Oui, Jeannot, c’est un retraité… Mais un retraité pas comme les autres puisque son nom, c’est Ragnotti. Le Dieu du manche, roi de la glisse, Pape du 360 et peut-être, celui qui aurait inspiré un certain Tsuchiya pour s’essayer au drift sur les touge japonais. Alors quand l’occasion se présente d’aller faire un tour en R8 Gordini en sa compagnie, on dit oui forcément !

Un tour en R8 Gordini en compagnie de Jeannot ! 1

La R8 Gordini, c’est l’école de pilotage par excellence. Un 1100 posé sur les fesses, pour 90 ch SAE, soit un bon 80 ch aux normes actuelles. J’en vois déjà quelques uns qui commencent à sourire. Mis à part que la 8 Gordini a vu le jour à une époque, où on attribuait plus d’importance aux sensations pures. Du coup, avec moins de 800 kg sur la balance, une répartition des masses sur le cul et une propulsion qui mise sur des boudins en 135, il n’en faut pas plus pour jouer les valseuses avec pour maitre d’orchestre votre pied droit !


Bien entendu, pas besoin de s’offrir un bac +5 pour comprendre que la berline n’a rien à voir avec une RS3 actuelle, mais je met au pari tous les proprios de RS3 de s’amuser autant qu’au volant d’une Gord’, et ce, à partir de 50 km/h… car il en faut pas plus à la R8 pour devenir vivante et commencer à se dandiner.

Un tour en R8 Gordini en compagnie de Jeannot ! 2

Le sorcier Gordini avait parfaitement réussi son alchimie, et quel meilleur représentant que notre Jean Ragnotti pour en prendre le volant ?! Champion de France des rallyes en GrA et GrN, vainqueur en mondial au Monte Carlo et Tour de Corse, Champion de France de Superproduction, vainqueur des 24h de Chamonix… tout ça, avec le sourire et une sympathie rare. Il est loin d’avoir le palmarès d’un Sebastien Loeb, mais niveau accessibilité et bonne humeur, il est loin devant les autres.

Finalement, Jeannot et la R8 Gordini se ressemblent, entiers et sympathiques. Mais attention, qui s’y frotte, s’y pique…

© Pere Nubiola Photography & signatures éventuelles