Putain enfin ! Que ce jour soit béni entre tous les autres les gars. J’y croyais plus. Enfin, après des millions dépensés en personnalisations de mauvais goût, un gars a fait un vrai truc de porc. ‘Faut dire que faut poser les couilles, et surtout les biftons. Aujourd’hui on vous présente le Saint Graal, une Bugatti Veyron passée en propulsion ! Sortez l’sopalin ! 

Bugatti Veyron RWD... La burn(e) machine ultime ?! 1

On vous a parlé de Veyron quelques fois. Pour vous parler d’une série limitée, ou encore pour vous montrer quelques duels. Titi vous l’avait présentée ici. On va donc pas forcément revenir sur sa fiche technique. Juste vous dire qu’il y a eu un avant et un après Bugatti Veyron. Même la magnifique Chiron – sa descendante – n’a pas eu l’aura de sa devancière. Pourquoi ? Car ce fut la voiture de série de tous les superlatifs, un véritable scud dans le milieu auto qui a tout fait sauter en 2006. 1 Million d’euros, 1001 chevaux, un W16 quadriturbo, 407 km/h… Elle a créé le créneau des hypercars et fait faire un bon considérable aux autres constructeurs qui allaient essayer de proposer aussi bien. 


Bugatti Veyron RWD... La burn(e) machine ultime ?! 2

Qu’on se le dise, c’est pas vraiment une sportive. C’est plus une super GT. Inexploitable sur circuit en dehors des lignes droites. D’ailleurs, les 90% de la prod servent à des footeux ou des quataris pour aller chercher leur pain, ça dépasse rarement les 100 km/h dans Monaco. Mais ça c’était avant. Avant que Houston Crosta, le boss de Royalty Exotic Cars (le loueur number 1 de caisses de luxe à Las Vegas) cherche à savoir si une Veyron ça fait de beaux donuts. 

Bugatti Veyron RWD... La burn(e) machine ultime ?! 3

Exit donc toute la transmission avant. Cardans, différentiel, électronique et tout le tintouin. Au roulage en mode tranquille ça passe crème. En même temps la Veyron est connue pour se conduire comme une Golf GTi en mode pépouze. En revanche dès qu’on braque le cerceau et qu’on y enfonce le champi, elle devient une burn-machine de gros taré. Ben ouais, un W16 de 1000 bourrins avec 4 turbos le tout aux roues arrière, ça vous flingue la paire de Michelin à 5000€ en quelques secondes. ‘Fallait oser, et j’aimerais bien en voir débarouler une dans un travers salace sur une manche de la Slide… Allez prenez-en plein les yeux !

© Royalty Exotic Cars via DLEDMV