Vous l’avez compris depuis un moment, le restomod n’a pas de patrie et pas de religion. C’est devenu une tendance universelle où toutes les vieilles, toutes les anciennes peuvent y passer. De l’américaine à l’allemande, en passant par l’italienne comme l’Alfa Giulia qui va poser ses roues sur DLEDMV.

'72 Alfa Giulia Super - Restomod al dente ! 1

Cette Alfa est une Giulia 1300 de 1972. C’était la voiture personnelle de Santino Balduzzi, un pilote et mécanicien italien. Basé à Lodi (au sud est de Milan) il a monté son garage et son team. Forcément, il était spécialisé dans les Alfa et a travaillé en étroite collaboration avec Autodelta. Pour l’histoire, cet homme aussi sympathique que talentueux était un pur autodidacte. Malgré ses compétences et son expérience acquises au fil du temps, il refusait d’être assimilé à un ingénieur. Pourtant Autodelta faisait régulièrement appel à Balduzzi. A chaque fois, il baissait la tête et baragouinait en allumant une cigarette : “… qui sait pourquoi avec tous ces ingénieurs qui bossent chez eux, ils viennent me demander d’aller chercher plus de puissance à ce moteur”. La légende raconte qu’Alfa faisait péter la garantie de toutes les voitures préparées, retouchées ou modifiées, sauf pour celles qui sortaient de chez Balduzzi.

'72 Alfa Giulia Super - Restomod al dente ! 2


'72 Alfa Giulia Super - Restomod al dente ! 3

En fait, Balduzzi va construire sa réputation dans les 60’s, lorsque les GTA qu’il avait préparées sont allées mettre la fessées aux GTA officielles. De quoi énerver l’équipe officielle mais surtout, gagner leur respect et leur admiration. Depuis ce jour là, les liens entre Balduzzi et Autodelta vont se forger, à tel point qu’aucun nouveau développement de moteur ne se fera désormais sans l’expertise de Santino, des 4 cylindres turbo au V6 Busso, en passant par les 2.0 et 2.2 JTS.


'72 Alfa Giulia Super - Restomod al dente ! 4

Vous pensez bien qu’avec un tel CV, Balduzzi ne pouvait pas rouler dans une Alfa d’origine. Quand il récupère cette Giulia en 72, il va rapidement se pencher sur son cas et commencer par lui virer le 1.3 l pour y coller un 2.0 l double arbres revu par ses soins. Pistons forgés haute compression, conduits polis, culasse modifiées avec arbres à cames et soupapes “maison”, duo de Weber 36 DCOE et un collecteur sur mesure. Niveau transmission, Santino a greffé une boite 5 manuelle et un pont de Giulia 1600 au rapport raccourci. Pour finir, il a passé la face avant en jaune, comme la GTAm qui courait pour le team Balduzzi de 72 à 74 et qui a gagné sa catégorie aux 4h de Monza en 73.

'72 Alfa Giulia Super - Restomod al dente ! 5

'72 Alfa Giulia Super - Restomod al dente ! 6

Santino a vendu sa voiture en 2013 à un de ses fans qui habitait de l’autre côté de l’Atlantique. Une fois arrivée en Californie sont proprio lui a offert une petite cure de jouvence et a revu certains éléments. Si le moteur a gardé la signature Balduzzi, le collecteur est maintenant accompagné d’une ligne inox Magnaflow.

'72 Alfa Giulia Super - Restomod al dente ! 7

Le châssis a été revu et équipé en Stage 2 Fast Road de chez Alfaholics. Bras, suspensions, platines de réglages, joints et roulements. Le freinage composé d’étriers (4 pistons à l’avant) avec disques percés et rainurés, est signé Wilwood pendant que les jantes bronze de style GTA sont en 15″, chaussées de Toyo Proxes T1R en 185/55.

'72 Alfa Giulia Super - Restomod al dente ! 8

Esthétiquement, l’italienne ne perd rien à sa bouille de voiture dessinée par un enfant de 5 ans ! Une ligne toujours aussi simple que séduisante et subtile puisque malgré les apparences, l’aéro a été travaillée dans les moindre détails. A l’avant, la calandre est passée en double optique, ceux du centre faisant maintenant office de prise d’air pour l’admission. Histoire d’accentuer l’esprit racing, les pare-chocs ont disparus. Dans l’habitacle, si ce n’est le volant Nardi bois, et trois manos sur le tableau de bord, rien n’a changé depuis 1972.

J’ai toujours eu un faible pour la Giulia. Et je reconnais que celle là est terriblement désirable, surtout une fois qu’on connait son pedigree. Un bel hommage à Santino Balduzzi qui nous a quittés en 2018. Ses fils ont pris la suite et continuent de gérer le garage de Lodi pour y préparer des Alfa et les faire courir, toujours avec la même passion qu’avait instaurée leur père.

'72 Alfa Giulia Super - Restomod al dente ! 9

© SportsPurposeGarage via BaT