Keiichi Tsuchiya en Skyline R32 GTR GrA sur Tsukuba …



Flash back sur le circuit de Tsukuba, avec la Nissan Skyline R32 GTR GrA aux couleurs du team STP Taisan, pilotée par “Drift King” himself, Keiichi Tsuchiya. Le trio se retrouve 20 ans plus tard… Emotion et crissements de pneus !

DLEDMV_R32_STP_Taisan_20

Tsukuba, on connait tous, grâce aux différents jeux de caisse, qu’ils soient “Playsationniens” ou “Xboxiens” ou les différentes vidéos de battle de Best Motoring. D’ailleurs la vidéo reste dans la famille puisqu’on la doit à Hot Version. Les fans savent que Tsukuba, c’est le circuit à 1 minute … C’est le repère temporel entre le foie gras et le pâté de campagne …! Il y a les voitures et les pilotes qui tournent en 1 minute ou moins, et les autres …

DLEDMV_R32_STP_Taisan_Tsuchiya

La Skyline R32 GTR, Godzilla (elle doit ce surnom aux journalistes Australiens qui l’appelèrent ainsi en découvrant la R32 justement). Mais Godzilla en colère (Si si c’est possible !) puisqu’il s’agit de la version mise sur roue par l’équipe STP Taisan, qui a couru et écrasé le JTCC de 1989 à 1993 ! 650 ch pour un peu plus de 1200 kg, et un châssis qui permettait encore d’écraser la pédale de droite, quand tous les autres visitaient déjà le bac à sable !

DLEDMV_R32_STP_Taisan_10

Au volant, Keiichi Tsuchiya en personne, comme lors des saisons 91, 92 et 93. Tsuchiya, le spécialiste du Touring Car japonais, qui a également fait quelques piges en F3, en GT (7 participations au Mans en 94, 95, 96 sur NSX, 97 sur McLaren F1 GTR, Toyota GT-One en 98 et 99, et Panoz en 2000) et même en Nascar pour 2 courses d’exhibition au Japon. Il a, à son palmarès, quelques victoires de classes et une deuxième place au général au Mans en 99 et en JTCC en 2001 sur NSX Autobacs.

DLEDMV_R32_STP_Taisan_Onboard

Son style s’est imposé de lui même, au même titre que celui des pilotes japonais en général, agressif, incisif, il n’hésitait pas à mettre 2 roues dans l’herbe si ça permettait de gagner une place. Remettant en doute les lois de la physique, en prouvant qu’en glisse, ça pouvait passer aussi vite qu’en grip ! Même si pour ça il faut frotter du pare-choc ! Le problème est que quand ça ne passe pas .. Ca casse ! Mais c’est le point commun à tous les pilotes de l’archipel, Sato, Nakajima, Kobayashi aujourd’hui, tous sont les dignes descendants des samouraïs et autres kamikazes … Et Tsuchiya est forgé du même tofu !

DLEDMV_R32_STP_Taisan

En 2000, il met un terme à sa carrière, et prends les commandes du team Arta jusqu’en 2005. C’est cette même année qu’il se sépare de sa société, Kei Office, spécialisée dans la vente de pièces perf d’occasion. On y trouve des jantes, des moteurs, mais également des pièces directement issues des engins de circuits fraichement mis à la retraite … Et qui font le bonheur des préparateurs pros et amateurs sur l’archipel ! Un moteur de JTCC dans votre EG6 ? Pas de soucis, Kei Office peut vous fournir le tout …! Hé ouais … Rien à voir avec le Norautal du coin !


Bref, il vend Kei Office en 2005 et créée DG-5, un marque de suspensions, spécialisée pour le drift … En fait, sa légende s’est construite après sa carrière professionnelle, et lui a valu sa notoriété internationale et son surnom, “Drift King”. Car le drift ne serait probablement pas devenu ce qu’il est sans Tsuchiya San. Il faut savoir qu’au début de sa carrière de pilote pro, Keiichi s’est vu menacé de se voir retirer sa licence. Le pilote, en dehors des circuits, était connu pour ses courses illégales en faisant parti de la scène underground du street racing et d’une “discipline” encore réservée à des adeptes particuliers, le drift. Tsuchiya en était l’un des meilleurs, et la toute 1ère vidéo de drift semi-pro (“Drift Pluspy”), le voit au volant d’une AE86 …

©CARandGAS

C’était en 1987 et la légende était en marche ! Le problème est que ses frasques n’étaient pas du gout des organisateurs et de ses employeurs pour qui il portait les couleurs. Plutôt que d’y mettre un terme, il préféra alors militer pour le drift, mais sur circuit et en devint l’ambassadeur.  Voilà comment après une carrière rondement menée, il se retrouve juge en D1 GP, pilote essayeur pour “Best Motoring”, “Hot version”, “Vidéo Option”,  … Ainsi que consultant pour la télé et le cinéma dans “Initial D”, “Wangan Midnight” ou “F&F Tokyo Drift” par exemple. Il apparait également dans de nombreuses vidéos de drift, et dans une série de 6 films japonais appelés “Shuto Kousoku Trial”, que beaucoup considèrent quasi-autobiographiques. Même chose pour certains, qui voient un parallèle et une réciprocité entre la vie de Keiichi Tsuchiya et celle de Takumi, le héros d’Initial D. Tsuchiya a appris à drifter adolescent alors qu’il explorait les touges des alentours en effectuant des livraisons pour l’entreprise familiale. D’ailleurs les scénaristes du manga, devenu dessin animé puis un film, lui ont consacré de nombreux clins d’oeil au fil des épisodes.

DLEDMV_R32_STP_Taisan_Keiichi

Aujourd’hui, il est devenu le prophète du drift, le pape du contre braquage, le pourfendeur de pneus arrières, …


Voilà, vous savez dorénavant l’essentiel, ou presque, pour pouvoir briller au cours d’un vendredi soir sur le parking de Casto ! Donc place aux vidéos …

©HotVersionGT

©BBC Top Gear via tyau1234

©Photos : Nissan – Keiichi Tsuchiya – STP Taisan via signatures éventuelles


Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *