Sélectionner une page

Si je vous parle de Pascal de PN Classic, vous penserez surement aussitôt à Vintage Mecanic… et vous n’auriez pas tort, car il fait partie de l’équipe des rois de la tôle et de la mécanique. Mais au delà de son rôle d’expert, Pascal est aussi et surtout, un passionné hors pair… qui méritait bien d’être confronté à notre, maintenant envié, #Petrolhead !

Présente-toi en quelques lignes

Alors voila, pascal 49 ans et passionné de boulons, d’engrenages et de mécanique sous toutes ses formes.

Pourquoi et comment en être arrivé à l’auto ?

Petit fils d’un tôlier formeur chez Ferodo, (devenue ensuite Valeo) et fils d’un vendeur de pièces détachées auto qui faisait de la restauration de pièces – freins, embrayages et maitres-cylindres – pour des société comme Pozzi , Le Coq ou de Pescara entre autre, ça doit être dans les gènes.
Ensuite pas très bon à l’école (en grande partie parce que je n’y voyais aucun intérêt), à la fin de ma sixième années de collège (et oui 6 ans 😉 ), on m’a proposé comme punition de partir en apprentissage mécanique. Vu que c’est à ça que j’occupais déjà mes week end j’ai dit oui.
Aujourd’hui je suis un fervent défenseur de l’alternance, tous les gamins ne sont pas câblés pour rester le cul sur une chaise à noircir des pages, mais au contraire, certains ont envie de se noircir les doigts.

Présente-nous ton activité

Je gère un atelier de restauration de véhicules de collection qui s’appelle PN CLASSIC, on fait, en majorité, des autos bien sûr mais aussi des motos, des tracteurs, des vélos et tout ce qui se conduit et qui mérite qu’on lui donne de l’amour. De la simple vidange à la restauration complète, sur des véhicules de toutes marques et tous modèles, des années 1920 à 2000… on brasse large. Pour moi elles sont toutes différentes et toutes complémentaires mais surtout toutes dignes d’intérêt, de la 4L à la Ferrari !
On ne s’ennuie pas et on découvre sans cesse des nouvelles façons de faire. Quand on attaque un modèle qu’on ne connait pas; on réapprend à bosser et à se mettre un peu en danger. On se donne du challenge, ça pimente le quotidien. Par contre, c’est pas ce qu’il y a de plus rentable car cela demande du temps, mais si j’avais voulu gagner de l’argent j’aurais ouvert un centre auto…

Parle-nous de tes partenaires et de ceux qui t’accompagnent

Ça se compose en deux équipes.
La première à l’atelier. J’ai deux mécaniciens, deux carrossiers et une secrétaire qui m’aident beaucoup dans mes aventures et mes délires et qui m’aident énormément  à gérer et à trouver ce qui me manque le plus… du temps.
La deuxième à la maison où j’ai ma dream team qui me soutient et m’aide à avancer quand je doute ou que j’ai besoin de boost.
Je ne sais pas laquelle des deux équipes a le plus de mérite à me supporter, mais je ne ferais rien sans elles.

Tes projets pour l’avenir ?

Beaucoup (trop certainement) 🙂
Assez éclectique je développe l’activité dans plusieurs domaines, je fais pas mal de Backdating sur les 911 par exemple, j ’adore ça, mais je fais aussi des voitures de courses historiques. J’ai moi-même en projet de courir ces épreuves historiques, de participer au Tour Auto ou au Mans Classic. Je m’entraîne de temps en temps lors de rallyes de régularité ou sur circuit.
Je propose aussi des Masterclass au sein de l’atelier. Je poursuis les tournages de Vintage Mecanic sur RMC Découverte. Et dernière aventure en date : j’ai lancé ma chaine YouTube PN Classic, je vous invite d’ailleurs à vous abonner. Je n’ai pas assez de 24 heures dans une journée mais l’avantage c’est que je ne m’ennuie jamais et qu’honnêtement c’est cool de faire un métier passion.

Au niveau passion, quel est ton premier souvenir avec une voiture ?

