Chez Edo Competition, ils avaient déjà frappé fort avec une Ferrari Enzo transformée en clone de FXX sous acide et une MC12 Corsa survitaminée, qui perdait ses bonnes manières (Du moins si elle en a eu un jour !) pour devenir vraiment sauvage ! Mis à part que ce coup-ci, ils sont partis direct du modèle de course… Ca rigole plus chez Edo !

dledmv-maserati-mc12-vc-edo-16

dledmv-maserati-mc12-vc-edo-12

La MC12, je ne vais pas vous la refaire à chaque fois, mais ça reste l’un de ces monuments que le route peut nous pondre de temps en temps. Son objectif 1er était d’aller démonter toutes ces concurrentes en piste… mais pour obtenir le ticket d’entrée, il fallait une base d’homologation… Du coup, la version routière n’a justement pas grand chose d’une “routière” au sens où on pourrait l’entendre… difficilement exploitable, totalement sauvage et sans aucun compromis.


dledmv-maserati-mc12-vc-edo-10

dledmv-maserati-mc12-vc-edo-11

Chez Edo, on enlève le peu de civilité qui restait pour rendre ces monstres totalement indomptables, ou presque ! Mis à part que sur la Maserati MC12 qui débarque, ils ont arrêté de se faire iech ! Ce coup ci, ils sont partis directement d’une VC… “Versione Corse“. Puis ils lui ont implanté une ligne Edo Sport (Et oui, la ligne de compet’ dépassait les normes routières !) et tout ce qui est nécessaire et obligatoire pour devenir “Street Legal”.

dledmv-maserati-mc12-vc-edo-14

dledmv-maserati-mc12-vc-edo-17

Niveau pompe à feu, le V12 reste tel qu’il était, largement suffisant pour entrainer les 1250 kg de la bête. 6.0 l, 750 ch à 8000 trs, 740 Nm à 5500 trs, boite F1 et un 0 à 100 en 3 secondes. 

C’est violent, et surement invivable et inexploitable sur route… Mais sur Hockeneim, ça envoie sa race…!

© edocompetitionmotors