La VW Golf 1, elle est toute petite, toute mignonne, toute simple, toute légère. Elle n’a pas besoin de sortir beaucoup de puissance pour remuer sa tôle… Enfin, celle qui arrive elle vient d’Angleterre. Et nos voisins anglais ont souvent la fâcheuse tendance de swapper des blocs couillus… Trop ? Bah, ça n’a pas l’air de leur poser le moindre problème… Du coup, une Golf 1 en R32, ça vous tente ?

Quand on a un projet, généralement y’a 2 solutions… Soit on se fait un truc sympa, posé, sobre, avec du style, voyez le genre daily différent, même si y’a des watts sous le capot, mais un truc utilisable au moins pour aller rouler le week-end.


Soit on part dans le gros délire de goret avec un swap de l’espace, une châssis de proto mais généralement aussi utilisable et exploitable qu’une calculatrice pour ouvrir les bouteilles de rosé qui vont accompagner le barbecue ! Mais ça dépote sa race et ça pulvérise les cervicales. 

C’est grosso modo ce qui est arrivé à la gentille Golf 1 qui débarque… Enfin gentille, dites vous que le plumage est bien sobre comparé au ramage qu’elle affiche. C’est vrai que physiquement, c’est propre, sobre, bourré de détails à la finition chirurgicale… D’ailleurs la voiture complète affiche une finition de malade. Mais pas que…

La caisse est shootée au sol, posée maintenant sur des airbags, ralentie par du Willwood et chaussée en Compomotive 3 parties qui n’exagèrent pas sur le diamètre. C’est large et ça pose la bête avec juste ce qu’il faut. P’tit détail, le fitment est parfait et les ailes arrières reçoivent des protections passées au carbone. Clean, propre !

Petit pare-choc avant et arrière, lèvre inférieure, bouchon de réservoir et rétros, tout ce qui était en roturier plastique est désormais devenu noble carbone. Ca claque et ça le fait avec la teinte beige aussi propre que sobre. Le sleeper idéal…

Dans l’habitacle, on commence à être interloqué par quelques détails, notamment la commande de boite qui ne cache plus ses dessous en alu signés GAE. Directement issu de la compet’, on peut se dire que ça en fait beaucoup pour un petit 1.6l ou 1.8l. On continue par se dilater la rétine sur les baquets Recaro et les harnais TRS. L’absence de la banquette continue de nous étonner, surtout quand on voit le diamètre de la barre anti-rapprochement qui est venue la remplacer ! Enfin on s’achève sur le tableau de bord qui reçoit des manos que le volant Momo n’essaye pas de camoufler. 

 

Vous l’aurez compris, le capot cache un gazier énervé, en l’occurence un VR6 de Golf R32 accompagné de sa boite. Histoire de rester dans le look clinique, il reçoit un shaved bay juste parfait. Admission revue, ligne libérée, il n’a pas besoin de beaucoup pour donner des ailes à la frêle Golf 1… 241 ch hors taxes pour moins de 900 kg, voilà un duo parfait pour aller taquiner de la trajo’ en mode karting !

Sont forts ces anglais… Ils réussissent parfaitement à proposer une forme gentille et sobre, pour envoyer un fond qui doit dépoter sa race ! Peut être un peut trop pour en faire un daily, mais suffisant pour faire des délits !

© JT Media


Pin It on Pinterest

Share This