Je fais partie d’une génération qui a grandi avec un cinéma riche en véhicules, tout d’abord avec les Coccinelle de Walt Disney (ma première ancienne est une Cox que je possède depuis 32 ans, y’a pas de hasard), et ensuite « Retour vers le futur », « Top Gun », « Mad Max » et toutes ces séries où le véhicule présent était un Héros à part entière, comment ne pas aimer l’auto dans ce contexte ?
L’autre grosse claque au sens propre du terme a été ma première fois aux 24h du Mans en 1986, ce mélange d’odeurs, de bruits et cette passion commune entre le public et les pilotes, c’est simple, je suis tombé amoureux de cette course pour la vie.
La première expérience de conduite qui m’a marqué à vie c’est un soir en arrivant au restaurant dans la 205 GTi 1.9l de mon cousin quand il s’est arrêté en entrant sur le parking et qu’il m’a dit que je pouvais garer la voiture (en passant devant la bais vitré du restaurant, avec tout le monde qui nous regardait)…j’avais 16 ans, je vous laisse imaginer la fierté que ça représente.

Qu’est ce qui te passionne le plus dans l’automobile ?

Sans hésitation : les rencontres. Ce brassage multiculturel, ces personnes qui viennent de toutes classes sociales, de tous bords politiques, de tous les âges, de toutes nationalités et qui vibrent pour la même passion alors qu’en temps normal elles ne se seraient peut être jamais adressées la parole, ça crée des discussions fabuleuses. Grand sentimental, il y a aussi ces histoires qu’on me raconte au sujet de véhicules, de familles, ces anecdotes qui font tout l’intérêt de préserver le patrimoine automobile et qui justifient, à elles seules, le temps, la sueur et parfois mêmes les crises de nerfs qu’on y consacre

Permis du premier coup ?

6 fautes au premier code, 5 au deuxième…  toujours pas scolaire. En revanche, la conduite du premier coup facile. Ça vous étonne ?

Sur la route, tu es plutôt zen ou speed ?

Speeeeeeed (trop). Issu d’une génération qui a connu la route sans répression,  j’avoue que j’ai un peu de mal à rentrer dans le moule.

Et justement qu’est ce qui t’énerve le plus sur la route ?

Ce que j’appelle les « chicanes mobiles » en général et en particulier ceux de la file de droite qui déboîtent sans regarder dans le rétro en pensant que mettre son clignotant suffit, ça me met dans un état de nerfs…..

Si on devait résumer ta passion, et ta vision de l’auto en 1 mot.

Les rencontres et l’échange, le partage d’une passion qui réunit.

Malgré cela, qu’est ce qui pourrait te faire détester les voitures ?

Qu’on m’oblige à rouler en Zoé, (en Tesla passe encore mais en Zoé sans moi) que je ne puisse plus me servir des engins qui font partie de moi.

Quel est pour toi le meilleur pays pour vivre sa passion auto ?

La France mais en 1970 ? 🙂 Sinon je dirais l’Angleterre, j’adore leur état d’esprit et leur façon, très libérée, de vivre la passion automobile.

Les petrolheads en France tu les vois comment ?

Comme des dinosaures, les derniers guerriers en voie d’extinction, des Mel Gibson dans Mad Max. Pas mal, non ? Heureusement on voit émerger de jeunes dinosaures, qui nous aident à faire durer cette passion ô combien décriée et taxés de pollueurs ou autres dangers publics.

Comment imagines-tu l’avenir de l’automobile ?

Malheureusement, je ne suis pas serein. Je pense que les véhicules que j’utilise au quotidien comme les BMW 740i ou Audi A8 V8 vivent leurs dernières heures. En ce qui concerne les véhicules de collection, en revanche je pense qu’on a encore de l’avenir ça reste de la sauvegarde de patrimoine.

Si tu pouvais changer ou modifier quelque chose…

Arrêter cette politique « autophobe » et chercher de vraies solutions en traitant les vrais problèmes. Quand on sait que le parc total roulant des véhicules de collection ne représente que 2% du parc routier français, ce n’est pas en empêchant une 4CV de parcourir 500 km par an que ça va changer quoi que ce soit.

Tu as un budget « no limit », quelles sont tes 3 premières caisses ?

Ford Falcon XB GT 1973, l’Interceptor de Mad Max, mon fantasme absolu 🙂
Ferrari 250 GTO, certainement la plus belle voiture du monde.
Porsche 917
Mercedes 300 SL papillon
AC Cobra
Porsche 2.7 RS
Ca fait combien là ?

Et justement en parlant voiture, en quoi tu roules ?

