Quel rapport entre cette vénérable BMW E28, le flic le plus populaire des EHPAD et le maitre incontesté du gunfight épileptique ? Et bien mémère cache bien son jeu, car sous ses airs de placide berline Allemande des 80’s se cache une mécanique bien saignante…

BMW 535i

On imagine sans mal cette série 5 affublée d’un gyro de la Polizei, remontant l’allée d’un manoir Bavarois où repose un macchab’ de notable déjà froid. Oui, sa robe Sepang Bronze Metallic fleure bon la RFA des 80’s et ce fantastique Lexomil télévisuel qu’était Derrick. Nul n’est parfait, les Teutons produisent d’excellentes bagnoles, mais question programmes de divertissement, franchement c’est pas la gloire.


BMW 535i

Heureusement, ce n’est qu’une première impression. Parce que les caisses chiantes, c’est pas le fond de commerce de la maison hein ? L’œil avisé détecte rapidement quelques subtiles modifs habilement atténuées par sa teinte tristounette. Jupe avant Hartge, extensions d’ailes M-Tech, becquet de M5… Le tout reposant sur de massives Fikse à débord de 17 pouces. Eléments judicieusement choisis qui affirment un peu plus l’agressivité de la berline à gueule de squale. Bon, au final il a plus une gueule à faire des donuts dans un clip de 25G ce Bimmer. Enfin nan, la grosse sortie centrale rend impossible le montage d’une attache caravane !

BMW 535i

A l’intérieur on retrouve une ambiance cossue et bourgeoise. Tout l’habitacle a été refait : cuir crème et alcantara noir, c’est classe et lumineux, d’une propreté clinique, un sans faute. Kirsche sur la Forêt Noire, la luminosité du cockpit de la bavaroise est encore renforcée par la présence du toit ouvrant électrique. Mais ce joli salon roulant offre une subtile touche sportive : 2 baquets de M5 et un volant 3 branches M-Tech complètent le tableau… On note également la présence de 2 manos supplémentaires au pied du pommeau Motorsport. Alors, pourquoi Herr Inspektor a t’il enfilé un bas de survet’ du Bayern sous son costard en tergal ?

BMW 535i

BMW 535i

Bah surement parce que le survet’ c’est plus confort pour traverser une véranda en vidant ses chargeurs sur la Faction Armée Rouge. N’oubliez pas que c’est John Woo qui réalise l’épisode, et il taffe sous le capot ! Sous ses airs sages, cette caisse est un pur sleeper. Elle a beau conserver son gros 6 en ligne 3,5 litres d’origine, celui-ci a été profondément revu : et ça cogne dur ! Les petites touches sportivo-badass qui réhaussent le look de la Bavaroise ne sont pas là pour faire tapisserie, revue de détails…

BMW 535i

Le bloc M30 est déjà plutôt viril d’origine, 218 bourrins c’est plus que suffisant pour tartiner sur l’Autobahn. Rappelons tout de même que la 535i se trouve juste au dessous de la légendaire M5 dans la gamme. Mais ce n’était pas assez pour le proprio, il a donc eu le bon goût de l’assister d’un gros turbo Charging Dynamics. Le souffleur à feuilles est bien sûr accompagné de tout le nécessaire à une bonne prise de la greffe : ECU Megasquirt, allumage MSD et pompe gros débit Walbro. Le montage s’avère efficace, la bête crache maintenant quasi 300 chevaux et balance un couple de bulldozer.

BMW 535i

300 chevaux, soit l’équivalent de la B7 Turbo d’Alpina, Meister en terme de prépa BM quand même, joli ! Pour tenir le troupeau, le châssis a également été revu avec soin. Des amortos Bilstein enserrés de ressorts Spax assurent la liaison au sol, secondés par des barres stab cannibalisées sur sa grande sœur M5. Coté Freinage c’est un habile mix de pièces de Série 7 et de E34 pinçant des disques percés qui fait le job… Serious stuff !

BMW 535i

Au final le résultat est carrément cool : une redoutable crameuse de pneus sous une robe aussi austère, un mélange détonnant qui a dû en surprendre plus d’un au feu rouge !

BMW 535i

©Bringatrailer.com