World RX… “Only for the show” !



Le sport auto, ça doit être un show… On doit en prendre plein les sens et sortir du circuit les oreilles ensanglantées, les yeux massacrés, la mâchoire qui frotte le sol et le slip dans un tel état que sa seule issue reste la combustion spontanée… ou du moins aidée ! Et une série a bien compris ça, c’est le championnat du monde de Rallycross, le World RX… 

Et ça tombe bien puisque la manche française s’est déroulée dans le temple de la discipline, à Lohéac, et que Julien Froc y était pour porter les couleurs de DLEDMV, et nous ramener des clichés à vous pulvériser la rétine.

Mais voilà, quand on a eu l’accred’ avec Julien, je ne voulais pas vous la jouer ni compte rendu d’épreuve en mode  chiant et ringard, ni vous la faire comme on l’a vu chez pas mal de blogueurs, groupie de Sebastien Loeb… Oui, quand je vois certains de nos confrères, qui n’ont publié que des photos avec Loeb et comme d’hab’ des shootings ce qu’ils ont bu et mangé, j’me demande encore dans quel but Peugeot Sport les invite… “Mode règlement de compte OFF”.

Bref, si on se pose 30 secondes, pourquoi les petrolheads se déplacent au bord d’un circuit, où se payent un abonnement pour mater des courses à la téloch’ ? Pour s’faire chier non ? A moins que ce soit pour en prendre plein la tronche ! En tout cas, pour moi, c’est ça le sport auto… ça doit faire lever les poils et on doit rentrer chez soi aussi claqué que les pilotes qui se sont battus sur la piste. A défaut de vous la faire à la “cétaitmieuxavant”, je garde en mémoire les GrB jouant à Moïse devant des marées humaines, les hurlements des GrC dans les Hunaudières, les bastons et les dépassements d’anthologie en F1, les “poussettes” en Supertourisme, BTCC et DTM… 

Alors pourquoi aussi peu de spectacle aujourd’hui ? Peut être parce que le talent d’efface devant l’épaisseur de la valise de cash apportée par le sponsor… Puis sans sponsor pas de baquets. Donc ce serait dommage de perdre celui qui finance, alors on évite de trop prendre de risque… Se contenter d’une 4ème place vaut mieux que d’aller chercher la 3ème, au risque de se sortir ou de casser. Je ne suis pas persuadé que ça enlève l’ADN du pilote qui reste un fighter dans l’âme… Mais quand tu le tiens par les testicules avec un contrat et un gros paquet de $$$, ça peut calmer les ardeurs.

Heureusement, il reste encore quelques series où les gars n’ont pas peur d’aller faire le taff, même si pour cela, il faut froisser d’la tôle. V8 Supercars, drift et bien entendu, rallycross, car c’est quand même pour lui qu’on est là ! Une piste courte, des courses dans le format Sprint (7 tours maxi), avec une portion “Joker” qu’il faut obligatoirement prendre 1 fois pendant le course, de quoi apporter un chouill’ de stratégie. Les caisses se répartissent en 4 catégories, dont la plus pêchue est celle des Supercar. Des engins qui reçoivent des 2.0l turbalisés qui envoient 600 ch et 850Nm de couple sur les 4 roues, le tout en direct live puisse qu’elles ne bénéficient d’aucun filet électronique. Très proches en performances et efficacité, les courses sont souvent rythmées, avec des pilotes qui se tiennent à une poignée de secondes. les caisses se poussent, se frottent, les portes se ferment et la pression est sur chaque freinage, chaque bosse, chaque virage.

Surtout que les pilotes ne sont pas des des p’tits garçons, Loeb et Solberg, la maitrise est là, sans parler des finlandais qui maitrisent aussi bien la trajo que la glisse. Sans oublier le show, à l’américaine… Rien d’étonnant puisque le World RX est géré par International Management Group, un spécialiste américain des médias et de la gestion sportive. 

Ainsi, quand les rois de la glisse sont venus signer la piste de Lohéac, l’occasion était trop belle pour passer à côté. Et comme Julien Froc qui s’y est collé avec son oeil numérique, il nous a ramené des clichés à tomber, aussi chauds que le show qui se déroulait sur la piste ! 

A noter aussi (parce que personne n’en parle), la catégorie Legend, spécificité de Lohéac, qui réunit certaines caisses qui ont fait l’histoire du rallycross… Metro 6R4, 205 T16, BX 4TC, Alpine A310, Lancia Delta HF Integrale, Ford Escort RS2000, RS200 Evo et Sierra Cosworth, R5 Turbo… Des monstres tout aussi impressionnants que les Supercar modernes, et qui ont littéralement mis le feu au petit village breton !

© DLEDMV via Julien Froc


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.