Sélectionner une page

Isdera ça veut dire Ingenieurbüro für Styling, DEsign und RAcing… ouais je sais, ça fait peur. Pourtant, derrière ce nom se cache un gars bien chtarbé, ancien ingénieur chez Porsche qui, après avoir s’être vu refusé par Mercedes une remplaçante à la 300 SL, a décidé de créer sa marque et ses propres voitures avec parmi elles, l’Isdera Spyder 036i…

L’histoire d’Isdera commence en 82 avec le Spyder 033, avant que ne débarque l’Imperator deux ans plus tard. C’est elle qu’Eberhard Schulz avait proposé à Mercedes pour donner une remplaçante à la 300 SL. Mais devant le refus du constructeur, le gars allait poser le matos et ouvrir sa propre entreprise afin d’assembler et de commercialiser sa voiture. Couillu le gars !

Couillu et productif… car après l’Imperator, la Spyder 033 allait évoluer pour devenir 033-16 en 85 avant qu’une dernière version voit le jour en 87 avec l’Isdera Spyder 036i. Et ça tombe bien puisque c’est elle qui nous intéresse aujourd’hui.

Le Spyder repose sur une structure spaceframe tubulaire recouverte d’une caisse en fibre, avec un gazier en position centrale arrière. Si le 033 recevait un 4 cylindres 1.8 l de 136 ch, le 033-16 passera à un 2.3 l de 180 ch alors que le 036i recevra un 6 en ligne 3.0 l pour 230 ch. Tous associés à une boite 5 manuelle pour un poids de seulement 970 kg.

Esthétiquement, le Spyder reprend le look de l’Imperator, tronqué de son toit. C’est taillé à la hache, très 80’s et assez spatial spécial dans sa définition. On ne peut pas vraiment dire qu’elle soit séduisante… juste originale. Les portes en élytre font leur effet et dans l’habitacle, le délire se prolonge avec une tableau de bord qui se limite au plus simple, juste habillé en son centre d’un bloc compteurs qui avance en s’orientant vers le pilote. C’est bluffant.

Au niveau perf, l’engin revendique le 0 à 100 en moins de 6 et serait capable de filer à plus de 240… serait, car chaque voiture étant construite sur mesure, chaque proprio pouvait y faire apporter, en échange d’une poignée de cash, des modifs qu’il souhaitait. D’autant plus que seulement 14 voitures auraient été assemblées, toutes versions confondues.

En tout cas, le Spyder qui défile sous vos yeux a troqué son 3.0 l pour recevoir à la place le 3.6 l de la C36 AMG. 276 ch déboulent maintenant sur les roues arrière. Et si vous vous dites que c’est du tuning à la sauvage, sachez que lorsque la voiture a changé de main en 2011, son nouveau proprio l’a aussitôt envoyée à Hildesheim chez Isdera (oui la marque existe toujours) afin qu’elle soit restaurée et modifiée. Donc on peut quasiment considérer qu’il s’agirait d’une quatrième évolution.

Après, on aime, on aime pas, la messe on la connait. Chacun ses gouts. Mais il n’empêche que cette Isdera Spyder « 36 AMG » a l’avantage d’être aussi rare qu’originale et qu’elle méritait bien de poser ses roues sur DLEDMV…

© RM Sotheby’s

a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a a