Mosselman libère une M5 E60… Terrifiant ! 1


Niveau bruit, rien ne vaut un bon atmo. Qui plus est lorsque celui ci compte 10 cylindres, 5 l avec une rendement de 100 ch/l, synonyme de régime de rotation haut perché ! Oui, le fameux S85, descendant du V10 de F1 … Alors quand ce dernier est préparé et hurle sa rage mécanique dans une ligne Mosselman … Ca tue !

DLEDMV_BMW_M5_E60_Mosselman_005


Physique ingrat … Oui, j’assume, mais la E60, produit de l’ère Chris Bangle, affiche un profil assez torturé, signature si caractéristique du designer ! En tout cas, elle ne laisse pas indifférent, c’est ce qu’on appelle avoir du caractère stylistique, ce qui est mieux qu’une placide et passe partout A6 par exemple!

DLEDMV_BMW_M5_E60_Mosselman_003

DLEDMV_BMW_M5_E60_Mosselman_002

En ce qui concerne la M5, finalement le physique on s’en fout un petit peu puisque le plus important est caché sous capot. A croire que BMW a voulu se faire pardonner d’avoir validé ce dessin et s’est rattrapé sur la mécanique. Puis il fallait faire mieux que la E39 et son V8 qui vous scotchait au siège. Ca tombait bien, la marque faisait son retour en F1, et il fallait que ça se sache … Alors les ingénieurs ont conçu un V10 de 5.0 l, s’inspirant de celui qui équipait la monoplace. Double arbres, double Vanos,  8250 tr/min, pistons forgés … 507 ch et un couple de 53 mkg perché à 6000 tr ! L’occasion aussi d’y mettre la nouvelle boite 7 robotisée SMG-3 et le fameux Drivelogic, pour tout paramétrer vous même … la boîte, le DSC, l’antipatinage, le différentiel, l’accélérateur, l’échappement, le Klaxon, le bruit des clignotants, et même la couleur de la culotte de votre passagère … A compter du moment ou elle en porte une ! Bref, un gadget qui sert finalement pas à grand chose ! Puisque c’est soit « on », soit « off » !

DLEDMV_BMW_M5_E60_Mosselman_004

Pour avoir eu la chance d’en essayer une à plusieurs reprises, je dois avouer que la E60 est une fusée impressionnante à partir du moment ou vous n’avez pas peur de cravacher le V10 … Avec plus d’1 tonne 900 sur la balance, on sent le poids sur la 1ère moitié du compte tour, puis une fois le pétard allumé, la grÔsse berline se transformait en missile. La E60 se jetait en avant au régime ou la E39 vous demandait presque de passer le rapport supérieur. 2 tempéraments et 2 philosophies différents finalement bien opposés ! Mais l’une comme l’autre est axée vers le plaisir et les sensations, même s’ils sont différents … La E60 reste une sportive exceptionnelle capable d’aller énerver les GT les plus affutées. Surtout lorsqu’elle passe entre les mains de chez Mosselman. Elle en ressort avec une robe marron satinée, un châssis revu en Eibach, un jeu de 4 MM07-GTR, un freinage confié à Brembo et un moteur gentiment retouché au niveau de l’admission de l’ECU et libéré par une ligne complète … 561 ch et 580 Nm plus tard, le V10 vous fait dresser les poils à chaque accélération ! Ce bruit …


© Gumbal / Photos via signatures éventuelles


Laisser un commentaire

Commentaire sur “Mosselman libère une M5 E60… Terrifiant !