Le proprio de cette De Tomaso Pantera n’a pas fait les choses à moitié. Il aurait pu se contenter de cruiser, peinard, sur les routes californiennes. Mais non, le gars en voulait plus… Plus de gueule, plus de watts, plus de traces de pneus, plus de fun, plus de rouge… Bref, il est allé lui chercher des noises pour la rendre plus bestiale. Histoire…

De Tomaso Pantera GT5 : Super-supercharged ! 1

Cette Pantera, elle est dans le garage de son proprio depuis 1972. Oui, 47 balais… Vous ne serez donc pas étonné que je vous annonce qu’il s’agit d’une 1ère main,achetée neuve à la concession Ford / Mercury / De Tomaso située à Anaheim en Californie. A l’époque, elle comptait sur son V8 351 Cleveland, fort de 330 ch. Mais voilà, 8 ans plus tard, en mai 1980, la GT5 débarque, plus violente visuellement avec ses extensions  d’ailes, sa lèvre avant et son aileron.


De Tomaso Pantera GT5 : Super-supercharged ! 2

De Tomaso Pantera GT5 : Super-supercharged ! 3

Plutôt que de remplacer sa voiture, notre homme décide de lui offrir une mise à jour. Il envoie alors son italienne chez Lance Nist, boss du garage Pantera Specialists basé à Santa Ana. Le V8 va être sorti, forgé par JE, équipé de nouveaux arbres à cames Crower, d’un carter d’huile plus volumineux et renforcé dans le but de recevoir une paire de turbos Rajay ainsi qu’un compresseur B&M greffé à l’admisison ! Oui, plutôt que d’hésiter pendant des semaines, l’gars a préféré s’éviter les noeuds au cerveau en s’offrant un best of… La gestion est une Electromotive (Remplacée depuis par un boitier moderne et 100% paramétrable). Grosses specs pour une prépa qui date de 1982 !

De Tomaso Pantera GT5 : Super-supercharged ! 4

De Tomaso Pantera GT5 : Super-supercharged ! 5

La boite est une ZF 5 rapports manuels. Et on pense beaucoup à elle puisqu’elle a du taff pour encaisser et faire passer sur la route les 840 ch qui sommeillent derrière le pilote.

De Tomaso Pantera GT5 : Super-supercharged ! 6

De Tomaso Pantera GT5 : Super-supercharged ! 7

Bien sûr, pour lui donner un coup de pouce, le châssis est lui aussi mis à niveau. Les trains roulants et suspensions sont signés Delrin pendant que le freinage revu à la hausse. Il se cache derrière des jantes Gotti 3 parties en 10 et 14 x 15′ chaussées avec des Yokohama qui affichent du copieux 285 et 345.

De Tomaso Pantera GT5 : Super-supercharged ! 8

De Tomaso Pantera GT5 : Super-supercharged ! 9

Histoire de coller à son nouveau caractère, la bête est désormais équipée du kit de la GT5 et habillée en Rosso Corsa pendant que les chromes sont passés en noir satiné. Un discret logo “Turbo” est posé sur les ailes avant… Une sorte d’explication pour ceux qui chercheront à comprendre pourquoi et comment ils se sont fait démonter par cette italienne excitée !

De Tomaso Pantera GT5 : Super-supercharged ! 10

De Tomaso Pantera GT5 : Super-supercharged ! 11

Enfin dans l’habitacle, sellerie cuir et moquette beige, harnais 4 points TRW, Momo Prototipo, tachy’ Veglia qui grimpe à 8000, compteur gradué jusqu’à 200 mph (320) et sono Sony !

De Tomaso Pantera GT5 : Super-supercharged ! 12

De Tomaso Pantera GT5 : Super-supercharged ! 13

De Tomaso Pantera GT5 : Super-supercharged ! 14

Au final, cette caisse et sa prépa plutôt virile affichent tranquillement leur plus de 30 balais ! Comme quoi,  même si la voiture affiche tout juste un peu plus de 43000 km, quand c’est fait dans les règles de l’art, ça tient… surtout sur une caisse aussi capricieuse que la Pantera. Sacré monstre… ou monstre sacré !

De Tomaso Pantera GT5 : Super-supercharged ! 15

© Scott Roberts & BaT via BKGraham73