Dans les années 80 et 90, les marques japonaises font trembler le monde de l’auto. Elles débarquent avec leur fiabilité, leurs équipements, leurs moteurs pétillants et techniques, bref, c’est l’euphorie. Et pour montrer leur maitrise, elles vont jusqu’à venir semer le bordel en compet’, sur circuit comme en rallye… Et c’est là qu’entre en jeu notre Toyota Celica GT-Four ST165.

Engine Sound : Toyota Celica GT-Four ST165 GrA... Essai transformé ! 1

Certains constructeurs se sont forgés leur réputation sur un terrain bien spécifique. Si je vous dis Lancia, malgré leur présence et succès sur circuit, on ne se rappelle quasiment que des HF Integrale, O37 et Stratos en rallye. Pareil pour Subaru ou Mitsu…


Pour Toyota c’est un peu plus compliqué… La marque décide de débuter sa carrière sportive internationale par  le rallye. Ca tombe bien, il y a dans la gamme un coupé sportif qui n’attend que ça, le Celica. C’est donc en 71 que l’aventure commence, presque timidement, jouant les 2nds rôles en Gr2 ou Gr4. 

Engine Sound : Toyota Celica GT-Four ST165 GrA... Essai transformé ! 2

Il faudra attendre 88 pour voir arriver la Celica en GrA par le biais de la Celica ST165 GT-Four accompagnée de ses ambitions américaines et européennes. Toyota va enchainer 4 saisons avec la 165, qui verra passer derrière son volant Juha Kankkunen, Kenneth Eriksson, Björn Waldegard ou encore Carlos Sainz. 89 voit la 1ère victoire en Australie, en 90, la marque rate le titre constructeur, mais Sainz accroche celui des pilotes à son palmarès avec 4 victoires sur 9 podiums !

Engine Sound : Toyota Celica GT-Four ST165 GrA... Essai transformé ! 3

L’année suivante, il monte 7 fois sur le podium, dont 5 fois sur la plus haute marche, mais Kankunnen est plus fort avec sa Delta HF Integrale.

Engine Sound : Toyota Celica GT-Four ST165 GrA... Essai transformé ! 4

92 voit arriver sa remplaçante, la ST185, par qui la marque engrangera 2 titres constructeurs et 3 des pilotes. Quoiqu’il en soit, pour une sombre histoire de turbo non conforme, la marque est suspectée de triche et exclue de la saison 96 pendant que tous les points engrangés en 95 lui sont retirés. La Corolla WRC est déjà dans les tuyaux, Toyota décide donc de revenir avec elle en 98, décroche le titre constructeur en 99 avant de se retirer des spéciales… jusqu’à l’année prochaine qui sonne enfin le retour de la marque en WRC. Mais tout ceci est une autre (longue) histoire…

© 19Bozzy92