La Porsche 935 Street legal de Mansour Ojjeh : No pain, no gain ! 2



Oui, on peut aussi dire No pain, no tartine… mais ceci est une autre histoire ! En attendant, quand Mansour Ojjeh a géré le partenariat pour que Porsche devienne le motoriste de McLaren en 83, il a fait rajouté une ligne au contrat… Que le constructeur allemand lui fasse une véritable Porsche 935, monstre des circuits, mais en version Street Legal ! 


Mansour Ojjeh est un richissime homme d’affaire franco-saoudien, fondateur de TAG (technologies d’avant garde) et actionnaire chez McLaren. C’est donc lui qui entreprend en 83 de finaliser un partenariat afin que Porsche accepte de motoriser McLaren en F1. Ainsi, les TAG Porsche viennent remplacer les Ford-Cosworth TAG sous les capots des monoplaces anglaises. Une idée de génie puisque Lauda remportera le titre en 83 suivi par Prost l’année suivante.

En parallèle, en 1981, alors que les négociations commencent avec Porsche, Ojjeh s’offre un caprice de riche. Il demande à Porsche de lui préparer une 935. Véritable monstre des circuits, qui a offert à Porsche un palmarès impressionnant sur les pistes depuis 1976 ( 1 victoire au Mans, 6 consécutives aux 24h de Daytona et 7 aux 12h de Sebring !).

La 935 est la version course de la 930. Mis à part que l’homologation en Gr5 n’a pas nécessité une version route aussi poussée et bestiale. Histoire de, Porsche s’est juste contenté de proposer une option Flat Nose (code M506 en Europe et M505 aux States) qui, à part un grosse augmentation du prix, n’offrait rien de plus par rapport à la 930 de base. Au final, seules 948 « M505 » sortiront des lignes de Zuffenhausen.

Celle de Mansour se doit d’être une véritable 935, et pour ce faire, Porsche va donc partir d’une 930 Turbo et la transformer de la même façon qu’ils le font avec la 935, l’occasion d’inaugurer le nouveau service « Exclusive Department ». Le kit en tôle est donc fourni par Kremer pour obtenir cette gueule violente, avec son nez aplatie, ses pop up et son spoiler avant sorti des Hunaudières. Les ailes arrière, format XXXXXL vont recevoir d’énormes aérations pour finir sur ce cul dantesque, surplombé d’un aileron monstrueux. Oubliez les couleurs de guerre, Mansour opte pour une robe bordeaux métal. 

Dans l’habitacle, le traitement est digne d’un pullman. Cuir pleine fleur à tous les étages, sono, moquette épaisse, bois précieux, baquets Recaro électriques… elle rendrait jaloux un fumoir anglais !

Sous le capot, Porsche n’a pas osé y laisser les bouilleurs surboostés à coups de turbos énervés. On y retrouve le Flat 6 turbo aircooled de la 3.3l mais revu pour passer à 375 ch. Le couple est copieux, les pneus doivent gérer 490 Nm à 5500 trs. Heureusement l’avant chausse en 285/40/15 et l’arrière compte sur de laaaarges 345/35/15 ! Le tout monté sur du BBS de 10′ et 13′ de largeur…

La bête affiche quand même 1580 kg sur la balance… mais le souffle de son escargot lui permet de passer la barre des 100km/h en 5,2 secondes et va buter à 285 compteur. 

Alors on ne peut pas dire qu’on est devant une reine de beauté. La 930 étant largement plus gracieuse. mais niveau violence oculaire et bestialité mécanique, difficile de faire plus radical ! Cependant, c’est elle qui donnera l’idée à Porsche de commercialiser le kit M505, plus basique, puisqu’il n’utilisera que la face avant, et son kit performance qui permettra au Flat 6 de passer de 300 à 330 ch.


Il n’empêche que la 930 / 935 de Mansour reste un modèle unique (Oui Kremer en a également fait une, mais il s’agissait d’une véritable 935 transformée pour la route), qui s’est vendue aux enchères 230.000 € en 2014 avant de changer à nouveau de main l’année suivante. Ce genre de monstre sorti des 80’s, comme on n’en fait plus…!

© Porsche – TAG  & signatures éventuelles


Advertisements

Laisser un commentaire

2 commentaires sur “La Porsche 935 Street legal de Mansour Ojjeh : No pain, no gain !