Dans les années 90, le BTCC a surement fait partie des sports mécaniques les plus spectaculaires. A l’époque, même si les budgets commençaient à sérieusement déconner, on n’avait pas encore oublié qu’un pilote, c’était fait pour… piloter, prendre des risques, chasser les trajos et donc forcément, faire le show !

BTCC 90's... La bonne époque du TOCA ! 1

Quand on regarde les courses de BTCC dans les 80’s et 90’s, on se dit que les pilots d’aujourd’hui doivent quand même bien s’faire chier et regretter ce période où les pilotes avaient encore le droit de décider c’qu’ils pouvaient faire au volant de leurs voitures. Puis comme d’hab, les budgets,les teams managers, les sponsors, les pilotes sont devenus des agents co’ télécommandés, programmés pour garder assurer des points plutôt que d’aller chercher la victoire.


BTCC 90's... La bonne époque du TOCA ! 2

Cela n’enlève en rien leur talent, ni l niveau des disciplines toujours plus élevé, tout comme le level des voitures. Non pas qu’elles soient devenues plus difficiles à dompter, mais à un moment, se battre avec les règles de la physique à des vitesses démentes, il faut quand même en avoir bien attachées.

BTCC 90's... La bonne époque du TOCA ! 3

Aujourd’hui les voitures sont plus performantes, plus rigides, plus efficaces, plus rapides, plus chères… mais moins solides. L’erreur se paye cash, au détriment du pilote qui joue presque son baquet à chaque course s’il s’amuse à abimer la voiture qu’on lui a confiée. C’est ça qui a malheureusement ruiné une partie du spectacle. Car avant de prendre un risque, autant le réfléchir à deux fois… parce que si ça casse, il peut vite se retrouver sans volant.

BTCC 90's... La bonne époque du TOCA ! 4

Alors profitons en pour un p’tit retour dans le passé. Ca rafraichira les souvenirs des plus anciens et ça montrera aux plus jeunes c’qu’ils ont raté…

BTCC 90's... La bonne époque du TOCA ! 5

Enjoy…

© De l’essence dans mes veines & signatures éventuelles