Infiniti G37 par Liberty Walk – L’ennemie du bien ?



Ah… Infiniti.  Une diffusion presque confidentielle chez nous. Et encore, c’est pour la majorité des SUV. Julien les adore. Alors si on parle de G37, à la rigueur les gens vont croire que c’est un nouvel avion. Voire une nouvelle drogue. Ah c’est une caisse ? Quoi, segment grande routière ? Avec le moulin de la 370 Z ? Mais on peut la dévergonder ? Allo Wataru ?

Eh ouais le G37 ne fait pas dans la dentelle. Il a d’ailleurs inauguré le VQ37VHR, le V6 de la 370 Z, évolution du VQ35HR de la 350Z. Avec 320 cv transmis aux roues arrières d’origine, la bête à tout pour aller jouer dans la cour des sacro-saintes allemandes, le tout dans un écrin de luxe (très typé marché US cependant…) afin de rendre votre voyage des plus agréables. C’est cool non ? Mais c’était avant !

Autant vous le dire de suite. C’est souvent qu’on se plaint de pas avoir d’infos sur une caisse. Ici c’est un peu le contraire. La liste est plus longue que celle d’un couple de cinquantenaires libertins faisant ses courses dans un sex-shop. Donc je vais vous épargner un paquet de termes techniques dont vous n’avez strictement rien à foutre, pour aller à l’essentiel. Le V6 reçoit un compresseur qui porte sa puissance à 422 cv. Il y a un boulot de malade pour que tout passe au sol sans laisser une BVA 7 et un train arrière sur le carreau. D’ailleurs on pourrait faire cuire des guez sur le compresseur sans risque de tomber malade tellement le compartiment est propre.

Dehors c’est Liberty Walk qui s’occupe de bestifier (mot inventé ce jour, cherchez pas) la placide berline nippone. On retrouve donc les (classiques ?!) fender-flares rivetés, un petit duck-tail, le diffuseur arrière entourant un échappement Catback, une lame à l’avant, et des bas de caisse. Du lourd, provenant à la base du kit pour le coupé et adapté sur la berline. Le tout shooté sur un set de Work Meister Custom S1 montées en Toyo Proxes R888, et près du sol grâce à des boudins AirREX. Et des néons partout. Dedans y’a des baquets EDIRB ainsi qu’un traitement couleur extérieur et une barre de renfort. Y’a même un ciel de toit type Skylight comme on trouve sur les Rolls.

Bon alors quoi qu’on en dit ? Que quelque part, le mieux est l’ennemi du bien. Y’a une tonne de taff. Et encore, on vous à même pas parlé du système audio. Mais à l’œil ça fait quand même un peu chargé. Y’en a trop, je trouve qu’on se rapproche quand même pas mal du tuning du début des années 2000. Un peu plus de sobriété aurait été mieux. Le sapin Noël sous la voiture, la sono, c’était pas obligé. ‘Pis la ligne générale est un peu biscornue, c’est pas aussi fluide que sur un coupé. Mais bon, du moment que ça gueule et que ça laisse sur place les 3/4 de c’qui roule, ‘savez, nous…

© HALCYON & Matt Makarucha


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.