A sa sortie en 85, l’Alfa 75 a déchainé les critiques… Style baroque, châssis à l’architecture digne d’une diligence, finition aléatoire accompagnée d’une fiabilité électronique limite… On sentait bien, à travers elle, que la période n’était pas à la fête chez Alfa et que les budgets étaient plus que limités et serrés. Heureusement, il restait des moteurs, et la propulsion…

Alfa 75 Turbo America : Sale caractère ! 1

Bon  l’époque, personne ne se doutait que la propu chez Alfa, était en train de vivre ses dernières heures. Même chose pour les moteurs, car si le V6 Busso allait encore connaitre quelques belles années, ce n’était pas le cas du 1.8 l turbo.


Pourtant, 30 ans plus tard, tous les défauts de la 75, hautement décriés, vont justement faire son charme. Un dessin baroque mais tellement personnel et qui tranche face au classicisme de la concurrence. Même chose pour l’habitacle et ses quelques défauts… finalement, il fait l’originalité de la voiture et contribue à entretenir le virus Alfiste.

Alfa 75 Turbo America : Sale caractère ! 2

Alfa 75 Turbo America : Sale caractère ! 3

Son châssis, il a vu le jour à la fin des années 60, était déjà limite à sa sortie, et en 85, il accusait 10 ans de retards ! L’avant fait confiance à des barres de torsion en lieu et place des ressorts, et l’arrière est équipé d’un pont rigide De Dion… Y’a mieux. Mais une Alfa est sportive, les suspensions sont raides, et son architecture, paradoxalement, mise sur le transaxle (Moteur avant / boite à l’arrière) pour privilégier la répartition des masses, et compte un autobloquant gentiment fourni de série. Par contre, aucune aide, et la direction « insistée » vous donne l’impression d’être au volant d’un poids lourd. Mais justement, tout est là. En ville, vous maudirez la 75… Mais une fois sur route et à l’attaque, on trouve un comportement entier. Compétences de pilotage obligatoire… surtout avec un bouilleur turbalisé, au caractère entier, viril et ON – OFF. Avec 155 ch énervés pour 1200 kg, quand ça déboule, faut savoir tourner le volant et gérer son pied droit ! Et ça, c’est sur le sec… car une fois la route humide, la 75 c’est le cauchemar des grippeurs et le paradis des drifteurs… mis à part que le drift ne s’improvise pas ! Et qu’à la longue, ça peut devenir usant… 

Alfa 75 Turbo America : Sale caractère ! 4

Aujourd’hui, les Alfa 75 turbo qui n’ont pas fini enroulées autour d’un platane ou encastrées dans un mur, font partie de ces voitures qu’on dit « à caractère ». Mener une 75 Turbo (Ou V6), ça se mérite, ça se respecte et au final, ça sent bon les 80’s et éventuellement, le sapin pour ceux qui manquent d’humilité !

Alfa 75 Turbo America : Sale caractère ! 5

En 87, Alfa tente d’attaquer le marché américain (D’où la série América, ouais, les gars du marketing ne se sont pas trop fatigué sur ce coup là !). A partir de 88, Fiat vient sauver Alfa, et remet à jour la 75 en finançant un facelift. Finalement, la 75, malgré ses débuts décriés, deviendra par la suite considérée comme la dernière « vraie » Alfa par les aficionados de la marque, reconnaissant enfin son caractère compliqué mais envoutant. Comme quoi, la reconnaissance vient avec le temps.

Alfa 75 Turbo America : Sale caractère ! 6

Elle tire sa révérence en 92 pour laisser la place à la 155 qui, en fin de compte, exacerbe le style de la 75… mais abandonnera le 1.8 Turbo et surtout la propulsion… Une page se tourne chez Alfa, mais l’histoire ne s’est pas arrêtée pas là… heureusement !

© Sfera Channel & signatures éventuelles