En 2018, quand IWC lançait son team IWC Racing, la marque horlogère n’allait pas faire les choses à moitié… jugez plutôt : Engager au Goodwood Revival une magnifique Mercedes 300 SL Gullwing préparée chez HK Engineering pour la confier à David Coulthard… Lourd le combo !

Mercedes 300 SL HK Engineering - Quand IWC rentre dans la course ! 1

Prenons les choses dans l’ordre… IWC, c’est un horloger Suisse mondialement connu et reconnu mais aussi réputé dans le milieu du sport auto classique. Et justement, qui dit sport auto classique, dit Goodwood… que ce soit le Festival Of Speed ou le Revival, Goodwood, c’est le rendez-vous incontournable, le terrain de jeu favori de toutes celles qui ont marqué l’histoire du sport auto, passé ou moderne. Attention, je ne parle pas d’un concours d’élégance… à Goodwood, les voitures, elles hurlent, elles glissent, elles envoient des flammes et retrouvent la ferveur d’une époque où elles étaient encore dans le coup.

Mercedes 300 SL HK Engineering - Quand IWC rentre dans la course ! 2


Mercedes 300 SL HK Engineering - Quand IWC rentre dans la course ! 3

Pour marquer les esprits, fallait un engin prêt à décalquer de la rétine… un monstre sorti du passé, aussi réputé qu’impressionnant. Chez IWC, on est partenaire de Mercedes AMG, rien de bien étonnant qu’on se soit alors penché sur les légendes étoilées, pour finir par porter son dévolu sur la 300 SL Gullwing. Celle qui s’est retrouvée sur la route sur la demande insistante d’un homme, Max Hoffman. Tombé amoureux de la spectaculaire 300 SL qui allait rafler un doublé aux éditions de 1952 des 24h du Mans et de la Carrera Panamericana, il était persuadé qu’une version stradale trouverait sa clientèle car à l’époque, la 300 SL n’était qu’une voiture de course. A tel point que pour convaincre l’état major de Mercedes encore en pleine réflexion, il allait payer cash une partie des 1000 voitures qu’il allait leur commander… ne pouvant refuser une telle commande, Mercedes va alors demander à ses équipes d’adapter la voiture pour la route.

Mercedes 300 SL HK Engineering - Quand IWC rentre dans la course ! 4

Presque 70 ans plus tard, la 300 SL fait partie de ces stars de l’automobile sportive… que ce soit en sport auto ou pour la route. De celles que les gamins affichent en poster sur les murs de leur chambre, ou au 1:43 sur la table de nuit. Un mélange intemporel de charme, de classe et de sportivité, aux lignes séduisantes exacerbées par les spectaculaires portes papillon.


Mercedes 300 SL HK Engineering - Quand IWC rentre dans la course ! 5

Conscient de son potentiel sportif et communicatif, IWC va donc débarquer à Goodwood en 2018, non pas avec une, mais deux Mercedes 300 SL. Une blanche, restaurée et laissée quasiment d’origine et une grise, plus radicale, sortant des ateliers de chez HK Engineering, LE spécialiste allemand depuis 1984. Cherchez pas, que ce soit le coupé ou le roadster, ils les connaissent sur le bout des doigts et sont capable aussi bien de les entretenir, de les restaurer ou de les coursifier.

C’est le cas du modèle qui défile sous vos yeux. Arceauté, libéré en side pipe, il est passé en mode régime et racing, sans pour autant sacrifier son passé, la patine du cuir rouge craquelé le prouve. Cela ne l’empêche pas de recevoir le minimum syndical pour la course historique, baquets Sparco, harnais, radio, commutateurs, extincteur, tripmaster et volant tulipé OMP.

La puissance, on s’en fout un peu. D’origine, une 300 SL, c’est 215 ch pour 1300 kg. Le passage chez le sorcier allemand l’a rendue un peu plus puissante et un peu plus légère, de quoi remplir son objectif, celui de faire le show. Lors de ses différents engagements, la voiture est confiée aux pilotes ambassadeurs de la marque.

Mercedes 300 SL HK Engineering - Quand IWC rentre dans la course ! 6

Le jour de son baptême du feu à Goodwood, c’est David Coulthard qui va en prendre le volant. Quelques semaines plus tard, engagée à l’Arosa Classic Car (une course de côte historique sur 7,3 km pour 76 virages et un dénivelé de 422 m), c’est Karl Wendlinger qui va dompter l’engin. Il n’empêche qu’à chacune de ses sorties, c’est l’euphorie… objectif rempli !

© Goodwood Road & RacingPeter Mosoni Photography