Comme tout bon mécano qui se respecte, j’ai pas mal de modèles mais pas une qui fonctionne 🙂
Si on évoque le cordonnier, moi je suis en tong, voire nus pieds 🙂
Malgré tout, je possède :
Cox 1200
BMW 633 CSi
BMW 2002 Ti Gr.2
205 Rallye Gr.N
Citroën Traction 11B
Porsche 911 2,2E Targa
Moto BMW R60/6 ex Police
Honda Seven Fifty
Audi A8 4,2 l (pour tous les jours)

Laquelle a été ta 1ère ?

Peugeot 104 coupé

Et ensuite ?

Talbot samba GLS
Plusieurs 205 Rallye
BMW E30 325 is
Porsche 944
Golf 1 cab
BMW M5 e34 3,8 l
Y’en a eu des paquets, j’ai perdu le fil…

De toutes celles que tu as eu, laquelle t’as le plus marqué ?

On n’oublie jamais son premier amour alors ma 104 que j’avais swappée en ZS. Je participais aux runs de Paris Nord avec, elle a d’ailleurs fini sa carrière là-bas, sur le toit 🙁

Le plus déçu ?

La M5 E34 malgré elle. Une auto fabuleuse avec un six en ligne de 340 ch issu de la M1, dérivé de la compétition, ultra puissante mais du coup pas du tout exploitable sur route sous peine de faire de la prison et, au final, hyper frustrante.

Tu es plutôt moderne ou ancienne ?

Ancienne ! Si je ne peux pas utiliser de marteau ou de tournevis pour la réparer, ce n’est pas pour moi.

Pourquoi ?

Les anciennes ont une âme, une histoire à raconter alors que les modernes sont de vulgaires « déplaçoirs ».

Quel petrolhead t’inspire le plus (Pilote, artiste…)


Je suis très fan d’Henri Pescarolo et de cette lignée de pilotes qui ont écrit l’histoire de la course automobile française, comme Ragnotti, Ickx ou Darniche (avec qui j’ai eu la chance de rouler dans un épisode de Vintage Mecanic) par exemple.

Ton anecdote la plus dingue au volant d’une caisse

Joker ! Y’a des anecdotes par toujours avouables. Mais si on veut rester soft je dirais : sur une étape du Tour Auto que l’on suivait sur route ouverte, je me suis fait doubler par une Porsche 935 par la droite et par une Ford GT40 par la gauche… Assez surréaliste !

Quelle musique écouter en roulant ?

Un peu de tout mais Pink Floyd car je suis un grand fan et surtout ça m’aide à rester zen et à sauver mon permis. J’aime aussi beaucoup la musique électro, mais ça fait rouler fort justement 🙂

A tes yeux, la meilleure route ?

Tout dépend de la voiture, avec la 205 Rallye une route de montagne. Des montées comme celle entre Saint Jean de Luz et le Col d’Ibardin à la frontière espagnole ou la route entre Bourg Saint Maurice et les Arcs… quel pied !

Atmo ou Turbo ?

Atmosphérique sur les anciennes, avec plein de Weber si possible et Turbo pour rouler tous les jours.

Drift ou grip ?

Plus grip même si j’aime bien conduire par la fenêtre de temps en temps.

Bière ou whisky ?

Y’a pas rhum ? Alors bière.

Boite manu ou séquentielle ?

Manu

Propulsion, Traction ou 4RM ?

Je ne peux pas choisir : j’ai les trois…

Full power ou light is right ?

Tu me demandes de choisir entre la 633 CSI et la 205 rallye ? Impossible !

Static ou airride ?

 Static

Circuit ou rallye ?

Circuit. Je ne suis pas assez équipé au niveau glandes génitales mâles, productrices de spermatozoïdes pour pouvoir faire du rallye. Il en faut un sacré paquet pour pouvoir rouler vite en rallye, respect !

Bullit ou Fast and Furious ?

Bullitt

Télé, internet ou papier ?

J’achète encore des magazines mais internet a son avantage. Je regarde peu la télé en revanche.

Passé, présent ou futur ?

Le passé pour la liberté. Le présent pour vivre ce que j’aime avec mon expérience et le futur pour transmettre.

Un message à passer ?

Les anciennes ont une histoire à raconter et beaucoup de plaisir à apporter, soyez curieux et sauvez-les !

Ton avis sur De l’essence dans mes veines ?

Un site qui carbure, une équipe à donf, des sujets qui décapent… J’aime bien l’état d’esprit de votre site, continuez comme ça. D’ailleurs merci de votre invitation et c’est quand vous voulez sur ma chaine Youtube !

© PN Classic via signatures éventuelles