Peugeot 309 GTI – L’autre GTI…



Chez Peugeot, maintenant que la 205 GTI est devenue une pièce de musée au grand dam de tous les fans (dont je fais partie), c’est la 309 GTI qui commence à faire les frais de la yougtimerite aiguë. J’ai dit “commence” ? Ah non c’est vrai ça fait un petit moment déjà. En tout cas ce qui est sûr, c’est que les 309 GTI se font de plus en plus rares. Alors quand on en croise une aussi clean que celle-ci on est obligés de la partager avec vous…

La 309 GTI à toujours été un chouïa moins appréciée que la 205, bien qu’elle partage bon nombre de ses organes et sa plateforme avec sa petite sœur. Avec le temps, je me demande si aujourd’hui je ne préfère pas la 309… J’avoue que je rêvais secrètement de remplacer ma 205 GTI par une 309 GTI16 bleu Miami quand j’avais 20 ans. Oui vous savez, quand on pouvait taper dans un arbre et faire tomber 10 exemplaires à moins de 1500 €… C’était il y a longtemps.

C’est pour ça qu’à la vue de ce shooting, pendant 1/4 de seconde je me suis cru repartir dans les années 90. A l’époque ou on entendait du Masterboy à fond dans les bagnoles et des antennes de CB fleurissaient encore les toits des petrolheads de l’époque. Et oui ça nous rajeunit pas, mais le traitement de cette 309 aurait mérité son ticket d’entrée dans GTI Mag !

Sauf qu’on est en 2018, et elle a son ticket chez DLEDMV ! Et oui parce que cette 309 est clean de chez clean. Aussi clean que cette autre qui avait déjà fait la une de nos pages. Achetée pour une bouchée de pain dans un piteux état,  Thomas le proprio a tout refait dessus de A à Z. Le moteur a été revu de fond en comble, autant pour la perf que pour l’esthétique. Culasse modifiée, nouveau régulateur de pression d’essence, admission K&N, collecteur 4-2-1, ligne maison inox et surtout un kit nitrous qui n’est pas la juste pour faire joli. Le tout couplé à une boite Groupe N avec quickshifter, ça donne 150 cv + 75cv avec le spray magique… (Non j’ai pas dit ça… Si je l’ai dit ? Mais c’est ringard putain !) 

Niveau châssis, Thomas à confié la liaison au sol à un kit Coilovers de chez KW rabaissé au maximum, puis a ajouté une barre anti-rapprochement Sparco, et amélioré son freinage grâce à des disques et plaquettes du même catalogue. Les jantes sont des Artec S1 2 parties en 8.5 x 16″. Et la carrosserie ? Ben c’est du métal… Recouvert de la peinture d’origine gris graphite. Les retros sont remplacés par des modèles obus so nineties et divers détails ont été supprimés comme l’essuie glace arrière et tous les logos. 

A l’intérieur, les sièges originaux ont été conservés mais recouverts d’un cuir noir provenant de chez BMW, surpiqué d’une bande rouge. La banquette arrière a été supprimée et tout à été modifié pour faire rentrer la roll cage. Le volant a été remplacé par un Sparco et les pédales ainsi que le pommeau par des OEM de 206.

Thomas aurait voulu y greffer un turbal mais avait peur se s’emmerder avec les lois belges. Du coup le turbo c’est non mais le NOS oui ? … Chelou… Et oui parce qu’en France on se plaint, mais sachez qu’en Belgique c’est 100 fois pire en ce qui concerne la bagnole. Comme quoi y’a toujours pire ailleurs. En tout cas si quelqu’un connait Thomas ou s’il tombe sur cet article, je serais curieux de savoir ce qu’est devenu cette splendide 309…

©Tony & Carmen Matthews via Superfly



A propos de Julien Vidal

Imaginez un petit lapin avec un rouleau de PQ sur la tête... Ajoutez-y l'age du capitaine. Retranchez 2 et multipliez par 4. Maintenant recopiez ce que vous avez trouvé et envoyez le a 17 000 personnes par pigeon voyageur. Le premier qui revient gagne 1 million de dollars.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.