Sélectionner une page

J’vais vous raconter. Le gars, il se paye une Porsche 993 Turbo neuve en 96. Jusqu’à là, faut être vachement exigeant pour ne pas s’en contenter, d’autant plus quelle est équipée du Kit X50 power Plus. Et pourtant, un an plus tard, la machine allemande va se retrouver dans les ateliers de chez Gemballa pour une série de midifs qui vont en faire un monstre, la GTR 600 Le Mans Biturbo…

Dans le monde de la prépa, Gemballa a toujours été une sorte de sorcier fou qui se lâchait sur les Porsche – 911 Avalanche, Mirage GT, 993 GT2 S – sans forcément rechigner à aller voir ailleurs puisque même la BMW M635 CSi y a eu droit. Réputé pour l’excentricité de ses engins, Uwe savait aussi rester sobre quand il le fallait. Finalement, il a su s’imposer comme une des spécialistes pour aller chercher des noises aux Flat 6 turbalisés.

En 96, une Porsche 993 Turbo sort des usines de Zuffenhausen. Elle arbore une robe Midnight Blue et un kit X50 qui faisait passer la puissance du Flat 6 de 408 à 430 ch. Son proprio va en profiter pendant une bonne année jusqu’au jour où, allez savoir pourquoi, il trouve qu’il se traine au volant de son allemande. Cherchant une solution pour y faire prendre un shoot, un de ses amis lui souffle le nom de Gemballa à l’oreille.

En 97, v’là donc notre porschiste blasé qui se rend à Leonberg et signe une chèque pour transformer sa 993 Turbo en Gemballa 570 Biturbo. Au programme, la grenouille reçoit un boost qui la fait grimper à 562 ch, un kit aéro, des supports de boite renforcés, des suspensions plus raides et un kit gros freins. Elle conserve encore sa robe bleue. Son proprio en tombe littéralement amoureux. Elle répond à ses attentes… à tel point que l’année suivante, il renvoie sa 993 chez Uwe et lui signe un chèque en blanc (190000 € exactement) avec pour objectif d’en faire la 993 la plus ultime et la plus véner signée Gemballa.

Ca va devenir plutôt violent… Kit complet GT2 avec capots et portes en carbone, extensions d’ailes en kevlar et aileron biplan GT2 Evo. La face avant signée Gemballa porte le doux nom de Le Mans Bitrubo. Elle reprend le concept du Flat Nose mais en moins anguleux et sans les pop-up remplacés par des phares fixes sous plexi. Prises d’air XXL, lèvre inférieure et flaps latéraux. On voit bien que la bête n’est pas là pour faire semblant.

Le Flat 6 est sorti et reconstruit. En y étant il voit débarquer de nouveaux arbres à cames GT2, des soupapes renforcées de plus gros diamètre, un duo de KKK, un refroidissement optimisé, une nouvelle gestion et une ligne libérée. Il envoie 610 ch aux quatre roues via la boite 6 manuelle renforcée pour l’occasion et accompagnée d’un DGL.

Pour rester sur la route, la GTR 600 est maintenue par des coilovers H&R à double ressorts. Les triangles sont renforcés, les barres antiroulis prennent du diamètre. Le freinage est signé Brembo avec à l’avant, des étriers 8 pistons qui mordent des disques de 380 mm. L’arrière se contente de 4 pistons et de disque de 345. Le tout est posé sur des BBS Motorsport en 9,5 et 11 x 18″ chaussées en Pirelli de 245/35 et 295/30.

Dans le cockpit, hors de question de sacrifier le luxe originel. La clim, les vitres élec et la sono Becker sont conservées. Mais on retrouve aussi des baquets tendus de cuir, un demi arceau avec barres latérales escamotables en carbone. Fibre qu’on retrouve aussi sur le volant Momo, sur les seuils de portes et l’entourage des compteurs. Le pommeau et le pédalier sont en alu. Et la touche finale est portée par le bouton de mise à feu situé au milieu de la console centrale…

Une fois la 993 Turbo devenue GTR 600, elle se transforme en missile. Gemballa annonçait 330 km/h, le 0 à 100 en 3,4 secondes et le 0 à 200 en 11,6. Elle est même allée s’offrir un 7″45′ sur la Nordschleife, équivalent à celui de la McLaren F1. Au final, s’il y a eu plusieurs GTR 600 a avoir vu le jour chez Gemballa, une seule sera allée aussi loin en adoptant le kit Le Mans Biturbo. Fallait bien qu’elle pose ses roues sur DLEDMV…

© Collecting Cars