Partage

Aujourd’hui, un 4×4, c’est fait pour aller de la maison au bureau et franchir le trottoir adjacent histoire de se garer… Mais il fut un temps où un 4×4, c’était fait pour crapahuter, aller dans la boue, se mettre minable, et franchir tout ce qui pouvait se présenter devant lui… Et le plus méchant d’entre eux s’appelait Lamborghini LM002 !

DLEDMV - Lamborghini LM002  - 09

Vous les voyez aujourd’hui avec leurs SUV ? Les mastodontes de la route ont remplacé les berlines haut de gamme. Aujourd’hui, les dirigeants de PME roulent en Cayenne, Q7, X5 ou ML. Ceux qu’on a appelé les SUV ont donc remplacé les grosses berlines aux vitres teintées. Pourtant, il y a encore quelques années, les Pajero, Land Cruiser et autres Patrol n’avaient guère la côte de leurs homologues allemands. Non, à l’époque, le 4×4 on le sortait pour aller faire du franchissement, armé d’un pare buffle et d’un treuil au cas ou il fallait se sortir d’un gué plus que coriace. 


Car avant que la mode n’ai frappé les faibles d’esprits, Lambo s’est tenté à la famille des 4 roues motrices. Et chez lambo, quand on fait les choses, on ne les fait pas à moitié ! 

DLEDMV - Lamborghini LM002  - 08

A la fin des années 70, la marque est en proie à de lourdes difficultés financières. Il faut donc trouver de nouveaux débouchés histoire de redresser un peu les cornes ! C’est à ce moment là que l’armée américaine lance un appel d’offre dans le but de renouveler son parc de véhicules légers blindés. Lamborghini tente sa chance. Spécialisé dans les tracteurs puis dans les voitures de sport, il suffit finalement de réunir les 2… sur le papier ça parait simple ! 

DLEDMV - Lamborghini LM002  - 07

En 77, un proto sort des cartons, le Cheetah (LM001). L’engin est en fibre de verre, posée sur un châssis tubulaire qui renferme en son centre un V8 Chrysler de 5,9 l pour 170 ch. Malgré le pedigree de la marque, sa tenue de route est catastrophique. A tel point qu’il ne sera pas retenu ! A la place, l’armée américaine sélectionne un certain Hummer…

Lamborghini LM002 - Un V12 dans la pampa ! 1

Cette malencontreuse aventure ne décourage pas les propriétaires de la marque, les milliardaires français Mimran. Au contraire ! La marque croit tenir un concept puisque le véhicule évolue, le moteur passe à l’avant et Lamborghini présente le LM002 au Salon de Bruxelles en 86. S’il fallait décrire son style, sachez que le LM002 a vite été surnommé Lambo Rambo ! De part ses origines qui se voulaient militaires, mais surtout, de part son gabarit ! 1m80 de haut, 2m de large, 2T700 hors taxes. C’est une mélange entre une Range Rover, un tank et un coffre fort ! 

DLEDMV - Lamborghini LM002  - 04

Pour faire avancer tout ça, il fallait un bloc du niveau de l’engin. Ho, on est chez Lamborghini et dans la famille, il y a une certaine Countach et son V12… qui devrait faire l’affaire ! C’est donc comme cela que le 5167 cm3 de la LP5000QV se retrouve dans le LM002 avec ses 455 ch et 500 Nm de couple. Il fallait au moins ça pour remuer le monstre d’acier sur la route. Juste un détail, les freins à tambour à l’arrière… Signe de croix obligatoire en cas de freinage d’urgence !

DLEDMV - Lamborghini LM002  - 03

Pour ravitailler le V12, Lambo est obligé d’y adapter 2 réservoirs qui emportent pas moins de 290 l d’essence ! 400 € le plein, vidé en moins de 1000 km puisque la conso tourne autour de 30 l à condition d’être gentil avec la pédale de droite sinon, vous pourrez miser sur une moyenne de 50 l ! Il faut bien ça pour tomber le kilomètre en 31 secondes, passer les 100 km/h en 7,8 secondes pour plafonner à 250 km/h.  

DLEDMV - Lamborghini LM002  - 02

Châssis tubulaire, peau d’aluminium, le LM002 est atypique. Sur la route, Lambo a renforcé la transmission, switchable de 4×2 en 4×4. Le bruit est assourdissant, à tel point, qu’il couvre les rugissement du V12 ! Insupportable sur longs trajets ! De plus, les 2 immenses réservoir vous plongent dans les effluves d’essence ! C’est sympa, mais dans le genre déo y’a mieux ! Pour le reste, l’engin est agréable à mener, à partir du moment où on a compris que malgré le taureau sur le centre du volant, on n’est loin d’une sportive. 

DLEDMV - Lamborghini LM002  - 01

30 ans plus tard, il doit quand même être bon d’aller toiser du SUV moderne au volant d’un tel monstre ! Enfin, faut-il encore en trouve un et prévoir le budget carburant qui va avec ! 

© SuperCarClassics – Getting YOU into the Classics! & signatures éventuelles


Partage