur 1 tour à Nogaro. 

Mais là où Renault allait séduire, c’est que l’Europa Cup était vendue 280.000 F (Une R21 2.0l turbo neuve coutait 170.000 F… soit 26.000 € !) et le budget d’une saison était inférieur à 1 million de F ! C’était parfait pour un pilote qui voulait se faire repérer, comme un certain Philippe Bugalski. Le losange en vendra 52 qu’on croise encore de temps en temps sur des rencards historiques…

Enjoy…

© davide458italia & Signatures éventuelles


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.