Sélectionner une page

La VW Beetle, c’est surement la caisse qui se prête le plus facilement à tous les styles. Off Road, Cal look, Classic, Custom, Buggy, Rat’s, racing, airride, Drag, restomod… tout lui va ! Comme ce Hot Rod ultime qui débarque et qui pousse la Cox dans ses derniers retranchements. La Outlaw Death by Franz Muhr… Attention, ça va envoyer !

Autant vous le dire dès le début, mais j’ai eu beau chercher dans tous les sens, impossible de trouver les specs et la moindre info sur ce monstre. Mais on s’en fout, on va improviser, c’est notre spécialité… puis c’est là qu’on reconnait les vrais, les poilus, ceux qui savent manger du chocolat par 40° sans s’en mettre sur les doigts !

Notre VW Beetle du jour est un modèle de 56… et de cette époque, il ne lui en reste plus grand chose. D’ailleurs le peu qu’il lui reste, n’a plus rien à voir avec c’qu’il était. Commençons par la caisse… Ce cher Frank Muhr a du être frappé par une « disqueusite aiguë », ce qu’on appel communément, un serial disqueur ! En tout cas, la caisse a pris sa race. Coupée, choppée, droppée, cuttée dans tous les sens, la Cox est désormais à peine plus haute que les roues !

Plus d’ailes, et exit la peinture rutilante, place au métal brut, avec les points de soudures apparents… De quoi rendre jaloux Frankenstein. Vous constaterez également qu’en dehors du pare brise, il n’y a plus de morceau de verre sur la voiture, que ce soit sur les côté ou sur le split window arrière.

Niveau châssis, c’est pareil… l’essentiel, enfin à partir du moment où vous considérez que les suspensions ne sont finalement pas si nécessaires que ça ! Du coup, prévoyez quand même un abonnement chez l’osthéo. Même si une fois descendu dans l’habitacle, vous pouvez vous installer sur des sièges achetés chez un brocanteur estival !

Oui, l’ambiance est aussi roots que le reste de la voiture… du métal brut, un coup propre, un coup rouillé, pas de sellerie, pas d’habillage, pas de moquette… de la tôle, le volant, les pédales et le levier de vitesse. Le plus important quoi ! Seule touche pompelup, les harnais avec les boucles Porsche.

Enfin posé en sac à dos, le Flat 4 aircooled gavé aux carbus en prise directe et en ligne libérée… aucune idée du nombre de poneys qui se cachent dans le gazier, même si, vu l’engin, je n’suis pas persuadé qu’il s’aligne aux départs des 400m mais plus pour un cruising nocturne sur Ocean Drive à Miami…

© RM Sotheby’s