C’est l’histoire d’un mec, un ingénieur, qui bosse avec Mercedes. Un jour, il a l’idée lumineuse de proposer celle qui pourrait remplacer la fameuse 300 SL. Mais voilà, la marque de Stuttgart s’en tamponne un peu l’étoile et renvoie notre homme à ses planches à dessin plutôt que de perdre son temps ! Vexé, il décide alors de lancer sa marque et son modèle, l’Isdera Imperator…

dledmv-isdera-imperator-19

dledmv-isdera-imperator-18

Ce mec, c’est Eberhard Schulz. Un ingénieur qui fait ses débuts dans la bagnole en proposant une réplique de la GT40, l’Erador GTE, un engin de 960 kg pour 420 ch, capable de passer la barre des 300 km/h et de manger un 0 à 100 en 4 secondes… En 1969, ça fait parler et Ederhard se retrouve à bosser pour Mercedes sur le projet C111.


dledmv-isdera-imperator-17

dledmv-isdera-imperator-16

dledmv-isdera-imperator-15

Il n’empêche qu’Eberhard est obsédé par un projet, celui de proposer une remplaçante à la 300 SL qui reprendrait les célèbres portes papillon.

dledmv-isdera-imperator-14

dledmv-isdera-imperator-13

dledmv-isdera-imperator-12

En 71, alors qu’il travaille pour Porsche, il passe son temps libre à mettre en forme son rêve et c’est en 78 qu’il propose le projet CW311 à Mercedes. Mais voilà, Stuttgart a déjà abandonné le concept C111 après 3 variantes, il en est donc de même pour celui de Schulz.

dledmv-isdera-imperator-11

dledmv-isdera-imperator-09

dledmv-isdera-imperator-10

Ce n’est pas pour autant qu’Eberhard va baisser les bras. En 82, il lance sa propre marque, Isdera un nom pas si simple que vous pourriez l’imaginer… Ingenieurbüro für Styling, DEsign und RAcing (Bureau d’ingénierie pour le style, le design et la course)… bah, c’est un ingénieur, pour la simplicité, allez chercher ailleurs !

dledmv-isdera-imperator-08

dledmv-isdera-imperator-07

dledmv-isdera-imperator-06

Enfin, c’est comme ça qu’en 84 on voit débarquer à Genève une méchante Isdera Imperator, vision toute personnelle signée Eberhard Schulz de ce qu’aurait pu être la 300 SL. Portes papillon, calandre étoilée largement aérée, échappements latéraux, le lien de famille est indéniable et le dessin, taillé à la tronçonneuse est séduisant tout en restant viril. Notre homme a du talent !

dledmv-isdera-imperator-02

Sous le capot, l’Isdera a abandonné le V8 6,9 l de la 450SEL pour un 5,0 l de 235 ch. Mais cela ne convient pas à Eberhard qui trouve le ramage pas suffisamment à la hauteur du plumage. Du coup, il part frapper à la porte d’AMG pour en revenir avec un V8 à la carte… 5,6 l pour 300 ou 365 ch au choix (Et au budget bien entendu !). A partir de 92, il montera d’un cran en proposant le V8 de 300 ch du 560 ou sa version AMG de 6,0 l qui, en fonction de la prépa, peut dépasser les 420 ch.

dledmv-isdera-imperator-05

dledmv-isdera-imperator-04

dledmv-isdera-imperator-01

Commercialisée jusqu’en 92, une trentaine d’Imperator sortira de chez Isdera. Chacune est unique, fabriquée à la main, sur commande, en fonction des désidératas et du budget qui seront fixés lors de la commande.

dledmv-isdera-imperator-03

Il n’empêche que l’un d’entre eux, un des 1ers, portant encore l’étoile et le code CW311 s’est échangé il y a quelques années pour presque 1 million d’€ ! Le prix de l’exclusivité et de l’originalité… Sachant qu’en 93, Isdera proposera sa remplaçante, encore plus puissante, encore plus méchante, la Commendatore. Mais ceci est une autre histoire…

© Gumbal

© isderaimperator / Photos via Alex Lawrence & Andreas Wagner pour Classic Driver